Vous connaissez le Royaume gay et lesbien des îles de la mer de corail ?

royaume gay et lesbien glk

Vous avez déjà entendu parler du Royaume Gay et Lesbien des îles de la mer de corail ?

Non, ce n’est pas un début d’idée pour un film ou une série, ni une blague. Il s’agit d’un Royaume bien réel.

Et si j’ai, pour ma part, découvert ce territoire plus de 10 ans après sa création, c’est « grâce » au membre du Parlement australien Eric Abetz.

Pour vous la faire courte, il y a quelques mois ce sénateur très conservateur a dit :

« Il y a un drapeau LGBT qui flotte dans l’entrée du département des finances. En tant qu’homophobe je trouve ça révoltant ! Et puis d’abord si vous autorisez le drapeau de ceux qui sont pour l’égalité au mariage, vous devez aussi autoriser celui de ceux qui sont contre, sinon c’est pas juste. Et en plus, j’vous f’rais dire que ce drapeau, eh ben c’est le drapeau d’une nation hostile qui nous a déclaré la guerre ! Alors vraiment, on devrait pas, c’est pas bien. » (traduction assez libre)

Une nation hostile à l’Australie qui a comme drapeau le drapeau arc-en-ciel ?

En effet, à six heures de bateau des côtes du Queensland en Australie se trouvent les îles de la mer de corail qui s’étendent sur des centaines de milliers de km² océaniques et regroupent de nombreuses îles inhabitées.

Elles faisaient partie depuis les années 60 du territoire britannique et étaient considérées comme un territoire australien géré par le département de l’environnement, des sports et du territoire.

Mais, en juin 2004, les îles de la mer de corail ont déclaré leur indépendance et sont devenues le plus petit royaume au monde : le Royaume Gay et Lesbien des îles de la mer de corail (Gay & Lesbian Kingdom of the Coral Sea Islands en anglais, que l’on abrégera GLK).

royaume gay et lesbien de la mer de corail

Un peu d’histoire

En 2004, l’Australie adopte la loi d’amendement sur le mariage qui spécifie que non seulement le mariage est l’union d’un homme et d’une femme, mais également que les mariages entre personnes de même sexe proclamés dans des pays autorisant cette union ne seront pas reconnus sur le territoire australien.

Cette même année, lors de la Marche des Fiertés de Brisbane, un groupe d’activistes décide alors que trop c’est trop. Il profite de la loi sur l’enrichissement sans cause pour demander une compensation territoriale face à cette inégalité. Et puisque la loi internationale réserve le droit aux personnes opprimées d’un territoire donné de s’auto-gouverner et de s’auto-déterminer et que ni le gouvernement anglais ni le gouvernement australien ne semble en mesure de prouver légalement que les îles de la mer de corail appartiennent à la couronne britannique ou australienne, les activistes s’approprient ces îles et créent le GLK.

Tout le monde croit à une blague mais le nouvel Empereur du GLK, Dale Anderson, déclare :

Nous sommes on ne peut plus sérieux. Cela fait cinq ans que nous organisons cela et nous avons tout prévu, à la fois légalement et financièrement. […] Nous sommes témoins de la naissance de la première nation homosexuelle au monde, et moi et mon gouvernement ferons tout notre possible pour mettre l’Australie face à ses erreurs. […] Tous les politiques australiens, ainsi que le gouverneur général et le représentant de la Reine ont reçu une copie de la déclaration [d’indépendance] et les papiers nécessaires à la cession du territoire par l’Australie.

Il continue en justifiant les raisons de cette demande d’indépendance  :

Nous vivons dans un régime d’apartheid. L’homophobie n’est rien de moins que du racisme sexuel. Nous sommes avant tout des personnes. Nous travaillons, nous vivons, nous aimons et avons des relations. Nous faisons partie de la famille. Et pourtant, malgré notre statut de citoyen, de votants, de contribuables, les lesbiennes et gays australiens n’ont pas les mêmes droits que les hétérosexuels, qui eux les considèrent comme acquis.

C’est ainsi que le 14 juin 2004, le territoire des îles de la mer de corail a été revendiqué comme étant un état gay et lesbien indépendant et que le drapeau arc-en-ciel a été hissé sur Cato Island. Sur cette même île se trouve une plaque commémorative sur laquelle est inscrite :

« En ce 14 juin 2004, au point le plus haut de la mer de corail, l’Empereur Dale Parker Anderson a hissé le drapeau arc-en-ciel et revendiqué en son nom les îles de la mer de corail comme étant la patrie de toutes les personnes gays et lesbiennes du monde. Que Dieu garde notre Roi ! »

Plaque commémorative GLK Royaume gay et lesbien

Le 13 septembre de la même année, le GLK déclare la guerre à l’Australie et, pour faire court, en l’absence de réponse militaire ou officielle de l’Australie vis-à-vis de cette déclaration, l’indépendance du Royaume Gay et Lesbien est officiellement établie.

(Je ne rentre pas dans les détails juridiques, mais vous pouvez vous rendre sur le site du GLK pour en savoir plus)

Déclaration d’indépendance

La déclaration d’indépendance signée par Dale Anderson et envoyée au premier ministre et au gouverneur général d’Australie le 14 juin 2004 commence ainsi :

« Partout, nous, les personnes homosexuelles, nous sommes sincèrement efforcées de nous intégrer à la vie sociale des communautés nous entourant et d’être traitées comme leurs égales. Cela ne nous est pas permis. C’est en vain que nous sommes de loyaux patriotes, parfois à jusqu’à l’extrême ; c’est en vain que nous faisons les mêmes sacrifices de nos vies et de nos biens que nos concitoyens ; c’est en vain que nous nous évertuons à faire briller notre patrie natale à travers la science et l’art, ou à l’enrichir par les échanges et le commerce. Dans des pays où nous avons vécu depuis des siècles, nous sommes encore décriés comme étant des étrangers… Dans le monde actuel et pour un durée indéfinie… Je pense qu’on ne nous laissera pas en paix.

Personne ne peut nier la gravité de la situation pour ceux nés homosexuels. Où qu’ils vivent ils sont plus ou moins persécutés. »

Suite à son indépendance, le GLK indique sur son site  :

Aux milliers de personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres qui connaissent la douleur des abus et des discriminations et à tous ceux qui ont été injustement arrêtés et emprisonnés, le Royaume Gay et Lesbien vous promet son soutien et le soutien de son gouvernement.

République ou Monarchie ?

Le GLK a beau être un Royaume, en réalité, à la base, Dale Parker Anderson a été élu comme administrateur du gouvernement gay et lesbien. Mais, si le gouvernement gay et lesbien avait été une République, l’Australie aurait pu poursuivre et juger tous les activistes homosexuels pour trahison.

Afin de protéger Dale Anderson et les membres de son gouvernement, il était donc préférable de changer le statut du territoire pour qu’il devienne un Royaume. En effet, la loi australienne nous dit non seulement qu’un prince revendiquant sa couronne ne peut pas être poursuivi pour trahison mais également que quiconque empêche un prince ou ses alliés de revendiquer sa couronne peut lui-même être poursuivi pour trahison. Du coup, en devenant un Royaume, l’Empereur Dale I et les membres de son gouvernement ne risquent plus rien.

De plus, selon certaines personnes, la généalogie de l’Empereur lui donne une certaine légitimité à revendiquer le trône du Royaume. D’une part parce que Dale Parker Anderson est un descendant du roi Edward II d’Angleterre et d’Isabelle de France, cela le lie donc, de loin, aux plus importantes familles royales d’Europe. D’autre part parce que l’un de ses ancêtres les plus récents est William Purcell, un jeune homme qui faisait partie de l’équipage du HMS Bounty (une unité de la Royal Navy britannique surtout connue en raison de la mutinerie d’une partie de son équipage le 28 avril 1789) qui fut le premier à visiter et séjourner dans les îles de la mer de corail, en 1789.

Les symboles représentant le GLK

Les fondateurs du GLK ont utilisé beaucoup de références à la culture LGBT lors de la création du Royaume :

  • Le drapeau officiel est le drapeau arc-en-ciel
  • Les armoiries sont un triangle rose
  • L’hymne national est actuellement Zadok the Priest (mais il semblerait – sans certitudes – que précédemment l’hymne ait été la chanson I Am What I Am de Gloria Gaynor)
  • La capitale du GLK est Heaven (Paradis en français), nom donné en référence à une boîte LGBT londonienne. C’est aussi ici que se trouve l’unique boîte aux lettres du Royaume, dont le code postal est 0000.

post GLK Royaume gay et lesbien

Comme beaucoup de nations, le GLK a une page facebook et un site internet (tous deux en anglais uniquement) que je vous invite à découvrir si vous voulez en savoir plus sur l’histoire du Royaume et l’histoire des droits des LGBT en Australie.

L’après 2004

En 2005, l’Australie a retiré les droits des personnes homosexuelles de sa charter des droits de l’homme.

En juillet 2006, le Royaume Gay et Lesbien trouve des fonds et édite sa propre série de timbres « dans le but d’acquérir une certaine réputation dans le monde de la philatélie ».

timbre glk Royaume gay et lesbien

En 2017, le GLK existe toujours mais n’est reconnu par aucune nation ou micro-nation, ni par les Nations Unies. En 2015 et 2016 des vidéos mettant en avant le Royaume ont été mises en ligne sur Youtube.

Aujourd’hui, et depuis sa création, toutes les lesbiennes et gays (et au vu des déclarations faites par le Royaume, toutes les personnes membres de la communauté LGBT au sens large), peuvent devenir citoyens ou citoyennes du GLK. Le Premier ministre du Royaume, David Smith, a en effet déclaré qu’il voulait que toutes les personnes homosexuelles du monde se sentent les bienvenues : « Leur sexualité est leur passeport. »

Ceci dit, malheureusement, aucune des îles de la mer de corail n’est habitée. Mais si vous êtes adeptes des activités de nature, vous y trouverez peut-être votre compte.

De leur côté, en Australie, les militants continuent encore et toujours leur combat et leurs actions pour faire avancer les choses.

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre