Kelsey : Interview de la co-créatrice et scénariste, Kelsey Rauber

Kelsey - Kelsey Rauber

Interview accordée à Lorie Lewis Ham le 26 avril 2014 pour le site Kingsriverlife.com

16Après avoir fait la critique de la websérie Leap Year, j’ai été contactée par Kelsey Rauber, l’une des créatrices de la websérie Kelsey. Elle m’a demandé si j’envisagerais de critiquer sa série. Toujours à l’affût de nouvelles webséries de qualité, j’ai foncé pour aller la découvrir.

L’histoire se déroule à Brooklyn et nous rencontrons Kelsey, une lesbienne bavarde, drôle et souvent autocritique qui vient juste de se faire quitter par sa petite-amie de longue date. La websérie suit Kelsey qui essaie de s’en remettre et d’avancer. Elle trouve du réconfort auprès de ses meilleurs amis : Samantha, Rowan et Tyrone.

La websérie a fait sa première sur Blip.tv en septembre 2013, comporte 10 épisodes, et Christina Raia est l’autre créatrice de cette série. Le personnage de Kelsey est excentrique, fou, drôle et parfois même adorable. Ce que je préfère dans cette série ce sont les amitiés. Tout en étant comique, cette série est très réaliste et la plupart des gens peuvent s’identifier à un certain niveau, sauf si vous n’avez jamais eu de mauvaises relations et jamais été quitté. Mais après, qui ne l’a jamais été ? Vous n’avez pas besoin d’être lesbienne pour vous identifier, ces problèmes sont universels.

J’espère qu’il y aura une saison 2 pour que je puisse savourer encore ce groupe d’amis décalés, parce que la série traite autant de l’amitié que de Kelsey et de ses relations.

Je déconseillerais cette série aux moins de 7 ans parce qu’elle parle de sexe et qu’il y a beaucoup d’alcool puisque le groupe y noie ses chagrins. Vous pouvez regarder les 10 épisodes sur Internet.

D’où l’idée de cette websérie vous est-elle venue ?

Les trois premiers épisodes se basent sur un incident réel qui m’est arrivé après que j’ai rompu avec ma petite-amie de longue date. C’est Christina Raia, la co-créatrice et réalisatrice, qui a vu le potentiel comique de mes horribles expériences amoureuses pour en faire une websérie.

Alors le personnage principal est inspiré de vous ?

Oui, la Kelsey de la websérie est inspirée de certains de mes traits de caractère et les trois premiers épisodes sont malheureusement assez autobiographiques.

Comment avez-vous décidé du nom de la série ?

Nous avons appelé la série et le personnage Kelsey parce que je suis très nulle pour donner un nom aux personnages. Dans la toute première ébauche, le personnage principal s’appelait Charisma parce que j’ai toujours eu une grande affection pour ce prénom. Christina n’était pas fan, j’ai donc suggéré de l’appeler Christina. Je suis presque sûre qu’après avoir levé ostensiblement les yeux au ciel, Christina a dit « Pourquoi on ne l’appellerait pas juste Kelsey ? » Donc, au final, c’était l’idée de Christina et c’était logique puisque la série se base sur mes expériences.

Pourquoi avez-vous décidé d’en faire une websérie et comment avez-vous fait pour amener ce projet à la vie ?

On a commencé à en discuter en 2012, et Christina croyait dur comme fer que le format des webséries serait le prochain gros truc. Elle avait raison.

Quel est votre parcours dans l’industrie du divertissement ? Scénariste, actrice, productrice ?

J’ai toujours aimé m’exprimer et assimiler les épreuves et tribulations de la vie à travers un exutoire créatif. D’habitude j’écris des chansons, mais en fait, j’ai rencontré Christina dans un cours d’écriture de scenarii, et j’ai toujours aimé écrire du comique. J’ai écrit un long-métrage en 2012 qui a gagné le premier prix dans la catégorie comédie lors de la New York Screenplay Competition.

Comment avez-vous obtenu les financements pour réaliser la websérie ? Était-ce difficile ?

Christina et moi avons financé nous-mêmes la première saison parce que l’on voulait permettre aux gens qui nous suivaient de voir la qualité du travail que l’on pouvait faire avant de demander une aide financière à qui que ce soit.

Comment avez-vous trouvé les idées pour l’histoire ?

Certaines histoires sont semi-autobiographiques, ce qui a les a rendues beaucoup plus faciles à écrire et comme la plupart des personnages sont tirés de personnes que je connais, leurs histoires sont venues assez naturellement.

Comment avez-vous fait passer les auditions ?

Nous avons travaillé avec toutes sortes de moyens. Nous avons fini par trouver notre personnage principal grâce à un directeur de casting qui a été adorable et nous a accordé son temps gratuitement. Nous avons aussi travaillé avec des sites Internet de casting. Nous n’avions jamais travaillé avec aucun des acteurs auparavant, sauf Lauren A. Kennedy, qui joue Joanne dans la websérie. Elle est aussi le personnage principal dans le long-métrage à venir de Christina, Summit.

Comment s’est passée la réalisation de chaque épisode ?

Nous avons eu un total de 15 jours de tournage. Nous devions filmer en fonction des lieux puisqu’il y a beaucoup de flashbacks dans les épisodes. Nous avons eu de la chance de travailler avec l’équipe de Christina : ce sont des personnes très talentueuses et passionnées, ce qui a rendu tout le processus plutôt facile.

Pourquoi avez-vous décidé de la diffuser sur Blip plutôt que YouTube ?

On l’a diffusée en streaming de façon à ce qu’à sa sortie, la première semaine se fasse sur Blip.tv et que la semaine suivante, elle soit diffusée sur YouTube. Nous avons choisi Blip parce que c’est une plateforme exclusivement dédiée aux webséries, où nous avions l’impression que nous nous démarquerions plus que sur l’aspirateur à contenus qu’est YouTube. L’épisode 9 a été sélectionné par les modérateurs pour apparaître en page principale pendant plus d’un mois, ça a été un énorme coup de pouce pour nous au niveau du nombre de vues.

A-t-il été difficile de faire passer le mot et d’attirer des spectateurs ?

Puisque nous avons un public de niche et que certaines des plus importantes chaînes de la communauté LGBT ont été sympas et nous ont fait de la pub, nous avons eu pas mal de vues en peu de temps.

C’est assez marrant d’ailleurs, l’été où nous avons sorti Kelsey, beaucoup d’autres webséries LGBT sont nées sur le monde en ligne, ça nous a donc sûrement nuit un petit peu.

Qu’avez-vous préféré en faisant cette série ?

J’ai adoré me lever le matin et aller bosser sur un plateau où tout le monde est incroyablement passionné et bon dans ce qu’il fait. J’adore travailler avec Christina. Et voir un projet se créer depuis l’histoire de base, à l’écriture, au produit fini, est quelque chose de très satisfaisant.

Qu’est-ce qui était le plus dur ?

Comme nous nous sommes autofinancées, je crois que, dans ce cas-là, le plus dur, ça a été les changements imprévus qui ont provoqué une augmentation du budget.

Y a-t-il d’autres épisodes en préparation ?

Christina et moi discutons de la direction que nous voulons prendre par la suite.

Comment et où les gens peuvent-ils voir cette websérie ?

Vous pouvez aller sur le site kelseytheseries.com. Nous sommes sur Blip.tv, Vimeo et YouTube, donc si vous avez une préférence pour une plateforme en ligne particulière, vous devriez vous y retrouver.

Un mot à ajouter ?

Les fans devraient se rendre dans la catégorie Kelsey sur le blog congestedcat.com pour avoir des infos sur nos projets futurs pour la websérie et pour d’autres trucs sur lesquels nous collaborerons bientôt. Aussi, aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter (@kelseytheseries).

Interview Originale sur le site Kingsriverlife.com

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre