Celles Qui S’Abandonnent d’Ann O’Leary

Celles Qui S'Abandonnent d'Ann O'Leary

Titre Français : Celles Qui S'Abandonnent

Titre Original : Letting Go

Auteur : Ann O’Leary

Date de Sortie : 17 Novembre 2006

Nationalité : Australienne

Genre : Roman d'Amour

Nombre de Pages : 140 pages

Editeur : Dans l’Engrenage

ISBN : 2-915342-11-3

Celles Qui S'Abandonnent : Quatrième de Couverture

Celles Qui S’Abandonnent est un roman d’Ann O’Leary sorti en 2006.

Alors qu’elle vient à peine de retrouver sa liberté après deux ans d’une relation tumultueuse dans laquelle elle ne s’épanouissait pas, Laura, à la tête d’une florissante agence de publicité de Melbourne, ouvre les yeux sur de nouveaux visages féminins dans son entourage : Jodie, la jeune assistante excentrique que son associé vient d’engager ; Kate, une talentueuse graphiste qui lui révèle la passion qu’elle lui inspire depuis des mois ; enfin, après un long siège, l’explosive et sensuelle Kelly juge le moment opportun de parvenir à ses fins.
Pour Laura, durement marquée par un passé douloureux, le choix entre une plaisante aventure érotique et la naissance d’un amour exigeant ne sera pas aisé. Il est parfois des pages terriblement lourdes à tourner et, après la perte d’un être cher, réapprendre à s’abandonner demande de pouvoir dépasser ses peurs les plus profondes.

Celles Qui S'Abandonnent : Avis Personnel

Je trouve toujours difficile de donner mon avis sur les romans à la couverture rose des éditions Dans L’Engrenage. La collection s’appelle “Romance” et c’est précisément de cela dont il s’agit. D’une vraie et belle romance lesbienne. On a tous les ingrédients habillement réunis. La lecture est facile et en une après-midi vous arrivez au bout du livre. Le style est efficace et réaliste sans chichi ni description trop détaillées. L’important c’est l’action. Sauf que niveau action, justement, ça pêche un peu…

Laura c’est la belle princesse à qui tout réussit. Elle est directrice de sa propre agence qui fonctionne très bien. Elle a un boulot passionnant et prenant qui lui permet quand même de sortir à 18h00 du bureau et lui laisse tous ses week-ends. Elle a forcément une baraque sur les bords de mer qui serait impossible à acheter sans un crédit sur 250 ans pour tout citoyen ordinaire. Mais peu importe, n’entrons pas dans ce genre de considération bassement matérielle. Bref, elle a donc une vie presque parfaite sauf que sa compagne, carriériste cupide, la trompe avec son patron (oui un homme, le choc !). Laura la met dehors et va ensuite vivre une vie dissolue de célibataire. Elle s’envoie donc en l’air avec la première femme qui lui fait comprendre qu’elle est attirante. Parce que tout le monde sait qu’elle est attirante sauf elle. Donc elle couche avec une femme qui lui plait mais c’est purement sexuel. Et ensuite il y a la pauvre vierge de vingt-trois ans qui se ramène et qui lui fait prendre conscience de ce qu’est le véritable amour.

Forcément entre les deux, aucun temps mort. Laura est même une femme tellement efficace et organisée qu’elle arrive à gérer son boulot, ses amies et deux liaisons en parallèle. Oui, c’est la Wonder Woman Lesbienne Australienne par excellence. Je l’ai trouvé vraiment forte Laura mais bon, je ne suis qu’une femme ordinaire. Du coup au niveau crédibilité on repassera. Mais en même temps, certaines personnes me disent que dans un livre ce n’est pas ce qu’on recherche. D’accord, mais quand même. Ensuite, au niveau de l’action, on repassera aussi. Le dîner en tête à tête et le débouchage de la bouteille de vin, c’est limite.

Celles Qui S’Abandonnent est un bon roman d’amour lesbien du genre édition Harlequin. Les lesbiennes sont fortes, indépendantes, heureuses et fières. Il leur arrive des choses ‘presque” normales. Mon problème c’est qu’un livre de ce genre d’à peine cent quarante pages sur un papier de basse qualité avec une couverture représentant des sushis (je n’ai toujours pas compris le rapport et ma famille en rit encore) ne devrait pas valoir quinze euros. C’est du vol. La moitié ce serait bien assez.

Je vous laisse donc juger de ce que vous attendez et du prix que vous êtes prêtes à payer.

Celles Qui S'Abandonnent : Extraits

« Kate Merlo était graphiste dans une petite société qui travaillait avec plusieurs agences publicitaires. Officiellement embauchée pour faire de la photocomposition pure, on lui demandait en réalité bien souvent de se charger de l’ensemble des projets. Laura appréciait son travail ; elle la considérait comme une professionnelle talentueuse et elle demandait toujours que ce soit elle qui s’occupe des commandes d’Adworks. Le fait qu’elle soit lesbienne et très belle ne gâchait rien, bien sûr, mais l’intérêt de Laura se bornait à son efficacité et à sa gentillesse.
Du côté de Kate, en revanche, la situation était fort différente : elle ne pouvait plus détacher ses yeux de Laura depuis la première fois qu’elle l’avait vue, un an plus tôt. Elle la trouvait absolument splendide, adorait collaborer avec elle et attendait les projets d’Adworks avec impatience. Cette attirance n’avait cessé de croître au fil des mois, à tel point qu’elle en était venue à fantasmer sur elle en permanence. Malheureusement, elle n’était pas assez sûre d’elle pour se décider à prendre une quelconque initiative, d’autant qu’elle doutait que Laura, plus âgée qu’elle et très sophistiquée, soit intéressée par quelqu’un de vingt-trois ans.
Laura l’accueillit avec un sourire éblouissant :
Bonjour Kate ! Je suis un peu en retard ce matin, nous n’aurons le temps que de jeter un rapide coup d’œil. De toute façon, je suis certaine que ce sera parfait, comme toujours.
Elle fit signe à Kate de s’asseoir. Debout près de la table, Laura se penchait vers elle quand Kate lui expliquait un point de détail. Elle était loin de se douter de l’effet qu’elle produisait chez la jeune femme qui, le visage à quelques centimètres des seins de l’objet de sa flamme, avait un mal fou à rester concentrée. Le parfum de Laura, la voix caressante au-dessus de sa tête et les mains manucurées qui se promenaient sur les papiers, tout contribuait à la troubler. Et Kate bafouillait, la bouche sèche, brûlant de toucher Laura, d’embrasser ses lèvres appétissantes et effroyablement proches des siennes. » (Page 18)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre