2 Minutes Later : Interview de l’actrice Jessica Graham, l’interprète d’Abigail Marks

2 Minutes Later : Interview de l'actrice Jessica Graham

Interview accordée à Stephen Beeny le 01 Mai 2009 pour le site GaydarNation

Thriller érotique peuplé de lesbiennes chaudes comme la braise et d’hommes gay et sexy, 2 Minutes Later est une enquête policière comme il n’en existe aucune autre qui vient juste de sortir en DVD.

Mélange de chair en abondance et de rencontres sexuelles brûlantes, 2 Minutes Later tisse une toile incroyablement complexe d’intrigues et de désir complétée par de remarquables rebondissements. Nous avons parlé à l’actrice ouvertement bisexuelle Jessica Graham, qui interprète la téméraire détective lesbienne Abigail Marks, de la nudité intégrale frontale, des scènes de sexe très hot et de comment les filles peuvent être des tombeuses elles aussi !

Qu’est-ce qui vous a séduite en premier dans 2 Minutes Later ?

Le fait que ce soit tourné dans ma ville natale était très attirant. Ça et la scène de sexe hyper hot dans la baignoire.

Quels sont les principaux thèmes abordés dans le film ?

L’amitié, la nudité intégrale de face et la course en talons aiguilles.

Y a-t-il une scène ou un moment dans le film dont vous soyez particulièrement fière ?

Eh bien, ma première apparition qui met glorieusement en scène mes fesses restera dans l’Histoire. Quand j’ai fait le tour des festivals, j’ai beaucoup apprécié chaque fois qu’Abigail provoquait les rires du public.

Le film s’appelle 2 Minutes Later. Alors, que ferez-vous dans deux minutes ?

Je dormirai. Je participe à une course de cross country avec ma petite sœur demain et j’ai besoin de beaucoup de sommeil.

Dites-nous en plus sur votre personnage dans le film, Abigail Marks.

Elle est hot ! Bon, hot du genre “cette fille a un grain mais je pourrais la faire changer”. Elle ne vit que dans l’immédiat et dans l’excès. C’est aussi une amie loyale qui a un méchant sens de l’humour.

Quels sont vos points communs – auriez-vous fait une bonne détective ?

Hum, je dois avouer que je lui ressemblais un peu trop quand j’étais plus jeune. Je pense que je ferais une bonne détective, surtout dans ma propre série télé.

De nombreuses personnes ont comparé la relation d’Abigail et de Michael à une version queer d’Audrey Hepburn et Spencer Tracy. Êtes-vous d’accord ?

Ouais, j’aime bien l’idée. Je pense que c’est ce que recherchait Robert Gaston dans son écriture des personnages.

Avec des séries à succès comme Dante’s Cove et The Lair, il semble y avoir un réel engouement pour les thrillers érotiques. Comment expliquez-vous ça ?

Les gens aiment l’association sexe-violence. Je ne sais pas vraiment ce que ça révèle de notre société. Peut-être que chacun de nous a besoin d’une thérapie. Ou de plus d’accessoires en cuir dans la chambre…

J’aime le fait que la première fois qu’on voit Abigail dans le film, elle a la gueule de bois et essaie de se débarrasser d’une femme ramassée au hasard. Comparé aux héroïnes de The L-Word, ça c’est la vraie vie ! Était-ce un choix délibéré d’en montrer une image très réaliste ?

Oui, complètement. Pour moi, c’est bien plus drôle de regarder un personnage qui soit crédible.

Dans une des critiques que j’ai lues, il était écrit que vous étiez parfaite pour le rôle parce que peu d’actrices sont capables de courir dans la rue en robe blanche et talons hauts et de dégainer une arme sans jamais avoir l’air ridicule ! Vous voyez-vous comme un modèle de butch classe et sexy ?

C’est comme ça que je vois Abigail. Et je suppose que les bons jours, c’est aussi comme ça que je me vois. Mais attendez, est-ce qu’être un modèle signifie que je doive porter un de ces anneaux de pureté ?

Il y a une réelle égalité entre les personnages gay et lesbiens. Était-ce important pour vous et pour le film ?

Oui, ça l’était vraiment. C’est un élément qui m’a vraiment attirée dans ce projet. On a besoin de plus de choses dans ce genre !

Même les scènes de sexe renversent la tendance avec les scènes gay plutôt romantiques et les scènes lesbiennes plutôt décomplexées. Quel message le film voulait-il transmettre ?

Ça en dit long sur le deux poids deux mesures ! Les filles peuvent aussi être des tombeuses ! Même si je dois avouer que je n’ai jamais eu d’histoire d’une nuit réussie avec une femme.

Les cinéastes ne se donnent pas souvent la peine de faire des films pour la cible gay et lesbienne. Quelle a été la réaction du public masculin et féminin ?

Nous avons eu beaucoup de retours positifs concernant le film. Et je sais que LOGO a fait un max de pub pour que les gens le voient. Abigail a de nombreux fans gays.

Vous êtes une actrice ouvertement bisexuelle – chose plutôt rare dans le milieu du cinéma. Qu’est-ce qui vous a poussée à être ouverte et honnête avec le public ?

Je veux profiter de ma vie. Être honnête et ouverte est une nécessité pour y parvenir.

Avez-vous déjà subi des pressions dans ce milieu pour vous faire rester dans le placard ?

Ouais, ici ou là. Mais il n’y a pas vraiment de place dans ma vie pour ce genre d’individus.

Que pensez-vous des très nombreux acteurs qui restent dans le placard ?

Je pense que c’est un triste constat de l’état actuel des choses. Mais je suis plutôt confiante sur le fait que ça va changer. C’est en train de changer. Je pense aussi que c’est un choix personnel et je ne porte aucun jugement sur quiconque choisissant de le garder confidentiel. Pourtant, ce serait cool qu’un jour tout le monde fasse son coming out en même temps. Vous imaginez ça ?!?

Avez-vous déjà subi de l’homophobie dans votre travail ?

En fait, je l’ai plutôt subie dans l’autre sens : être bisexuelle dans la communauté gay peut être difficile parfois. Donc j’ai tendance à m’entourer de gens qui ont mieux à faire que ça.

Quels sont votre devise et votre mot favoris ?

Devise : “Faut pas s’en faire”. Mot favori ? Je vous tiendrai au courant. Je suis bien trop indécise pour répondre à cette question.

Quel cliché s’appliquerait le mieux vous concernant ?

Les bi sont des filles faciles.

Qui serait votre rencart idéal ?

Ma/mon partenaire est mon rencart idéal bien sûr. Mais pour le salut de cette interview, je dirais Cate Blanchett ou Mick Jagger jeune.

Finissez la phrase : une soirée sympa dehors commence avec…

Un voiturier.

Et finit avec…

Un voiturier.

Et pour finir, qu’y a-t-il de prévu pour Jessica Graham ? Devons-nous nous attendre à vous voir jouer les lesbiennes dans le futur ?

J’ai un long métrage appelé And Then Came Lola qui circule en ce moment. Ainsi que deux courts-métrages dans les festivals : Tremble and Spark et Dire Straights. Je suis lesbienne dans chacun d’eux !

Mon prochain projet est le nouveau film de Robert Gaston, Socially Registered. Je joue une fille hétéro dans celui-là. Je suis trop contente de travailler à nouveau avec Robert. Socially Registered est un script génial et j’adore carrément mon personnage. Pour plus d’infos, rendez-vous sur ce site www.gastonpictures.com. Merci à vous !

Traduction Magali Pumpkin

Interview Originale sur le site Gaydarnation

Répondre