Sexe Intentions

Utilise un baiser lesbien comme publicité « hot »

Année de Production : 1998

Date de Sortie : 23 Juin 1999

Réalisation : Roger Kumble

Scénario : Roger Kumble d’après Les Liaisons Dangereuses de Choderlos De Laclos, publiées en 1782.

Avec : Ryan Phillippe (Sebastian Valmont), Sarah Michelle Gellar (Kathryn Merteuil), Reese Witherspoon (Annette Hargrove), Joshua Jackson (Blaine Tuttle), Selma Blair (Cecile Caldwell), Louise Fletcher (Helen Rosemond), Eric Mabius (Greg McConnell), Sean Patrick Thomas (Ronald Clifford), Swoosie Kurtz (Dr. Regina Greenbaum), Christine Baranski (Bunny Caldwell), Deborah Offner (Mme Michalak)

Nationalité : Américaine

Genre : Drame

Durée : 1h 37min.

Titre Original : Cruel Intentions

Sexe Intentions : Résumé

Sexe Intentions est un film de Roger Kumble sorti en 1999.

Kathryn Merteuil, riche, intrigante et machiavélique jeune fille de bonne famille adore manipuler ceux qui l’entourent. Tous les moyens sont bons pour qu’elle parvienne à ses fins. Un jour, elle fait un pari avec Sebastian Valmont, son double masculin, son ami et beau-frère aussi perfide qu’elle.

Sebastian doit séduire la vertueuse Annette Hargrove qui déclare haut et fort qu’elle restera vierge jusqu’au mariage. Or ce mode de pensée agresse profondément la libertine et insouciante Kathryn.

Sebastian veut à tout prix gagner ce pari. Il se rapproche d’Annette mais sa tentative de séduction n’a pas les effets escomptés. C’est lui qui succombe au charme de la jeune et jolie étudiante.

Sexe Intentions est un film de Roger Kumble sorti en 1999. Kathryn Merteuil, riche, intrigante et machiavélique jeune fille de bonne famille adore manipuler ceux qui l'entourent. Tous les moyens sont bons pour qu'elle parvienne à ses fins. Un jour, elle fait un pari avec Sebastian Valmont, son double masculin, son ami et beau-frère aussi perfide qu'elle. Sebastian doit séduire la vertueuse Annette Hargrove qui déclare haut et fort qu'elle restera vierge jusqu'au mariage. Or ce mode de pensée agresse profondément la libertine et insouciante Kathryn. Sebastian veut à tout prix gagner ce pari. Il se rapproche d'Annette mais sa…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un baiser lesbien éducatif.

Note des lectrices : Soyez la première !
40

Un film destiné à un public adolescent comportant les jeunes stars montantes du cinéma hollywoodiens : Ryan Phillippe (Antitrust, Souviens-toi… l’été dernier), Sarah Michelle Gellar (Buffy contre les Vampires), Reese Witherspoon (Pleasantville, La Revanche d’une blonde) et même Joshua Jackson (Dawson). Un casting intéressant, des acteurs expérimentés malgré leur jeune âge qui offrent tous d’excellentes prestations.

Rajeuni et modernisé, le célèbre roman Les Liaisons Dangereuses apparaît pourtant beaucoup moins trash et scandaleux que ce que nous étions en droit d’attendre. L’adaptation est lissée et formatée dans le but d’être tendance. Pari réussi au vu du succès en salle du film mais il est cependant dommage de constater qu’il est plus question de manipulation, de plans et d’idées, que de scènes de sexes, de violence et de drogue.

Pourquoi parler de ce film ? A cause du baiser lesbien. Personne n’a pu le manquer et l’ignorer vu toute la publicité qui l’a entouré alors que ce n’est qu’un simple et unique baiser. Le personnage d’homosexuel interprété par Joshua Jackson n’a pas eu de promotion à côté.

Un baiser destiné à présenter l’aspect sulfureux, moderne et libertin de ce long métrage. Mais il ne dure pas plus de 18 secondes. Enfin, je vous l’accorde, il y a eu deux baisers seulement le premier ne compte pas réellement. Et finalement, ce film n’aborde absolument pas le sujet de l’homosexualité féminine. Il se sert simplement d’un baiser entre deux femmes sublimes pour attirer les téléspectateurs masculins qui pensent se rincer l’oil.

Mais en fin de compte, les hommes en mal de relations lesbiennes et les lesbiennes en mal de relations homosexuelles seront déçus. Au final, Les Liaisons Dangereuses est une douce romance hétérosexuelle très convenue.

Sexe Intentions : Critiques Presse et Récompenses

« Le résultat est psychologiquement très intéressant, et très attractif parce qu’il met en compétition des Comédiens peu connus et pourtant éblouissants de charme et de naturel. » Claude Baignères (Le Figaro)

« La mise en scène léchée, les décors luxueux, la musique branchée contribuent à une entreprise osée, certes, mais pas si hasardeuse que ça. » Eric Leguèbe (Le Parisien)

« (…) Sexe Intentions, tout en se laissant regarder, ne casse pas des triques, et ressemble à n’importe quelle romance douceâtre pour ados gentiment rebelles, musique sympa à l’appui. » Yann Gonzalez (Chronic’art.com)

« Les Liaisons Dangereuses version ado. Regrettable que son auteur n’ait pas osé l’adapter fidèlement. A mi-chemin, il se fait hara-kiri. » Marc Toullec (Ciné Live)

« C’est amusant de voir que l’intrigue de Laclos résiste malgré tout au traitement sirop de choc que lui fait subir Hollywood, avec ses féroces minets et ses pucelles de luxe. » Marie-Noëlle Tranchant (Le Figaroscope)

« Le film, produit formaté pour le public adolescent (ou de vieux cochons), (…) est distrayant mais ne présente pas grand intérêt, si ce n’est de permettre aux spectateurs de se rincer l’oeil sur d’affriolantes poulettes (…) » Olivier Père (Les Inrockuptibles)

« Sexe, vengeance et trahison constituent la trame du film, et l’intérêt qu’il suscite. » Sandrine Chicaud (L’Express)

« (…) a priori, il y avait tout à craindre de cette méchante métamorphose. Erreur. Ces Sexe Intentions, toute gonflées d’un toupet anti-hollywoodien, sont un modèle de libertinage, de cynisme et de crudité verbale. » F.P. (Le Nouvel Observateur)

« (…) pendant une bonne heure, ce petit film élégant, finement dialogué et impeccablement interprété – les deux filles, la brune Sarah Michelle Gellar et la blonde Reese Witherspoon ont déjà du métier ! – vaut le coup d’oeil. » Aurélien Ferenczi (Télérama)

« (…) c’est réussi, dans la mesure où on rit beaucoup du côté «porno soft» assumé par le film, même si tout est fait pour être tendance, des socio-problèmes évoqués (racisme, drogue, homosexe) à la BOF très pop. » Stéphanie Lamome (Première)

« Il y est question de manipulation, d’amour et de sexe. Et comme il est plus facile de filmer des scènes de sexe que des scènes de manipulation, le film n’en manque pas ? » Lomig Guillo (FHM)

« Pour tout «libertinage», Sexe Intentions (…), quintessencie une certaine vulgarité américaine sans âge ? sociale, vestimentaire, religieuse, linguistique, culinaire, immobilière, morale, sexuelle, littéraire et plus si affinités. » Bayon (Libération)

« Affadi, vulgarisé, normalisé, le roman de la cruauté devient (…) une sorte de bréviaire, un “Comment draguer vite et bien les poules”, un vade-mecum pré-universitaire. C’est Kant revu et corrigé par Monsieur Bricolage. » Elizabeth Gouslan (L’Evénement)

Sexe Intentions : Extraits

KATHRYN  : « Pourquoi je préfère me réserver » par Annette Hargrove, lycéenne à Kansas City. Non, c’est pas vrai ! Mais d’où elle sort celle-là ?
SEBASTIAN  : C’est le petit ange à son papa. Un modèle de chasteté et de vertu. Voyons. Nian nian nian. J’adore mes parents… Nian nian nian. Une décision mûrement réfléchie. Ah, voilà. Elle a un petit ami qui s’appelle Trevor. Ils se connaissent depuis un an. Trevor est compréhensif.
KATHRYN  : Trevor est une folle. Dommage pour toi, elle habite au Kansas.
SEBASTIAN  : Au contraire, le père de la vierge a accepté d’être le nouveau directeur de notre école. Elle séjourne chez ma tante à Long Island en attendant de déménager. Est-ce que tu imagines le bien que cela ferait à ma réputation. Troncher la fille du nouveau directeur avant la rentrée scolaire. Ce sera ma plus grande victoire.
KATHRYN  : Tu n’as aucune chance. Même pour ça, tu n’as pas la carrure.
SEBASTIAN  : Irais-tu jusqu’à engager un pari ?
KATHRYN  : Je vais y réfléchir.

ANNETTE  : Bonsoir.
SEBASTIAN  : Je suis venu te dire au revoir.
ANNETTE  : Où est-ce que tu vas ?
SEBASTIAN  : Ben je rentre chez moi en ville et peut-être qu’ensuite j’irai dans le sud de la France. Tes petits jeux je ne les supporte plus.
ANNETTE  : De quoi tu parles ?
SEBASTIAN  : Oh, fais pas l’innocente. Tu n’arrêtes pas de souffler le chaud et le froid. Je ne me sens pas du tout à la hauteur.
ANNETTE  : Et bien si c’est ça l’effet que je te fais, autant que tu partes, effectivement.
SEBASTIAN  : Tant mieux pour toi.
ANNETTE  : Sébastien, écoute. J’ai pas envie qu’on se quitte fâchés comme ça.
SEBASTIAN  : Heu, j’ai bien peur que tu n’ais pas le choix, vois-tu. Tu es une hypocrite. Et les hypocrites, je les évite.
ANNETTE  : Quoi, moi une hypocrite.
SEBASTIAN  : Je t’en prie, Annette. Tu prônes sans arrêt qu’il faut se réserver pour le grand amour. Ben voilà, tu l’as devant toi et tu vas lui tourner le dos. On est vraiment baisé, hein. Alors moi, je m’en remettrai mais toi, il va falloir que tu passes le restant de tes jours à regretter d’avoir repoussé l’amour. C’est ça qui fait de toi une hypocrite. Je te souhaite d’être heureuse.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre