Miss Deeplane – Tome 1: Tomber les masques de Stéphane Louis et Véronique Daviet

Miss Deeplane T1

Titre Français : Miss Deeplane Tome 1: Tomber les masques

Auteur : Stéphane Louis (scénario et dessins) et Véronique Daviet (couleurs)

Date de Sortie : Avril 2013

Nationalité : Française

Genre : Bandes Dessinées & Comics

Nombre de Pages : 47 pages

Éditeur : Éditions Clair de Lune

ISBN : 978-2-35325-524-5


Interview(s) :

Vers le blog de l’auteur dédié à Miss Deeplane

Interview du créateur Stéphane Louis pour Paperblog.fr

Miss Deeplane Tome 1: Tomber les masques : Quatrième de Couverture

Adulée, idolâtrée, super célèbre, mégastar, super-héroïne, bisexuelle, orpheline… la belle Miss Deeplane est tout cela à la fois.

Mascotte du premier magazine mondial pour geeks, Miss Deeplane a des dons hors du commun. En effet, elle est la fille d’un extraterrestre et de la descendante d’une lignée de druides, descendants eux-mêmes d’un dieu gaulois !

Ajoutez à cela sa vie de couple avec la belle Lynn, une jeune femme au caractère bien trempé, un père adoptif rédacteur en chef et bipolaire, et vous aurez une toute petite idée du cocktail détonnant que cette histoire imaginée par l’auteur de Tessa vous propose !

Miss Deeplane Tome 1: Tomber les masques : Avis Personnel

Miss Deeplane nous entraîne dans un univers déjanté issu d’un savant mélange entre les genres de la BD franco-belge et du comics. Ce type de fusion est rare, et c’est une raison pour laquelle j’ai autant apprécié la lecture de ce premier tome. Le présence de super-héros en pagaille, la surenchère, le trait du dessinateur acéré mais pas trop (exactement ce qui avait fait le succès de la série « Tessa agent intergalactique » qui n’était pas sans rappeler l’originalité toute particulière initiée par Nicolas Mitric), le contexte américain – avec New York City, les talk-shows, le désert, les grosses motos et j’en passe – sont autant de clins d’œils et de sources d’inspiration qui nous plongent directement dans un univers comics.
Pour tout le reste, le scénario est certes trivial mais bien construit, l’humour omniprésent, la substance du dessin reste typique, ces éléments ne ne trompent pas: il s’agit de bien de BD franco-belge comme on aimerait en lire plus souvent ! J’adore ! Nous sommes dans la continuité de ce renouveau initié par les Éditions Soleil  il y a une quinzaine d’années, notamment avec une série comme Lanfeust de Troy, mais l’originalité et la nouveauté sont encore et toujours au rendez-vous. le rendu est percutant et on ne s’ennuie pas une seconde.

Je n’ai pas envie de spoiler le contenu du scénario, je pense que le résumé en quatrième de couverture est assez parlant et sera suffisant pour motiver ou démotiver (!) les lecteurs. Ce que je peux dire, c’est que notre  Miss Deeplane est une super héroïne transformiste rousse hyper sexy et bisexuelle, actuellement en couple avec Lynn dont le caractère est pour le moins possessif et volcanique. Autant d’éléments qui attestent bien de la légitimité de sa présence sur Univers-L en ce jour ! Ce livre commence sur les chapeaux devant un New York dévasté et en fumée, où l’on apprend tout simplement face à cette vision de désastre qu’il s’agit « d’une petite boulette » de Miss Deeplane qui a provoqué ce carnage sans faire exprès en cherchant à connaître l’origine de ses parents naturels (rappelons qu’elle est orpheline). Si vous êtes comme moi et qu’à l’évocation de cette « petite boulette » vous affichez déjà un sourire à vous fendre le visage, courrez vite vous procurer ce premier tome.

J’insiste quand même sur la qualité du scénario, et je partage ci-après les paroles de Néa (véritable prénom de Miss Deeplane quand elle n’est pas masquée) lorsqu’elle présente sa sexualité lors d’un talk-show:

LE PRÉSENTATEUR: Je me dois de vous remercier. À présent que vous avez ôté, pour la première fois, votre masque, je vous le demande: voulez-vous m’épouser, belle inconnue aux yeux verts !
NÉA: Cyan…
LE PRÉSENTATEUR: Que ?
NÉA: Mes yeux… Ils ne sont ni verts, ni bleus, mais cyan ! Mais peut-être ne l’aviez-vous pas remarqué parce que vous regardiez ailleurs?
LE PRÉSENTATEUR: Ahem!
NÉA: Je vous comprends, moi aussi c’est ici que je regarde chez une folie fille… Juste après les yeux et les fesses !
LE PRÉSENTATEUR: Oh, oh! Cela sent le seconde scoop! J’allais justement vous interroger à propos de vos déclarations récentes sur le « Lesbian Geek Blog », « Comixheroes » et j’en passe, ainsi que dans une interview accordée à Xavier Fournier pour le magazine « Comic Box ».
NÉA: Oui, je vous écoute?
LE PRÉSENTATEUR: Vous y avez clairement dit être, je vous cite: « copine comme cochonne avec les gays et les lesbiennes ».
NÉA: Et vous en déduisez? Allez-y, allez au bout de votre question!
LE PRÉSENTATEUR: Bien ! Alors, Miss Deeplane: hétéro ou lesbienne?
NÉA: Vous voyez, c’est précisément pour cela que j’ai voulu en parler. Qu’est-ce que cela peut-il bien faire ? Je vois tellemetn d’adolescents et d’adultes en festivals, qui ne peuvent dire ouvertement qu’ils sont homosexuels ou bisexuels! Vous vous rendez compte ? Nous sommes au XXIème siècle, et on en est encore à cataloguer les autres d’après leurs préférences sexuelles! Alors oui, vous avez votre scoop. Celle qui porte ce costume est en couple avec une jolie jeune femme. Que j’embrasse tendrement au passage. Mais j’ai aussi aimé des hommes, et ce era peut-être encore le cas, qui sait? C’est ce que sont les personnes qui m’importe, et donc les sentiments qui vont avec. La sexualité n’est que la conséquence d’une rencontre amoureuse.

Tout ça en une seule planche, pas mal non ? Et attendez de voir les dessins qui vont avec… 😉

Miss Deeplane Tome 1: Tomber les masques : Extraits

Miss Deeplane T1 P9

A propos de Edwine Morin

Relectrice et Chroniqueuse Occasionnelle. Passionnée par les séries télévisées, elle en dévore depuis des années dans tous les thèmes possibles et ses préférences sont si hétéroclites qu'il est difficile d’en trouver les limites. Romantique dans l’âme, elle a succombé au charme d’I Can’t Think Straight et de Loving Annabelle tout en étant fan du travail de Quentin Tarantino.

3 commentaires

  1. ah! super! merci pour l’adresse du blog, je regarderais tout ca en détail :)

  2. Chronique lue, je me suis dit que ca pourrait etre intéressant, et j’ai lu la BD aujourd’hui parce qu’il faut dire que ça ne coure pas les rues non plus.
    J’ai bien aimé, j’avoue que certaines scenes sont assez osés pour de la BD de ce type, je ne m’y attendais pas, mais c’est bien. Le dessin est très plaisant (du moins il m’a plut) et ça me fait toujours rire comme quoi un simple costume de super héro fait qu’on ne vous reconnait pas avec des vêtements « normaux ».
    Sinon que dire… L’histoire est plutot bien, les répliques cinglantes sont un vrai plaisir.
    Tu dis dans ta chronique que c’est un premier tome mais si certes c’est bien le premier, c’est surtout le dernier!! Donc le bémol de tout cela c’est que c’est quand meme très court et très rapide. C’est une qualité comme un défaut puisqu’au final, on n’a même pas le temps de s’ennuyer.
    Bref, lecture sympa et surtout originale, j’ai bien aimé 😀

    • Merci pour ton retour @atta, je suis contente que ma chronique t’as donné envie de lire la bd et d’apprendre qu’effectivement, après lecture, ça t’a plu.
      Eh oui, il fallait bien préciser que c’était un tome 1 mais effectivement pas de suite disponible à l’heure actuelle :(
      Cependant l’album est assez récent (il a un an et demi) donc on peut encore espérer une suite, en plus, point positif, le site de Miss Deeplane est régulièrement mis à jour http://missdeeplane.blogspot.fr :)

Répondre