Mutantes

Un documentaire sur le féminisme pro-sexe

Affiche : Mutantes

Année de Production : 2009

Réalisation : Virginie Despentes

Scénario : Virginie Despentes

Avec : Norma Jean Almodovar (Elle-Même), Maria Betty (Elle-Même), Lynnee Breedlove (Elle-Même), Catherine Breillat (Elle-Même)

Nationalité : Française

Genre : Documentaire

Durée : 1h 30min.

Titre Original : Mutantes

Mutantes : Résumé

Virginie Despentes a parcouru les États-Unis et a interviewé des femmes ayant participé ou participant encore aujourd’hui au mouvement pro-sexe né dans ce pays durant les années 80. À l’époque, contrairement au féminisme, ce mouvement composé de femmes et de minorités sexuelles s’est investi au niveau de la représentation des corps et des plaisirs.

Des travailleuses sexuelles, des actrices de films pornographiques, des strip-teaseuses ont commencé à s’exprimer et à parler d’elles. Elles ont ainsi créé une culture riche que ce soit en articles, livres, films, documentaires ou performances artistiques…

Virginie Despentes a parcouru les États-Unis et a interviewé des femmes ayant participé ou participant encore aujourd’hui au mouvement pro-sexe né dans ce pays durant les années 80. À l’époque, contrairement au féminisme, ce mouvement composé de femmes et de minorités sexuelles s’est investi au niveau de la représentation des corps et des plaisirs. Des travailleuses sexuelles, des actrices de films pornographiques, des strip-teaseuses ont commencé à s’exprimer et à parler d’elles. Elles ont ainsi créé une culture riche que ce soit en articles, livres, films, documentaires ou performances artistiques…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Captivant et enrichissant.

Note des lectrices : Soyez la première !
82

Je ne connaissais pas du tout le travail de Virginie Despentes avant de voir ce documentaire. On m’avait prévenue à l’avance que le sujet risquait de me surprendre et de détonner avec le contenu habituel du site. Il n’en fallait pas plus pour attiser ma curiosité et c’est donc sans avoir lu le résumé que je me suis installée devant ma télévision. Grand bien m’en a pris. Je crois que sinon j’aurais eu des réticences et des a priori.

J’ai donc été très intéressée par le début du documentaire et les explications de la réalisatrice. La comparaison entre le féminisme que l’on connaît et qui souhaite supprimer toute image pornographique parce que c’est avilissant pour les femmes et que ça en fait des objets avec cette notion de féminisme pro-sexe qui a une vision totalement différente et qui part du principe que la pornographie existe et que c’est un espace que les femmes doivent s’approprier.

Les premières interviews de personnes ayant œuvré durant les années 80 sont vraiment très intéressantes. On sent qu’elles ont repoussé les limites et qu’elles ont inventé une autre manière de penser, de se comporter et de percevoir leur corps et le corps des autres. J’ai trouvé que cela amenait à se poser des questions et à réfléchir.

Ensuite le documentaire s’intéresse à la représentation de la féminité, de la masculinité, de la transsexualité. Il aborde les questions de genre et offre une vision riche et intéressante qui mériterait d’être approfondie dans un autre documentaire.

Et puis le tout se termine sur l’époque actuelle et là j’ai découvert que j’étais une fille super prude. Parce qu’autant les interviews, les photos, les extraits de films des années 80 me donnaient le sentiment d’explorer quelque chose, de réfléchir sur plusieurs points et de pousser la réflexion, autant j’ai plutôt été déroutée par la continuité du mouvement aujourd’hui. Les images m’ont interpellée et parfois choquée, je n’ai pas compris tout le propos (qui était en espagnol non sous-titré français) et surtout j’ai eu le sentiment que c’était plus gratuit. J’ai eu le sentiment qu’aujourd’hui on voulait avant tout choquer avant de s’interroger sur la question de la représentation et de la perception du corps et de la sexualité.

En clair la première moitié du documentaire m’a passionnée mais ensuite je n’ai pas adhéré.

N’hésitez pas à découvrir ce documentaire qui sera diffusé en clair Lundi 21 Décembre à 22h30 sur PinkTV et à me donner votre avis sur le forum.

Mutantes : Extraits

« Ce film commence en Août 2005. L’ouragan Katrina ravage La Nouvelle Orléans. Je traverse les États-Unis d’Est en Ouest, de Seattle à New York, à la découverte d’activistes, d’auteures, photographes, réalisatrices, travailleuses sexuelles, artistes, théoriciennes ou actrices qui ont initié dans les années 80 un mouvement révolutionnaire, le féminisme pro-sexe. Pro-pute, pro-porno, SM ou lesbien radical. »

« Quand on parle de féminisme on pense souvent au féminisme abolitionniste. Il assimile toute image pornographique à une atteinte à la dignité de la femme et réclame la censure. Il perçoit toute prostitution comme une marchandisation du corps humain que la loi doit venir sanctionner. Le féminisme pro-sexe élabore une stratégie opposée. La représentation pornographique et le travail sexuel sont des outils de résistance à la norme, des zones de silence dans lesquelles il y a beaucoup à dire. »

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre