Buffy contre les Vampires : Interview d’Alyson Hannigan, l’interprète de Willow Rosenberg

Interview liée à la série Buffy Contre Les Vampires

Buffy contre les Vampires : Interview d'Alyson Hannigan

Interview accordée au Magazine Arkanium n°8 (Septembre/Octobre 2002)

Alors, qu’est il arrivé à votre personnage ces temps-ci ?

Et bien, elle est devenue un peu accro à la magie. Donc, elle a dû arrêter de la pratiquer, ce qui est en quelque sorte, notre petite analogie à nous avec l’alcoolisme. Et elle doit affronter les conséquences du fait qu’elle ait laissé ses pouvoirs prendre le contrôle. Elle a perdu Tara dans le processus et cela représente beaucoup de souffrances. C’est en gros ce qui se passe.

Il y a eu aussi un peu de chant et de danse ?

Si peu que j’ai réussi à m’en tirer, oui.

Avez-vous reçu un entraînement spécial pour cela ?

Oui, j’ai prise quelques leçons. J’étais épouvantée mais ça a été très amusant. Ca a été une tonne de travail. L’épisode le plus laborieux qu’on ait jamais fait. C’était génial et tout le monde était impliqué. Maintenant que je vois les miracles qu’ils peuvent faire en studio, j’espère que je me sentirai plus confiante à l’avenir. Je n’avais probablement pas besoin de supplier Joss de ne pas me faire chanter. Je lui disais : « Je ne veux pas chanter, je ne veux pas chanter. » Alors il m’en a fait faire le moins possible. Mais maintenant que je connais les petites ficelles, s’il récidive, peut-être que je pourrai chanter un peu plus.

Allez vous réitérer cette expérience dans l’avenir ?

J’espère que non.

Pourriez-vous me faire un tour de magie ?

Si vous fermez les yeux, je pourrai disparaître.

Je ne veux pas que vous disparaissiez.

Mon agent n’apprécierait pas trop non plus. Je ne peux pas faire de magie. Je peux faire un tour de cartes mais cela me demande beaucoup de temps à mettre en place, et puis ce n’est pas très causant.

Qu’est ce que la célébrité a changé pour vous ?

Eh bien, de toute évidence, avoir un boulot consistent dans ce milieu c’est chouette. Un meilleur voisinage, une plus jolie voiture, ce genre de choses. C’est la reconnaissance qui vient quand vous travaillez sur une série qui dure depuis si longtemps, c’est assez intéressant. Quand je vais faire du shopping ou me balader, les gens me reconnaissent. D’une certaine façon, ils m’apprécient déjà. C’est un sentiment très étrange mais c’est bien, juste un peu bizarre.

 

Pensez-vous avoir une responsabilité vis-à-vis de vos fans ?

Je pense que ma responsabilité c’est ne pas me conduire comme une garce quand je les rencontre. C’est le maximum que je puisse faire. C’est une chose très personnelle vous savez. Quand aux rôles que je choisis et aux personnages que j’interprète, c’est une évolution, c’est ma carrière. Je ne peux pas faire ces choix en fonction de ce que je crois que les gens veulent me voir faire. Je ne peux choisir en fonction de gens que je ne connais pas. Il est clair que je décevrai quelqu’un. Mais je pense que ma responsabilité envers eux est de leur être reconnaissante, et quand ils me complimentent, de ne pas considérer cela comme acquis.

Vos fans sont plutôt issus de Buffy ou d’American Pie ?

Ca dépend. C’est par vagues. Quand les films sortent, c’était surtout des fans d’American Pie. Et puis il y a des moments de creux jusqu’à ce que les DVD sortent, et ça redémarre.

Aimez-vous être célèbre ? Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ?

Vous savez, quand j’entre quelque part je me dis : « Mais pourquoi me dévisagent ils tous ? ». J’ai l’impression d’avoir un truc sur le visage ou une fermeture éclair ouverte. Mais une fois que vous avez pigé, la meilleure sensation au monde c’est de marcher quelque part et de voir un petit enfant vraiment heureux de vous croiser. C’est incroyable d’être capable de les faire sourire rien qu’en étant là. C’est un incroyable cadeau.

Y’a- t-il des choses que vous ne pouvez faire comme tout à chacun à cause de vos fans, comme allez manger un hamburger quelque part ?

Je peux le faire. Ce sera peut -être un peu différent de quand vous allez manger un hamburger au Mac Do mais je peux le faire.

Et dans les autres pays, comment cela se passe t’il ?

La dernière fois que je suis allée en France, cela a été stupéfiant absolument incroyable. J’ai fait une séance de dédicaces dans un magasin de musique. Il y avait tellement de gens, ils hurlaient. Et puis ils se précipitent sur votre voiture. J’ai eu un aperçu de ce que les Beatles ont vécu, à un moindre niveau évidemment, mais c’était sympa.

Aimez-vous la France ?

La première fois que j’y suis allée c’était à Paris, avant que je ne fasse Buffy. Sans vouloir vous vexer, j’ai trouvé que parfois les américains n’y étaient pas traités très gentiment s’ils ne parlent pas français. Alors y retourner maintenant que la série est devenue si populaire, c’est génial. Ils se fichent que je ne parle pas leur langue. Je suis mieux traitée.

Y’a-t-il un revers à la médaille ? Les fans peuvent parfois se montrer si obsessionnels quand cela touche à Buffy.

Nous avons effectivement des admirateurs totalement fanatiques. C’est impressionnant. Ils se soucient si profondément de la série. On s’en rend compte surtout sur Internet. Ils pinaillent et voient tout ce qui cloche sur la série et parfois cela vous met dans une humeur du genre : « Lâchez-nous un peu, nous ne sommes pas parfaits ». Bien sûr que nous faisons des erreurs. Mais en même temps, ce sont ces fans qui font que nous sommes toujours là.

Recevez vous plus de lettres d’hommes ou de femmes ?

A peu près 50/50. Il y a définitivement de forts contingents masculins. Mais c’est équilibré. Ils sont très gentils et écrivent du monde entier. C’est vraiment cool de regarder tous ces petits cachets de la poste.

Recevez vous des recettes magiques ou des articles de sorcellerie de la part de vos fans ?

Non, je pensais que ce serait le cas mais ça ne l’a pas été. Quelqu’un m’envoie bien quelques bougies à l’occasion mais aucun article qui sorte de l’ordinaire. Je pense que les auteurs ont reçu du courrier de fans du genre : « Ce sortilège est incorrect, si vous recherchez vraiment ce que cela veut dire. » Mais cela ne concerne probablement qu’une petite poignée de gens.

Maintenant que la série est sortie en DVD, allez vous visionner les anciens épisodes ?

Vous savez ici, il y a toujours une chaîne pour rediffuser la série. Donc, il m’arrive de tomber dessus.

Qu’en pensez-vous quand vous la voyez ?

C’est un peu effrayant, vraiment. Surtout la première saison parce qu’avant qu’on ne me retire les amygdales, ma voix était très nasillarde. On peut même voir que mes ganglions étaient gonflés. Je suis si heureuse qu’on me les ai retirées. C’est un peu comme regarder les vieux annuaires du lycée, vous avez de bons jours, et de mauvais jours.

Retour à la fiche de présentation Buffy Contre Les Vampires

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre