Los Hombres de Paco : Episode 06 – El efecto mascletá

Episode de la série Los Hombres De Paco  (Saison 8)

Réalisateur : Jesús Colmenar
Scénaristes : Tomas J. Salmerón, José Javier Reguilón, Esther Martínez Lobato

Résumé

Il est 10h40, Paco et Mariano sont sur un pont, au milieu de la nature pour échanger Fabrizzioni contre Nelson. Ils s’avancent d’un côté, le mafioso assis dans un fauteuil roulant et allument une mèche qui fait exploser des pétards afin de faire diversion. Malheureusement leur plan ne se déroule pas comme prévu et les criminels se cachent avant de riposter. Paco hurle à Nelson de se sauver et ce dernier se met à courir avant de se prendre une balle en pleine tête.

Plusieurs heures plus tôt, il est 8h45. Paco, Mariano et Aitor s’apprêtent à quitter leur appartement avec Fabrizzioni quand Trujillo et d’autres policiers arrivent et les menacent de leurs armes. Ils les empêchent de partir et de se rendre à leur rendez-vous. Ne pouvant expliquer la vérité, Aitor prend la situation en main et menace de tuer Fabrizzioni, installé dans son fauteuil roulant. Ignorant que le mafioso est mort, les policiers hésitent à intervenir. Afin de prouver qu’il est sérieux, Aitor tire une balle dans la jambe du cadavre et demande à ses collègues de baisser leurs armes. Sara les découvre et hurle avant que son père ne lui demande de rentrer chez elle. Mariano et Paco dégainent alors leurs propres révolvers et soutiennent Aitor. Pour accélérer les choses, Mariano tire une balle dans la bouche d’égout qui ricoche sur la plaque, puis ricoche à nouveau contre la balustrade métallique et touche Aitor au niveau de la fesse. Le jeune homme ne dit rien et parvient à faire céder Trujillo.

Quelques minutes plus tard, Don Lorenzo et Montoya libèrent Trujillo et ses hommes, ligotés dans le local à poubelles. Silvia analyse les lieux et découvre le ricochet de la balle et les traces de sang. Trujillo lui demande son compte-rendu et elle explique tout ce qu’elle a déduit des preuves. Fabrizzioni aurait été attaché dans la douche et du sang du même groupe sanguin que le sien a été retrouvé sur les WC. Tout le monde écoute, interdit, ignorant que Paco, Mariano et Aitor se trouvent juste à côté, dans l’appartement de Rita.

Blessé à la fesse, Aitor a retardé Paco et Mariano. Ils ne se sont pas rendus sur le lieu de l’échange. Ils ont allongé Aitor dans le salon de Rita, sur le sofa et essaient de lui extraire la balle. Après avoir entendu toutes les explications de Silvia, Rita rentre chez elle et surprend les trois hommes. Paco l’oblige à se taire et lui explique rapidement la situation. Lorsqu’elle découvre Aitor, elle décide d’aider son patron et de soigner son jeune collègue. De son côté, persuadé que si Paco est corrompu, tout le commissariat de San Antonio l’est certainement, Trujillo demande la fouille de ce dernier. Don Lorenzo et Montoya ne parviennent pas à le stopper. Il est 9h25.

La fouille débute au commissariat. José Luis prend une douche et Curtiz qui vient d’arriver dans les vestiaires lui explique que des policiers cherchent dans leurs casiers des preuves de leur corruption. Povedilla se souvient alors de l’argent qu’il a dissimulé quelques heures plus tôt dans son propre casier. Il sort de sous la douche et voyant que les policiers ont découvert son sac, met les affaires de Curtiz qui vient de rentrer sous la douche. Il se fait passer pour son collègue, enfile ses habits et ses bottes où il découvre un pistolet avant de quitter la pièce. À peine sorti des vestiaires il entend l’annonce général qui vise à le retrouver. Les hommes des affaires internes ont découvert l’argent. José Luis n’a d’autre choix que de se cacher.

Pendant ce temps Silvia est interrogée par Trujillo. Il l’accuse de ne pas l’avoir informé de la découverte de l’uranium appauvri et lui demande des explications. Cette dernière ne peut répondre et doit avouer que Paco et Mariano lui avaient déclaré avoir ouvert une enquête dont il n’y a pas la moindre trace. Don Lorenzo et Montoya regardent impuissants Trujillo demander à Silvia de lui remettre son arme et son badge. Elle est suspendue.

Dans l’appartement de Rita, Mariano et Paco parviennent enfin à extraire la balle des fesses d’Aitor. Rita le recoud alors. Au commissariat, Silvia sort de la salle d’interrogatoire et explique à son père qu’elle est désolée. Refusant de l’abandonner ainsi que Paco, Don Lorenzo rend son arme et son badge. Silvia se réfugie dans les bras de Pepa à la recherche de soutien et cette dernière remet également son arme et son badge à Trujillo. Tout le monde part sauf Montoya qui est obligé de rester.

Curtiz et Quique retrouvent Povedilla qui leur explique la situation. Solidaires, les deux hommes l’aident à se cacher dans la salle de réunion, dans une poubelle de recyclable. Don Lorenzo retrouve Sara au bar Los Cachis à laquelle il explique qu’il est sûr que Paco, Mariano et Aitor ne sont pas des policiers corrompus. Il est certain qu’ils n’ont pas tué Fabrizzioni et qu’ils ont une bonne raison d’avoir agi de la sorte. Aitor appelle Sara alors que Don Lorenzo s’est légèrement éloigné. Quand il revient, le commissaire fait comprendre à sa petite fille qu’il sait que leur relation est plus qu’amicale.

Trujillo réunit de plus en plus de preuves contre Paco, Aitor et Mariano. Il demande à faire localiser les portables des hommes afin de les retrouver et de les appréhender. Il est 9h52, Montoya regarde Trujillo agir sans pouvoir intervenir. Il ignore que Povedilla, caché dans la pièce, a tout entendu. Il téléphone à son chef pour le prévenir d’éteindre son téléphone portable avant qu’il ne soit localisé.

Mais Don Lorenzo a eu la même idée pour localiser ses hommes. Il a demandé à Sara de téléphoner à Aitor afin de le localiser. Silvia et Pepa sont devant leur écran pour essayer de le trouver. Le temps file, ils sont à deux doigts de réussir quand Aitor qui a hésité, éteint enfin son téléphone sans répondre à Sara. Trujillo et Don Lorenzo échouent tous les deux. Grâce à Curtiz et Quique, Don Lorenzo fait passer un micro et une oreillette à Povedilla afin de suivre tout ce qui se passe en salle de réunion du commissariat. Installé au bar Los Cachis, Don Lorenzo, Pepa et Silvia entendent ce qui se passe.

Conscient que Mariano et Paco doivent se rendre au rendez-vous sans lui, Aitor décide de servir d’appât. Il fait croire qu’il retient Rita en otage chez elle et qu’il va la tuer s’il n’a pas ce qu’il désire. Il demande que ce soit Sara qui fasse l’échange. La jeune fille se précipite alors chez Rita accompagnée de Don Lorenzo. Povedilla qui a tout entendu panique et sort de sa boîte en carton en menaçant Trujillo et ses hommes de ses armes. Il refuse l’assaut.

Trujillo arrive à désarmer Povedilla et à l’arrêter. Il découvre le micro qu’il noie et Pepa et Sara n’entendent plus rien. Les Affaires Internes arrivent avec les forces d’intervention au domicile de Rita avec pour objectif d’appréhender tout le monde. Sara et Don Lorenzo présents sur les lieux leur demandent une chance de parler avant d’ouvrir le feu.

Refusant de participer à cette mascarade, Montoya parvient à localiser Paco et Mariano sur le pont. Il appelle Pepa et lui demande de le rejoindre sur place avec Curtiz et Quique. Pepa prévient ses collègues pendant que Sara entre dans l’appartement de Rita, désarmée, avec un gilet par balle pour toute protection. Rita ouvre la porte sous les lasers des tireurs d’élite et la laisse entrer. Là, Sara retrouve Aitor, très mal en point. Elle comprend qu’il est gravement blessé mais qu’il a malgré tout fait ce qu’il a pu pour protéger son père.

Sara déclare à Aitor qu’elle aime Lucas depuis des années. Comprenant qu’il n’a aucune chance ce dernier s’apprête à jouer les héros et à se faire tirer dessus. Refusant qu’il soit blessé, Sara arrive à le faire changer d’avis, l’embrasse et l’amène à se rendre à Trujillo.

Paco et Mariano sont enfin arrivés au rendez-vous, sur le pont. Ils font croire que Fabrizzioni est toujours en vie et débutent l’échange. Leur diversion ne fonctionne pas et Nelson à juste le temps de sauter dans l’eau quand les coups de feu débutent. Paco et Mariano tirent sur les hommes de la mafia et s’approchent de la balustrade pour sauter.

Don Lorenzo arrive sur le pont accompagné de Pepa, Silvia, Curtiz, Quique et Montoya mais plus personne ne s’y trouve. Seules des douilles jonchent le sol…


Los Hombres de PacoLos Hombres de PacoLos Hombres de Paco

Retour à la fiche de présentation Los Hombres De Paco

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre