Rapport sur l’Homophobie 2012 de SOS Homophobie

Rapport sur l'Homophobie 2012 de SOS Homophobie

Titre Français : Rapport sur l'Homophobie 2012

Titre Original : Rapport sur l'Homophobie 2012

Auteur : SOS Homophobie

Date de Sortie : 15 Mai 2012

Nationalité : Française

Genre : Etude

Nombre de Pages : 200 pages

Editeur : KTM Éditions

ISBN : 978-2917010082

Rapport sur l'Homophobie 2012 : Quatrième de Couverture

On nous pose souvent la question suivante : “La société française est-elle encore homophobe ?” Et nous sommes à chaque fois embarrassé-e-s quant à la réponse à apporter. Non, l’homosexualité n’est plus pénalement réprimée ; oui, la discrimination à raison de l’orientation sexuelle est interdite par la loi ; non, l’égalité des droits n’existe pas ; oui, la société accepte de mieux en mieux la diversité des orientations sexuelles et des identités de genre. Répondre à cette question tend presque au numéro du funambule.

Le Rapport sur l’homophobie 2012 pousse pourtant à avoir une réponse désespérément plus tranchée : oui, la société française est encore homophobe. Si la sanction pénale ne guette plus une personne homosexuelle, celle-ci risque encore d’être victime d’homophobie dans chaque recoin de sa vie quotidienne : chez elle, dans son quartier, sur son lieu de travail. La répression officielle et “exceptionnelle” n’est plus, mais la réprobation officieuse et quotidienne est encore et toujours là. Il est venu le temps de l’homophobie ordinaire.

Rapport sur l'Homophobie 2012 : Avis Personnel

Pas facile de donner un avis sur un rapport. D’autant plus un rapport de SOS Homophobie que l’on sait écrit par des bénévoles. On n’a qu’une envie c’est louer leur motivation et leur implication pour rendre l’homophobie ordinaire visible. On m’avait vendu ce livre comme un travail indigeste, je n’ai pas trouvé que c’était le cas, loin de là. Les témoignages sont forts et assez bouleversants. Au début du rapport, il y a la liste des agressions et meurtres homophobes qui ont fait l’actualité et les gros titres en France en 2011. Une chose est certaine, c’est violent.

La lecture de ce rapport m’a amenée à deux considérations : la première c’est que visiblement je suis une très grande chanceuse de n’avoir jamais été agressée physiquement même si j’ai déjà été insultée verbalement ; la seconde c’est qu’il reste un gros travail d’information et de banalisation avant que ne cessent les agressions et les violences quotidiennes faites aux personnes homosexuelles.

Je reconnais que j’ai particulièrement apprécié sur les pages 28 et 29, l’article baptisé “Lesbophobie : ennemies publiques n°1” qui met en lumière les discriminations auxquelles sont soumises les femmes homosexuelles qui ont la double tare d’être à la fois des femmes et des lesbiennes. Quand on pense que les témoignages restent encore minoritaires, on peut s’interroger d’autant plus que les actions de sensibilisations ont prouvé que ces dernières étaient victimes de discrimination. Une plus grande peur de parler ?

Je ne vais pas aller plus loin et vous laisser vous faire votre propre idée. En effet, SOS Homophobie met gratuitement en ligne ses rapports sur son site internet. Vous pouvez tous les trouver sur cette page. Et si vous voulez plus particulièrement découvrir le rapport 2012, c’est par .

Rapport sur l'Homophobie 2012 : Extraits

« Nous avons reçu en 2011, 1 556 témoignages. Depuis la création de ce rapport, SOS Homophobie n’a jamais enregistré autant de signalements. Le nombre de témoignages augmente ainsi de 5 % par rapport à 2010.
Ces 1 556 témoignages représentent 1 397 situations uniques, plus communément appelées “cas” dans notre rapport. Ceux-ci font l’objet d’analyses statistiques présentées dans les chapitres suivants. En effet, les victimes sont parfois amenées à nous contacter plusieurs fois pour une même situation ou pour nous raconter son évolution. Toutefois, avec une augmentation de 16 % du nombre de cas, davantage de victimes contactent l’association une seule fois, soit qu’elles nous signalent un seul cas d’homophobie ou de transphobie, soit que la durée et le contenu de l’appel leur aient suffi à exprimer leur ressenti et à obtenir les informations nécessaires à la poursuite de leur cheminement.
La hausse du nombre d’actes signalés n’est pas forcément liée à une augmentation des actes homophobes dans la société française au cours de l’année 2011. En effet, la médiatisation de SOS Homophobie et le travail de communication de ses bénévoles ont permis une meilleure visibilité de l’association et de ses actions. De plus, il semble que les victimes osent davantage témoigner et que beaucoup réagissent face à leur agression. Il faut également relever le travail des bénévoles de l’association qui sont allées à la rencontre des lesbiennes afin de les sensibiliser et, à cette occasion, ont recueilli des témoignages par le biais d’entretiens. » (Page 17)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre