Trois Sur Le Coup

Une lesbienne en couple souhaite un enfant…

Année de Production : 1998

Réalisation : Fred Robbins

Scénario : Fred Robbins

Avec : Erica Shaffer (Beth), Janet Clark (Claire), Melissa Shaffton (Lucy), Te-See Bender (Julia), Kat Davison (Annie), Ingrid Sthare (Kay)

Nationalité : Américaine

Genre : Drame

Durée : 1h 25min.

Titre Original : Three on a Match

Trois Sur Le Coup : Résumé

Chaque année, Annie réunit ses amis pour sa soirée d’anniversaire. Cette année, alors que tout le monde est présent, la conversation dévie sur le sujet brûlant du moment, les enfants. En effet, Claire et Beth, en couple depuis deux ans, viennent de se séparer à cause du désir d’enfant de Beth.

Claire, avocate dans un grand cabinet, travaille de longues heures par jour. Elle apprécie de profiter de ses rares moments de liberté avec sa compagne, Beth. Mais cette dernière a décidé d’avoir un enfant. Tout d’abord réticente, Claire finit par réfléchir à la question. Pendant ce temps, Beth rencontre un homme attentionné avec des enfants malades et décide d’en faire le donneur de sperme idéal. Ce qu’elle ignore c’est que David donne des cours à Claire et est tombé amoureux de cette dernière…

Chaque année, Annie réunit ses amis pour sa soirée d’anniversaire. Cette année, alors que tout le monde est présent, la conversation dévie sur le sujet brûlant du moment, les enfants. En effet, Claire et Beth, en couple depuis deux ans, viennent de se séparer à cause du désir d’enfant de Beth. Claire, avocate dans un grand cabinet, travaille de longues heures par jour. Elle apprécie de profiter de ses rares moments de liberté avec sa compagne, Beth. Mais cette dernière a décidé d’avoir un enfant. Tout d’abord réticente, Claire finit par réfléchir à la question. Pendant ce temps, Beth rencontre…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Nul. Sans intérêt.

Note des lectrices : 0.7 ( 1 votes)
30

Une jeune femme rentre chez elle tard le soir. Elle appelle sa petite amie mais personne ne répond. Le spectateur qui n’aura pas lu le résumé du film se demandera s’il n’est pas devant un film d’horreur de série B. Le spectateur ayant lu le résumé attendra l’éclat de lumière, tous les invités cachés se levant avec des chapeaux ridicules et des confettis pour hurler « Joyeux Anniversaire ! »

Ensuite, la jeune femme en question se précipite dans les bras de sa copine et tout le monde commence à discuter. Ils attendent l’arrivée de Beth avant de manger le gâteau. L’heure tourne et l’absence de Beth amène le groupe à parler de sa vie et de sa relation avec sa compagne, Claire.

C’est là qu’on découvre un couple de femmes d’une trentaine d’années, très amoureuses. Elles vivent ensemble, déjeunent, s’embrassent, font l’amour… Bref, tout ce que fait un couple. Et elles se disputent aussi, à l’occasion. Là, leur sujet favori de dispute durant tout le film sera le fait d’avoir un enfant.

Beth veut un enfant. Son horloge interne lui hurle que c’est le moment. Claire, elle, n’est pas prête. Elle l’avoue à Beth mais à peine a-t-elle reconnu cela qu’en sortant de chez elle, elle croise une femme promenant son fils. Elle prend l’enfant dans ses bras et paf, elle se met aussi à rêver d’un bébé. Du coup, ni une ni deux, sans rien dire à Beth, elle prend des cours du soir pour apprendre à élever un enfant.

Beth, elle, n’en démord pas, elle veut un bébé. Du coup elle se renseigne sur toutes les techniques de conception pour les lesbiennes et accrochez-vous, elle ne va vous en épargner aucune. Finalement, après réflexion, elle décide de choisir un donneur qu’elle connaîtrait mais qui ne ferait pas partie de la vie de l’enfant. Et là coup de bol, elle croise un homme qui se déguise en lion pour raconter des histoires à des enfants malades. Elle a décidé, ce sera lui le père de son bébé. Il doit juste éjaculer dans un pot, lui donner sa semence et disparaître à tout jamais de sa vie.

Oui mais non, le monsieur en question il n’est pas d’accord ! Il a des sentiments quand même. Sa femme est morte en couche il y a à peine un an de ça et lui il veut vraiment être père. Il ne veut pas être un simple géniteur. Ce qui explique qu’il refuse la proposition. Mais contre toute attente, notre homme parfait du film, il a rencontré Claire puisque c’est lui qui lui donne les cours pour apprendre à élever un enfant. Il s’est rapproché de Claire qui a trouvé en lui un confident vu que son couple va mal. Et lui, il est tombé amoureux, normal.

Après une énième dispute, Claire et Beth se séparent. Claire va pleurer dans les bras de David. Au matin elle rentre chez elle et là, à sa tête vous vous dites tout de suite qu’elle a fait une grosse connerie. Plus téléphoné que ça vous mourez. Ensuite tout dépend dans quel groupe vous êtes. Si vous étiez dans le groupe qui pensait au film d’horreur, vous vous dites, « non, elle n’a pas pu coucher avec David, trop facile, trop prévisible. Manquerait plus qu’elle tombe enceinte et ce serait le pompon du pire scénario. ». Si vous êtes dans le groupe qui a lu le résumé vous vous dites « génial, elle a compris qu’elle était amoureuse de Beth et elles vont enfin se remettre ensemble parce que c’est un film lesbien et qu’il va bien se terminer. »

Le problème c’est que la fin c’est un mix de tout ça. Et là je dis que franchement je déteste les scénaristes qui me prennent pour une imbécile. Et c’est précisément ce que fait ce film, me prendre pour une imbécile. Plusieurs raisons à cela. D’accord il a été réalisé en 1998 mais il n’avait pas besoin de me lister toutes les manières possibles pour les lesbiennes de faire un enfant pour me sortir la connerie de la grosse boulette du « une fois avec un homme ça suffit pour tomber enceinte ». Ensuite parce qu’on ne me balance pas, pour une fois, un personnage masculin intéressant qui dit des choses sensées sur la paternité et qui est somme toute très bien joué pour en faire un coup d’un soir qui dégage ensuite alors même que c’est exactement ce que cet homme ne voulait pas. Enfin parce que pitié, mince, le happy-end parce que finalement tout le monde est content du fait que notre lesbienne-qui-ne-veut-pas-de-bébé soit enceinte, on se réconcilie, c’est le plus beau jour sur Terre, allons rire comme des idiotes dans l’eau, je déteste.

Ce film est tout sauf un film lesbien intéressant. À dire vrai je me demande ce qu’il apporte au combat de l’homoparentalité tellement il est à côté de la plaque. Je me demande même ce qu’il apporte tout simplement à la représentation lesbienne. Pour preuve, vous avez le droit à une scène d’amour. Mais pas entre les héroïnes, non ! Entre la brune et la blonde qui se pelotent sur leur canapé, devant tous leurs amis, en attendant de manger le gâteau avec Beth. Et là vous vous dites mais quel est le rapport avec la choucroute ? Ben oui, pourquoi elles sont tout d’un coup toutes seules dans un lit en train de s’envoyer en l’air ? Vous attendez, vous cherchez, vous cherchez et c’est la fin du film. Si vous trouvez la réponse, contactez-moi. Je ne l’ai toujours pas.

Inintéressant au possible. Je me demande ce qu’Erica Shaffer fait dans cette galère.

Trois Sur Le Coup : Extraits

CLAIRE : Enfin ! Je croyais que tu attendais qu’ils éclosent. Une rose, je suis gâtée.
BETH : Je sais. Je ne parierai plus jamais avec toi.
CLAIRE : T’as gagné la semaine dernière. Et j’ai aussi préparé le petit déj’ la semaine dernière.
BETH : T’es bonne qu’à une chose.
CLAIRE : Je me demande bien laquelle… (elles s’embrassent sur le lit et se déshabillent)

CLAIRE : Je retourne au boulot. On se voit à 18h. De quoi voulais-tu me parler ?
BETH : On en parlera plus tard.
CLAIRE : Beth, qu’y a-t-il ?
BETH : Je suis allée à l’hôpital ce matin.
CLAIRE : Tout va bien ? T’as fait un examen ?
BETH : Non, je vais bien.
CLAIRE : Qu’est-ce qui se passe ?
BETH : J’ai vu le Dr Richards, c’est un des meilleurs spécialistes du pays.
CLAIRE : Oui ?
BETH : Il fait de la fécondation in vitro.
CLAIRE : On devait d’abord en discuter à deux.
BETH : Je voulais juste connaître les bases. Il reste tant d’autres questions.
CLAIRE : Tu as déjà pris ta décision, hein ?
BETH : C’est faux. Je te demande toujours ton avis.
CLAIRE : Non, pas pour le chaton que tu as ramené ou la couleur de la chambre.
BETH : Je croyais que ça te plaisait.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre