Sévigné

Deux femmes à la découverte d'elles-mêmes

Année de Production : 2004

Date de Sortie : 01 Avril 2005

Réalisation : Marta Balletbò-Coll

Scénario : Marta Balletbò-Coll

Avec : Anna Azcona (Júlia Berkowitz), Marta Balletbò-Coll (Marina Ferrer-Amat), Josep Maria Pou (Gerardo R. Valcárcel), Eduard Farelo (Ignasi Basauri), Montserrat Gausachs (Chef Télévision), Leslie Charles (Joanne Bloom), Manel Bartomeus (Directeur Général), Helena Bayes (Elena Rius)

Nationalité : Espagnole

Genre : Drame, Romance

Durée : 1h 20min.

Titre Original : Sévigné

Sévigné : Résumé

Marina Ferrer-Amat travaille pour la télévision espagnole depuis de nombreuses années. Son rêve pourtant n’est pas celui-ci. Elle souhaite en effet depuis plusieurs années mettre en scène une pièce de théâtre sur la vie de Madame de Sévigné. Alors qu’elle désespère de n’essuyer que des refus, son script arrive soudain dans les mains de Júlia Berkowitz.

Júlia Berkowitz est une ancienne actrice espagnole aujourd’hui metteure en scène qui tente de surmonter la mort de sa fille. Lorsqu’elle découvre la pièce, elle décide de la produire. Mais elle doit pour cela se heurter à son mari, un critique de théâtre respecté et écouté, son amant, le directeur du Théâtre National dont elle veut se débarrasser et par-dessus tout Marina, l’auteure.

Au fur et à mesure des réécritures de la pièce, Marina et Júlia apprennent à se connaître, se découvrent et tombent amoureuses…

Marina Ferrer-Amat travaille pour la télévision espagnole depuis de nombreuses années. Son rêve pourtant n’est pas celui-ci. Elle souhaite en effet depuis plusieurs années mettre en scène une pièce de théâtre sur la vie de Madame de Sévigné. Alors qu’elle désespère de n’essuyer que des refus, son script arrive soudain dans les mains de Júlia Berkowitz. Júlia Berkowitz est une ancienne actrice espagnole aujourd’hui metteure en scène qui tente de surmonter la mort de sa fille. Lorsqu’elle découvre la pièce, elle décide de la produire. Mais elle doit pour cela se heurter à son mari, un critique de théâtre respecté…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Magnifique et inoubliable. Culte.

Note des lectrices : 4.3 ( 1 votes)
71

Sévigné est un film tout simplement sublime. Je suis restée sous le charme du début à la fin et je n’ai pas vu passer le temps. J’ai été vraiment éblouie par le talent des acteurs et actrices qui offrent des prestations d’une justesse rare. Parfois je doutais même de regarder un long-métrage tant cette histoire tient du documentaire.

Les personnages ont une épaisseur et une intensité que l’on retrouve rarement dans les blockbusters actuels. Ce n’est pas en laissant tourner la pellicule que la scénariste a réussi à leur donner cette épaisseur mais bien grâce à son talent d’auteure. Et je peux vous assurer d’une chose, du talent, Marta Balletbò-Coll qui est à la fois scénariste, réalisatrice et actrice, elle n’en manque pas. Elle en a même à revendre. Là, on est loin de tous ces petits films lesbiens fait avec trois bouts de ficelles que l’on a l’habitude de regarder. On est face à une prouesse incroyable.

Au début du film, quand cet homme se présente aux portes du théâtre, je me suis demandé ce que j’allais regarder. Mais il est tellement gentil, attentionné et attentif qu’on se dit que oui, on veut bien l’écouter nous raconter son histoire si cela peut lui faire plaisir et lui faire du bien. En fait, le narrateur n’est autre que Gerardo, le mari de Júlia qui va nous raconter un tournant de sa vie et de leur vie.

Raconter le film serait trop difficile tant il est dense. Il aborde de nombreux sujets qui ont tous leur importance. On a le travail alimentaire de Marina qui ne la comble pas, sa relation fusionnelle avec une femme qui lui a fait comprendre que l’amour ce n’était pas ça, c’était laisser de la liberté et de l’espace à l’autre. On a le couple Júlia/Gerardo basé sur l’admiration mais libre vu que tous les deux entretiennent des liaisons avec d’autres. On a le deuil non fait de Júlia et sa recherche d’amour maternel. Bref, ce film, en traitant de l’histoire de Madame de Sévigné, aborde à côté de très nombreux sujets et c’est ce qui fait toute sa force. Il ne simplifie pas le propos et ne prend pas le spectateur pour un imbécile.

La relation entre Marina et Júlia se développe très lentement. Elle est filmée de manière vraiment très belle et pudique. Pudique parce que Marina manque de confiance en elle et qu’elle n’est pas prête à faire le premier pas alors qu’elle sait être amoureuse. Du coup, la pièce leur permet de se rejoindre et de se toucher de manière plus qu’équivoque. Júlia est souvent l’instigatrice de ces instants puisqu’elle cherche à faire entrer de l’action dans chaque scène écrite. C’est là que, sur ces ouvertures d’action, elle teste des gestes avec Marina qui y répond, à la fois mal à l’aise et gênée.

Parce que Marina sait qu’elle aime les femmes, sa dernière relation fusionnelle était avec une femme. Et là, elle est totalement et définitivement amoureuse. Mais Júlia, l’aime-t-elle ? Pourrait-elle seulement l’apprécier ? Toutes ces questions qui ne sont pas ouvertement posées, on sent, on sait que Marina se les pose. Et là il y a la magnifique confrontation entre Gerardo et Marina. Gerardo qui a parfaitement compris la nature de la relation qui unit les deux femmes et qui ne comprend pas leur réserve.

Sans compter que la scène du baiser est d’une sensualité et d’une intensité rare. C’est initié soit-disant à cause de la pièce et puis tout doucement ça bascule en quelque chose de personnel et d’intime. C’est magnifique.

En bref, ce film est à découvrir absolument. Il parle de la prise de risque à travers un panel large de personnages. Júlia prend des risques pour sa carrière et sa vie amoureuse comme Marina et comme Gerardo. Et ces prises de risque sont soulignées par l’âge des protagonistes qui n’ont plus ni 20 ni 30 ans. Le problème pour nous, pauvres Français, se situe dans le fait qu’il est en espagnol et catalan sous-titré anglais. La bonne nouvelle c’est qu’il y a un tout petit peu de français et que ça, vous pourrez le comprendre sans les sous-titres…

Sévigné : Critiques Presse et Récompenses

Vainqueur d’un Barcelona Film Award en 2006 dans la Catégorie Meilleur Acteur pour Josep Maria Pou.
Nommé aux Barcelona Film Awards en 2006 dans la Catégorie Meilleure Actrice pour Anna Azcona
Nommé aux Barcelona Film Awards en 2006 dans la Catégorie Meilleure Photographie pour Elisabeth Prandi.
Nommé aux Barcelona Film Awards en 2006 dans la Catégorie Meilleur Montage pour Ignacio Pérez de Olaguer-Córdoba.
Nommé aux Barcelona Film Awards en 2006 dans la Catégorie Meilleur Scénario pour Marta Balletbò-Coll.
Vainqueur d’un Butaca Award en 2005 dans la Catégorie Meilleur Film Catalan pour Marta Balletbò-Coll.
Vainqueur d’un Butaca Award en 2005 dans la Catégorie Meilleur Acteur Catalan pour Josep Maria Pou.
Vainqueur d’un Butaca Award en 2005 dans la Catégorie Meilleure Actrice pour Anna Azcona.
Vainqueur d’un Butaca Award en 2005 dans la Catégorie Meilleure Actrice Catalane pour Marta Balletbò-Coll.

Sévigné : Extraits

GERARDO : Ceci est le plus important Théâtre Public de Barcelone. En fait, un excellent théâtre est fait ici, en Catalogne… un excellent théâtre. Et je suis, le SOB critique… vous savez. Dans un peu moins d’une heure et demie, il y aura une première ici, dans ce théâtre. La vérité c’est que je ne veux pas y entrer. Je voulais rester à la maison ou aller au journal, pour… eh bien… pour des raisons qui importent peu. Mais je ne pouvais pas me concentrer. C’est pourquoi j’ai décidé de venir ici. Vous savez, j’ai quelque chose à voir avec la première de ce soir. Peut-être que vous aimeriez savoir comment une histoire sur une mère, Madame de Sévigné et sa fille, Madame de Grignan, est arrivée ici. Non, Non… Si vous êtes intéressés, si vous êtes curieux, eh bien moi, j’ai bien envie de vous en parler. Vraiment.

JULIA : Maintenant ce que nous allons faire c’est… Voyons… Une scène qui ne permet pas à l’action d’avancer est supprimée. Est-ce que celle-là fait avancer l’action ? Marina tu ne dois pas craindre les conflits. Les conflits font les scènes. Est-ce que celle-là a un conflit ?

JULIA : Pourquoi es-tu aussi rapide ? Tu as fait le travail de sept jours en cinq.
MARINA : Et tu as trouvé un problème sur ce travail fait en cinq jours ?
JULIA : Eh bien, il y a toujours dix pages de trop mais nous résoudrons ça plus tard. Écoute, tu laisses chacun se faire sa propre interprétation de ce qui se passe entre la mère et la fille. Mais toi, que penses-tu qu’il se soit réellement passé ?
MARINA : Amour.

JULIA : Regarde, prends chaque scène, introduis une action physique et ça nous permettra de couper du dialogue.
MARINA : Oui mais sur quels critères ?
JULIA : Je ne sais pas, fais-les se battre, se frapper, se toucher… Peut importe. De cette manière tu seras capable d’éliminer les dix ou douze pages de trop.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre