Une première expérience lesbienne totalement ratée

Article lié à la série Six Feet Under

image six feet under 1image six feet under 2image six feet under 3

Six Feet Under est une série en cinq saisons créée par Alan Ball en 2000 et diffusée sur la chaîne câblée américaine HBO. Elle est centrée sur la famille Fisher propriétaire d’une entreprise de pompes funèbres. Cette famille se compose de Nathaniel « Nat » (Peter Krause), le fils rebelle qui s’est éloigné très jeune mais revient au décès de son père, de David (Michael C. Hall), le fils parfait homosexuel et catholique, de Ruth (Frances Conroy) la mère de famille dépassée et déprimée et de Claire (Lauren Ambrose) une artiste souffrant d’un mal de vivre chronique.

Acclamée par le public et les médias, cette série a étonnamment surpris par sa qualité, ses propos engagés et sa critique acerbe de la société américaine. Alors que depuis le premier épisode, l’homosexualité de David est connue, le lesbianisme n’avait encore jamais été abordé. C’est chose faite aujourd’hui lors de la quatrième saison.

Au cours de celle-ci, Claire vient de rompre avec Russell, le garçon qu’elle aimait passionnément au cours de la saison précédente. Elle était même tombée enceinte de ce dernier mais avait décidé d’avorter sans le mettre au courant. Claire, après cette séparation, souffre d’un profond malaise existentiel. Elle n’a envie de voir personne, elle ne veut parler à personne. Elle déclare même à son frère durant l’épisode 1 de la saison 4 « Falling Into Place » : « Tous les hommes sont des connards qui finissent tous par te baiser en beauté, c’est fini pour moi. J’ai envie de devenir une épave d’ermite complètement folle. »

Et puis Claire fait la connaissance d’Anita Miller pendant l’épisode 2 « In Case Of Rapture ». Elle est étudiante comme la jeune femme et suit également des cours à LAC Arts. Toutes les deux sympathisent et Anita lui propose de sortir s’amuser et d’aller écouter les poèmes de son amie, Edie (Mena Suvari). Claire rencontre ainsi Edie et la folie de cette dernière la surprend et la séduit.

Edie est en troisième année à LAC Arts mais avoue se soucier peu de ses études et de ses notes. Elle est vive, amusante, mordante, exubérante et pleine de vie. Lors du troisième épisode de cette saison, « Parallel Play », Edie mine une incroyable scène de jouissance masculine avec une guitare. Claire est sidérée par l’aplomb de la jeune femme. Elle est hilare et heureuse d’autant plus qu’elle est défoncée. Alors qu’elle se rend aux toilettes, la benjamine des Fisher observe ce qui l’entoure et découvre Edie entrain de faire l’amour avec une femme. Elle l’espionne quelques instants et se détourne. Plus tard, de retour chez Claire, Anita et cette dernière sont allongée sur le lit, défoncée et parlent de la soirée qu’elles viennent de vivre.

ANITA  : J’arrive pas à croire que je suis sortie avec Russell. Il embrasse vraiment bien.
CLAIRE  : Ouais. Alors Edie est lesbienne à plein temps ? Ou c’est juste une fille bi des écoles d’arts ?
ANITA  : Non, carrément, totalement lesbienne féministe.
CLAIRE  : Est-ce qu’elle sortait avec cette fille ? Cette rouquine avec le débardeur ? Ca va, Anita ?
ANITA  : Peut-être que je vais avoir besoin de la poubelle.

L’affirmation est sans appel : «  Carrément, totalement lesbienne féministe  ». Difficile d’être plus claire.

Une légèreté de ton et de traitement qui se retrouve également durant l’épisode suivant « Can I Come Up Now », lors d’une discussion entre Claire, Anita et Edie. Claire a ouvertement dragué Jimmy en salle de repos et s’est tout naturellement qu’ils se retrouvent au lit. Là, Jimmy demande à Claire ce qu’elle désire, ce qu’elle attend de lui. Il l’interroge sur ce qu’elle veut qu’il fasse. Claire est gênée par cette discussion et, mal à l’aise, finit par se sauver. Un peu plus tard, elle retrouve Anita et Edie avec lesquelles elle entreprend de repeindre les murs de son appart. Là, elles parlent de son expérience désastreuse avec Jimmy.

EDIE  : Alors, pourquoi tu lui as pas juste dit ce que tu voulais ?
CLAIRE  : Oh, parce que y’a carrément pas moyen ! Ce serait trop… Beurk… sérieusement vous feriez ça ?
EDIE  : Bien sûr.
ANITA  : Hum… ouais. Autrement ils ne le feront jamais par eux-mêmes, peu importe combien de cris de star du porno je fais.
CLAIRE  : J’aimerais juste qu’ils sachent… le faire par eux-mêmes. C’est trop gênant…
EDIE  : Et bien, c’est pour ça que les filles sont mieux ! Elles savent !
ANITA  : Non merci. Je t’aime, mais je ne bouffe pas de chatte, ok ? J’ai essayé une fois, c’était… mmmh, pas pour moi! Alors j’aurai juste à continuer à dire à des gars stupides d’un trait : “Lèche-moi le clito en me doigtant !”
CLAIRE  : Oh mon Dieu ! C’est… beurk… Mais… ok… L’année dernière je suis sortie avec ce gars, Phil, Il était trop canon, et carrément dans le sexe, on était toujours en train de… baiser ! Genre tout le temps ! Mais à chaque fois qu’il descendait sur moi, c’était comme s’il y avait cette limite de temps implicite. Je savais que quand ça commencerait à être bon pour moi, il allait me regarder avec ses yeux de homard du genre : “Je peux venir maintenant ?”
EDIE  : Alors, qu’est-ce qui te fait jouir ?
CLAIRE  : Je sais pas… les trucs… habituels ! Pourquoi tu parles de ça ?
EDIE  : Tu sais, peut-être que tu n’as jamais eu d’orgasme !
CLAIRE  : Bien sûr que j’ai eu un orgasme !
EDIE  : Car si tu en avais eu un, tu serais pas gênée de demander pour plus de cunni.
CLAIRE  : Ça se peut que j’ai jamais eu d’orgasme ? J’ai déjà ressenti une montée de désir et ensuite, une sorte de soulagement de ce désir !
ANITA  : Oh mon Dieu, Claire. Tu t’es jamais fait un petit plaisir solitaire ?
EDIE  : Tu te masturbes pas ?
CLAIRE  : Je trouve pas ça très intéressant…
EDIE  : Tu sais, Claire, on pourrait hum… te montrer comment te donner un orgasme si tu veux.
ANITA  : Hé oh ! Pas lesbiennes !
CLAIRE  : Je crois pas que c’est possible que j’ai jamais eu un orgasme !
EDIE  : Si tu en as pas eu, tu manques quelque chose.

Un dialogue cru mais réaliste traitant avec humour de la vérité de jeunes adultes sans aucun tabou.

Edie et Claire se rapprochent de plus en plus. Au cours de l’épisode 6 intitulé « Terror Starts At Home », Claire, Anita, Edie, Jimmy et Russell prennent de la drogue en plein milieu d’après-midi et planent. Alors qu’Anita s’envoie en l’air avec les deux garçons, Claire et Edie peignent les murs de l’appart. Elles sont très proches et dans le même trip. Mais soudain, après un coup de fil de son frère, Claire réalise qu’il s’agit de l’anniversaire de David et se sauve. Elle arrive en retard à la fête mais s’éclipse rapidement pour rejoindre ses amis. Lorsqu’elle revient, Edie lui déclare qu’elle rêve d’aller se rouler dans l’herbe fraîche. Claire répond que la pelouse devant la maison est superbe. Elles s’y rendent toute les deux. Edie se roule dans l’herbe alors que Claire prend des photos. Elles se rapprochent, Edie s’allonge sur Claire qui ne bouge pas et attend et elles roulent toutes les deux dans l’herbe enlacées.

Il est évident qu’Edie drague Claire. Et celle-ci se laisse faire, visiblement séduite par la jeune femme. Lors de l’épisode 7« The Dare », Claire a fait développer les photos qu’elle a prises d’Edie. Elle est extrêmement fière de son travail et refuse de le partager. Lorsqu’elle croise Edie et lui montre son cliché, cette dernière trouve la photo très belle. Claire, convaincue par Edie, accepte de présenter la photo à son évaluation mais elle lui rétorque que maintenant elle a une dette envers elle parce qu’elle a posé pour ce travail.

En cours, lors de son évaluation, la classe trouve ses photos bien meilleures que les précédentes. La prof, Caroline, note une nette amélioration.

CAROLINE  : Eh bien, c’est vraiment une amélioration, mais il y a toujours quelque chose d’insatisfaisant. Quelqu’un sait-il ce que c’est ?
ELISE  : Elles sont techniquement bonnes. Elles sont juste… limitées.
CAROLINE  : Elise, c’est une belle façon de le dire. Elles nous montrent quelque chose, mais elles ne nous laissent rien pour réfléchir. Toutes sauf, celle-là. Claire, qu’est-ce que tu penses que cette photographie exprime ?
CLAIRE  : C’est à propos d’être à moitié caché, ça représente la sortie de l’ombre.
CAROLINE  : Cette femme sur la photo nous regarde comme si elle voulait qu’on s’approche. Mais on ne le fait pas, elle nous regarde comme si elle nous lançait un défi, mais quel est ce défi ? Est-ce de la toucher ? Elle a l’air de savoir qu’on a peur, mais qu’y a t’il de si effrayant chez cette belle femme ? Qu’y a-t-il de si effrayant à se rapprocher de quelqu’un ? Parce qu’on ne connaît pas la réponse à ces questions, la photo nous hante. Bon travail, Claire. Quelqu’un d’autre a des commentaires ?
ELISE  : Ouais, je suis vraiment énervée.
CAROLINE  : Pourquoi ça Elise ?
ELISE  : Claire prend une photo érotique de sa superbe petite amie et elle obtient un A juste parce que vous êtes lesbienne ! Ça craint !
CLAIRE  : Elle n’est pas ma petite amie !
ELISE  : Lâche-moi !
CLAIRE  : Ok, ça suffit. Anita, dis-lui, c’est juste une amie.
ANITA  : Elle n’est pas la petite amie de Claire, à ce que je sais.

Elise formule la question que tout le monde se pose. Que se passe-t-il réellement entre Edie et Claire ? Sont-elles plus que des amies ? Pour l’instant, la réponse est non. Elles ne sont que des amies. Pourtant, certains gestes portent à confusion. Comme cette roulade dans l’herbe fraîche lors de l’épisode précédent ou comme le fait qu’Edie approche sa main près de celle de Claire sur l’accoudoir, au cinéma.

Pourtant, rien n’est clair, tout est confus. Claire avoue ouvertement qu’elle n’est pas attirée par les femmes lors de leur séance au cinéma en déclarant :

CLAIRE  : Je ne sais pas dire si une fille est belle ou pas. Je ne regarde pas les filles comme ça.
DAVID  : Quand tu étais petite, tu n’arrêtais pas de nous dire combien tu trouvais Jennifer Aniston jolie !
CLAIRE  : Je ne faisais que ressortir ce que la société m’obligeait de penser. Et que veux-tu, j’avais 11 ans.

image six feet under 4image six feet under 5image six feet under 6

Retour à la fiche de présentation Six Feet Under

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre