Make It Stop (September’s Children) de Rise Against

Groupe composé de : Tim McIlrath, Zach Blair, Joe Principe, Brandon Barnes

Extrait de l'Album : Endgame

Date de Sortie : 30 Mai 2011

Paroles : Tim McIlrath

Musique : Tim McIlrath

Nationalité : Américaine

Genre : Punk, Rock

Durée : 3 : 55 minutes

Titre Original : Make It Stop (September's Children)

Make It Stop (September's Children) : Avis Personnel

Make It Stop (September’s Children) est le deuxième single de l’album Endgame du groupe punk rock Rise Against. Cette chanson très émouvante fait partie du projet It Gets Better dont nous vous avons parlé à plusieurs reprises sur le site. Le leader du groupe Tim McIlrath a déclaré à propos de ce titre : « La chanson a été écrite suite aux suicides d’adolescents en septembre 2010 qui ont été harcelés parce qu’ils étaient homosexuels. Elle parle de la façon dont les gens sont traités par les tyrans homophobes et le fait qu’ils soient si tourmentés qu’ils pensent qu’il n’y a pas de place pour eux dans le futur et pensent que se tuer est la meilleure des options. Elle a été écrite par mon neveu, qui l’a écrite à propos d’un de ses amis. Son ami s’est suicidé une semaine avant qu’elle ne soit écrite ».

Le clip été réalisé par Marc Klasfeld, il a été nominé pour le MTV Video Music Awards de la meilleure chanson avec un message (la gagnante a finalement été “Born This Way” de Lady Gaga). On y voit trois adolescents harcelés pour leur orientation sexuelle au bord du suicide. Avant de commettre l’acte, ils entrevoient leur futur bien plus positif qu’ils ne l’auraient cru et renoncent. Le clip est parsemé de témoignages de jeunes adolescents répétant la phrase « It Gets Better » / «  Ça va s’arranger ». Dans les paroles de la chanson, le chanteur énumère également le nom de cinq adolescents s’étant suicidés car ils étaient victimes d’homophobie et de harcèlement dans le milieu scolaire.

Paroles

Woah, woah.

Bang, bang go the coffin nails, like a breath exhaled,
Then gone forever.
It seems like just yesterday, how did I miss the red flags raised?
Think back to the days we laughed.
We braved these bitter storms together.
Brought to his knees he cried,
But on his feet he died.

What God would damn a heart?
And what God drove us apart?
What God could?

Make it stop.
Let this end.
Eighteen years pushed to the ledge.
It’s come to this,
A weightless step.
On the way down singing,
Woah, woah.

Bang, bang from the closet walls,
The schoolhouse halls,
The shotgun’s loaded.
Push me and I’ll push back.
I’m done asking, I demand.

From a nation under God,
I feel its love like a cattle prod.
Born free, but still they hate.
Born me, no I can’t change.

It’s always darkest just before the dawn.
So stay awake with me, let’s prove them wrong.

Make it stop.
Let this end,
Eighteen years pushed to the ledge.
It’s come to this,
A weightless step.
On the way down singing,
Woah, woah.

The cold river washed him away,
But how could we forget?
The gatherings hold candles, but not their tongues.

And too much blood has flown from the wrists,
Of the children shamed for those they chose to kiss.
Who will rise to stop the blood?

We’re calling for,
Insisting on, a different beat, yeah.
A brand new song.

Whoa, whoa [x3]
(Tyler Clementi, age 18.
Billy Lucas, age 15.
Harrison Chase Brown, age 15
Cody J. Barker, age 17
Seth Walsh, age 13.)

Make it stop,
Let this end.
This life chose me, I’m not lost in sin.
But proud I stand of who I am,
I plan to go on living.

Make it stop,
Let this end,
All these years pushed to the ledge,
But proud I stand, of who I am,
I plan to go on living

Traduction Française

Woah, woah

Bang Bang allons dans un cercueil cloué, comme un souffle exhal,
parti pour toujours.
C’est comme si c’était hier,  comment ai-je pu rater les flammes rouges ?
Repense, aux jours où nous avons ri.
Nous avons bravé ces tempêtes amères ensemble.
Mis à genoux il pleurait
Mais debout il est mort.

Quel Dieu pourrait condamner un cœur ?
Et quel Dieu nous diviserait ?
Quel Dieu pourrait ?

Arrêter ça ?
Finissons-en
Dix-huit ans à être poussé à bout.
Ça amène à ça
Un dernier pas très léger
Pendant la descente, je chante
Woah, woah.
Bang bang des murs des toilettes.
Des halls de l’école,
Le fusil est chargé.
Pousse-moi et je te pousserai aussi
J’en ai marre de demander, je réclame.

Venant d’une nation de  Dieu,
Je sens son amour comme on traite le bétail.
(Né libre) Né libre, mais ils continuent de haïr.
(Je suis né) Je suis né ainsi, non je ne peux pas changer.

Il fait toujours plus sombre juste avant l’aube.
Alors reste éveillé avec moi, prouvons-leur qu’ils ont tort.

Faisons arrêtez-ça
Finissons-en
Dix-huit ans à être poussé à bout.
Ça amène à ça, un dernier pas très léger
Pendant la descente, je chante
Woah, woah.
La rivière froide l’a emporté, mais comment pourrions-nous oublier ?
L’attroupement porte des bougies, mais ils continuent à parler.

Et trop de sang a coulé des poignets, des enfants honteux de ceux qu’ils ont choisi d’embrasser.
Qui se lèvera pour arrêter ce sang ?

Nous appelons à ça,
Insistons là-dessus,
Un rythme différent, yeah.
Une nouvelle chanson.

Whoa, whoa (x3)
Tyler Clementi, 18 ans.
Billy Lucas, 15 ans.
Harrison Chase Brown, 15 ans
Cody J. Barker,  17 ans
Seth Walsh, 13 ans

Faisons arrêtez-ça
Finissons-en
Cette vie m’a choisi, je ne suis pas perdu dans le péché.
Mais debout je suis fier, de ce que je suis, je vais continuer à vivre.

Faisons arrêtez ça
Finissons-en
Cette vie m’a choisi, je ne suis pas perdu dans le péché.
Mais debout je suis fier, de ce que je suis, je vais continuer à vivre.Mais fièrement debout, de ce que je suis, Je prévois de continuer à vivre.

A propos de Gaëlle Carrion

Gaëlle Carrion
Chargée de communication digitale dans la vraie vie je partage mes coups de cœur sur le site d'Univers-L !

Répondre