Le cliché de l’homosexuel mauvais ou mort

Ce stéréotype se compose de deux représentations distinctes mais liées aussi archaïques, fausses et préjudiciables l’une que l’autre.

Bien évidemment, il existe de nombreux clichés concernant les personnages homosexuels dans les médias. Leur représentation est aussi ancienne que la création de la littérature, du cinéma et de la télévision. Comme toutes les minorités potentiellement dangereuses pour l’ordre établi puisque hors normes, les gays et lesbiennes ont été rejetés et persécutés pour finir par être tolérés voire acceptés.

La représentation des homosexuels dans les médias a suivi la même évolution. Cependant, certains stéréotypes persistent.

I) L’HOMOSEXUEL MAUVAIS OU PSYCHOTIQUE  :

Dans ce cas précis, le gay ou la lesbienne est représenté, soit comme étant un criminel, un hors-la-loi, un assassin méritant d’être puni, soit comme un malade psychiatrique, un instable, un psychotique nécessitant d’être enfermé et soigné pour son propre bien et par extension pour le bien de la société.

L’homosexuel, parce qu’il est dangereux dans les deux cas, parce qu’il est violent ou dérangé, est rejeté par tous, sa famille, ses amis, la société en général.

L’épisode ou le film se termine alors sensiblement de la même manière. Le gay ou la lesbienne passe de vie à trépas pour reprendre une expression connue.

II) L’HOMOSEXUEL MORT  :

Le cliché de l’homosexuel mort, comme son nom l’indique, signifie que ce dernier finit par décéder.

L’homosexuel criminel est soit appréhendé par la police et enfermé pour toujours pour protéger la société et pour expier ses crimes, soit il est tué parce qu’il a cherché à résister aux forces de l’ordre venues l’interpeller. Le gay ou la lesbienne psychotique a soit sombré dans une folie destructrice devenant un tueur psychopathe (retour au cliché du personnage criminel), soit il est devenu dépressif, désespéré par un amour inavouable et impossible qui l’amène à se suicider, avant ou pendant son internement.

Il existe bien deux solutions dans ce cas précis. Soit l’homosexuel se fait tuer, par les gentils, bien évidemment, en tentant d’échapper aux forces de l’ordre venues l’appréhender par exemple, soit il se suicide, il se donne la mort et prouve ainsi son désespoir, sa faiblesse et son incapacité à affronter un avenir sans issue.

Tout est bien qui finit bien ! Encore une victoire de la morale bien pensante !

III) CONCLUSION  :

En supprimant le gay ou la lesbienne, les scénaristes leur ôtent toute chance de bonheur. En les assassinant ou en les faisant se suicider, les auteurs trouvent une issue facile à une question pour le moins embarrassante. Comment représenter cette population sans choquer l’opinion publique ?

L’objectif n’est pas de montrer de manière positive les homosexuels. L’objectif est de supprimer un personnage qui pose des questions trop dérangeantes. Cette disparition du gay ou de la lesbienne est un soulagement pour le public à qui on épargne finalement des interrogations gênantes et une réflexion sur un sujet brûlant : la sexualité.

Le personnage du gay ou de la lesbienne n’est créé que pour être homosexuel. Il n’a d’autre existence que celle de poser la question de l’homosexualité. Il ne doit pas exister à travers sa profession, ses actes, ses qualités et ses défauts. Il ne doit exister qu’à travers sa sexualité. Et en le condamnant, on condamne ouvertement l’homosexualité.

Est-ce le plus grand reproche que l’on peut faire aux fictions télévisées actuelles ? Certainement. Mais d’un autre côté que penser de cette obligation actuelle qui consiste à introduire un personnage homosexuel pour satisfaire les quotas ? N’est-elle pas nuisible elle aussi ?

image cliché homo mort 1image cliché homo mort 2image cliché homo mort 3

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre