La difficile position des acteurs & actrices interprétant des personnages gays & lesbiens

Acteurs hétéros jouant les homosActeurs hétéros jouant les homosActeurs hétéros jouant les homos

Il n’a pas toujours été facile pour les acteurs d’interpréter des personnages homosexuels. Aujourd’hui encore certains montrent de profondes craintes quant-à leur carrière. En 2000, lorsque Ron Cowan et Daniel Lipman décident d’adapter la série britannique Queer as Folk pour la télévision américaine, ils n’imaginent pas que certains seront aussi réticents à venir aux castings.

Et au tout début de la diffusion de Queer As Folk (US), fin 2000 et début 2001, les acteurs principaux restent très évasifs quant-à leur orientation sexuelle. Pour ne pas trahir les personnages ? Peut-être. Par peur pour leur carrière ? Peut-être. Par pudeur ? Peut-être également. Nul ne le saura vraiment. Il faudra attendre quelques années pour que Randy Harrison, l’interprète de Justin Taylor, Peter Paige, l’interprète d’Emmett Honeycutt, Robert Gant arrivé au cours de la saison 2 dans le rôle de Ben Bruckner et Jack Weatherall qui tient celui de Vic Grassi depuis le début, déclarent ouvertement qu’ils sont gays. Gale Harold, le séduisant Brian Kinney, laisse lui planer le doute pour le plus grand bonheur des hétéros et des gays.

Au début de la série, les acteurs de Queer As Folk (US) vont d’ailleurs rivaliser de déclarations plus douteuses les unes que les autres entraînant une certaine polémique outre-Atlantique. Chris Potter qui interprète le rôle du Docteur David durant la première saison de la série, déclare « Juste après qu’ils aient dit ‘Coupez’ vous crachez. Vous voulez vous rendre dans un bar de strip-tease ou toucher une maquilleuse. Vous vous sentez sale. C’est un dur métier. » L’acteur s’excuse ensuite disant que ses propos ont été sortis de leur contexte mais le mal est fait et l’on se demande pourquoi et comment il est parvenu à obtenir ce rôle.

Hal Sparks qui joue le rôle de Michael Novotny de la première à la dernière saison compare le fait d’embrasser un homme au fait d’embrasser un chien « parce que vous n’avez pas d’émotion, ces sensations internes que vous avez quand vous voulez être avec quelqu’un. Donc pour un acteur c’est un challenge unique parce que vous devez rendre cela convaincant ».

Dans une autre série mais toujours dans le même genre, l’acteur Kerr Smith, quelques jours après avoir été cité par le GLAAD (Gay & Lesbian Alliance Against Defamation = Alliance Gay & Lesbienne Contre la Diffamation) pour son interprétation du personnage adolescent ‘out & proud’ (out et fier) de Jack McPhee dans la série Dawson, déclare lors d’une interview avec Entertainment Weekly qu’il ne fera pas plus d’un baiser par an « C’est le plus loin que j’irai. Je ne pense pas que des adolescents aient besoin de voir deux mecs s’embrasser sur une base hebdomadaire. »

Désolée de vous décevoir Monsieur Kerr Smith mais c’est exactement ce dont ont besoin les jeunes adolescents homosexuels. Voir qu’ils ne sont pas seuls, réaliser qu’ils n’ont rien fait de mal et que leur attirance pour le même sexe est naturelle. Parce que quand Kerr Smith et Adam Kaufman s’embrasse en 1998 dans l’épisode 323 « True Love » de la série Dawson, il s’agit du premier baiser entre deux hommes sur le network américain. Une grande évolution contrebalancée par ces propos.

De ce point de vue là, interpréter un homosexuel semble être beaucoup plus difficile pour un homme que pour une femme. Peur d’être catalogué de « pédé » par les autres, peur d’être moins viril, peur des implications ? On peut essayer d’envisager plusieurs raisons mais cette crainte persistante chez les hommes est extrêmement moins flagrante chez les femmes.

Devant les questions insistantes des journalistes sur sa vie privée, Alyson Hannigan, l’interprète de Willow Rosenberg dans la série Buffy contre les Vampires s’amuse à dire qu’elle a déjà couché avec une femme pour essayer quand elle était étudiante. Amber Benson qui joue sa petite amie, Tara, déclare en 2001 « Je trouve qu’il n’y a pas assez de rôles gays dans les séries. A la télévision, les homosexuels et les lesbiennes ont rarement la possibilité de voir des personnages qui leur ressemblent et auxquels ils peuvent s’identifier. J’espère que ma petite contribution permettra de faire avancer les mentalités. » Et le plus intéressant reste à mon avis qu’elle ne cherche pas à tout prix à justifier le fait que dans la réalité, elle est bien hétéro !

Moins agréable et plus français, les déclarations la même année d’Isabelle Renauld qui interprète le personnage de la profileur Lauren Valmont dans la série Brigade Spéciale sur TF1. Alors que son personnage est sorti tout naturellement du placard en expliquant à sa coéquipière que quand elle ne conduit pas, elle s’endort toujours en voiture et que c’était pareil avec Barbara, son ex, Isabelle Renauld s’empresse de préciser que si son personnage est homosexuel elle ne l’est en aucun cas même si elle ajoute pour rester politiquement correct « Je n’ai aucun tabou à ce sujet. »

Cette année, en 2008, le personnage de Céline Frémont dans le feuilleton Plus Belle La Vie rencontre une lesbienne fière et forte en la personne de Virginie Mirbeau. Toutes les deux tombent amoureuses pour le plus grand plaisir d’une forte base de fans. Rebecca Hampton explique pourtant dans Télé 7 Jours « Elle n’est pas homosexuelle, elle tombe amoureuse. Les scènes me gêneraient si ça m’était arrivé dans la vie. Mais là, je joue, et je m’amuse beaucoup. »

On se demande parfois si les acteurs considèrent les spectateurs stupides au point de faire un amalgame entre le personnage et celui qui l’interprète. Pensent-ils sincèrement que l’on va toujours les assimiler à un seul et unique rôle ? Pensent-ils sincèrement que le plus grand défi pour un acteur est d’embrasser une personne du même sexe ?

Mais le pire n’est pas là. Le pire réside à mon avis dans la capacité qu’ont les acteurs à adapter leurs propos en fonction des personnes qui les interviewent et à passer sous silence ce qu’ils pensent réellement. Kerr Smith déclare ainsi à PlanetOut : « Je pense que si vous interprétez certains rôles, vous êtes un modèle. Mais je ne vais pas donner de conseil. Je suis juste un acteur. Je dis simplement les mots que Kevin écrit sur les pages. Je veux dire, chapeau aux gens qui traversent cela. Il faut être résistant. »

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre