Everything Relative

Retrouvailles entre amies

Année de Production : 1996

Réalisation : Sharon Pollack

Scénario : Sharon Pollack

Avec : Monica Bell (Victoria), Ellen McLaughlin (Josie), Olivia Negron (Maria), Stacey Nelkin (Katie Kessler), Andrea Weber (Luce), Carol Schneider (Sarah), Gabriella Messina (Gina)

Nationalité : Américaine

Genre : Comédie

Durée : 1h 50min.

Titre Original : Everything Relative

Everything Relative : Résumé

Dans Everything Relative, un groupe de femmes qui se sont connues à la fac il y a de nombreuses années, décide de se réunir. À l’époque, elles étaient des féministes militantes. Aujourd’hui, plus de vingt ans après, toutes ont changé.

L’occasion de cette réunion est la naissance du fils de Katie et Victoria. Katie, la mère biologique, est thérapeute et Victoria est avocate. Elles sont en couple depuis le lycée mais dernièrement des tensions sont apparues. En effet, Victoria ne comprend pas que Katie refuse de reconnaître leur liaison au travail.

Josie et Maria étaient en couple autrefois. Elles se sont séparées violemment alors que Josie était alcoolique et que Maria voulait épouser un homme et avoir des enfants. Mais aujourd’hui, Maria est divorcée et n’a pas la garde de ses enfants parce qu’elle a avoué à son mari qu’elle est lesbienne. Josie, quant à elle, est sobre depuis des années et est devenue écrivain mais elle n’a pas oublié Maria.

Luce est une femme qui essaie de se remettre de la perte de son amour de jeunesse dans un accident de voiture. Pour oublier, elle collectionne les conquêtes. Sa dernière en date, Candy, est une jeune femme de 23 ans.

Gina est une femme d’affaire très puissante qui gagne bien sa vie et passe ses journées à travailler. À la fac, elle gagnait sa vie en se prostituant. Elle n’a pas eu de relation sérieuse depuis des années parce qu’elle est incapable de faire confiance à quiconque, de se livrer et de laisser autrui l’approcher et la connaître.

Sarah, la dernière du groupe, est la seule hétéro. Elle est mariée avec un homme fantastique et tente depuis plusieurs années d’avoir un enfant sans y parvenir.

Dans Everything Relative, un groupe de femmes qui se sont connues à la fac il y a de nombreuses années, décide de se réunir. À l'époque, elles étaient des féministes militantes. Aujourd'hui, plus de vingt ans après, toutes ont changé. L'occasion de cette réunion est la naissance du fils de Katie et Victoria. Katie, la mère biologique, est thérapeute et Victoria est avocate. Elles sont en couple depuis le lycée mais dernièrement des tensions sont apparues. En effet, Victoria ne comprend pas que Katie refuse de reconnaître leur liaison au travail. Josie et Maria étaient en couple autrefois. Elles se…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Réunion de lesbiennes.

Note des lectrices : Soyez la première !
76

Everything Relative est un film présentant sept femmes. Sept femmes très différentes les unes des autres (malgré le fait qu’elles soient toutes blanches et issues de la classe moyenne) qui sont devenues les meilleures amies du monde en 70, à l’époque où elles étaient des lesbiennes-féministes-activistes. Aujourd’hui, plus de 20 ans ont passé et elles se retrouvent. Le point de départ de l’histoire est simple et déjà connu. Rien de terriblement nouveau à part l’homosexualité de toutes les protagonistes sauf une.

Les dialogues ne sont pas révolutionnaires, ils sont même d’une banalité affligeante et quelques expressions reviennent sans cesse dont l’une m’a beaucoup amusée « water under the bridge », littéralement « de l’eau a coulé sous les ponts ». Une expression employée par Josie pour qualifier sa relation avec Maria. Cette phrase est destinée à prouver que tout a changé, qu’elles ont évolué, alors qu’à peine Maria l’a-t-elle effleurée que Josie explose par terre une pile d’assiette parce que soudain trop de souvenirs remontent à la surface.

Et ce long-métrage est justement une histoire de souvenirs d’une époque lointaine. Une histoire d’amitié née sur les bancs de la fac, au cours des meetings. Et le moins que l’on puisse dire c’est que les actrices qui ne débordent pas de charisme et dont le jeu n’est pas inoubliable partagent une amitié et une entente qui transparaissent notamment durant le superbe match de baseball. Les fous rires semblent réels, et cette camaraderie est belle et très agréable à regarder.

L’histoire de Maria est particulièrement touchante et traitée avec finesse et subtilité. Il est encore rare de voir des latinos lesbiennes. Et de voir que l’on peut « essayer » d’être hétéro par peur de l’homophobie ambiante et pour être comme tout le monde. Maria est une femme fragile qui a réalisé trop tard son erreur et sa relation avec Josie est agréable et intéressante à découvrir. Josie qui ne s’est toujours pas remise du départ de celle qu’elle aimait plus que tout. Enfin moins que l’alcool. Deux beaux portraits tout comme celui de Luce. Un personnage fin qui ne parvient pas à surmonter son passé et qui se persuade qu’elle vit alors qu’elle ne fait que survivre.

Un long-métrage à découvrir pour le côté positif, rafraîchissant et amusant. Pour l’amitié qui transparaît dans la plupart des scènes et pour ces personnages qui ne sont finalement pas si stéréotypés que cela. Par contre, on sent que les années ont passé au vu des coupes de cheveux et des vêtements. Mais ce n’est pas le principal. Ce film a bien vieilli.

À voir.

Everything Relative : Critiques Presse et Récompenses

« There’s nothing here that hasn’t been done before a million times, and at least a million times better. » Jeff Vice (Deseret News – Salt Lake City)

« With no distinct storyline or one strong individual character to lead the way, the film comes to feel patched together. » Joe Baltake (Sacramento Bee)

« How could you not like a film which features Harvey Fierstein as a moyl with two-pierced ears? You simply can’t. » Brandon Judell (Critics Inc.)

Everything Relative : Extraits

VICTORIA  : (au téléphone avec Sarah) Sarah, arrête de sauter.
SARAH  : Oh Vickie ! Tu plaisantes ! Oui.
VICTORIA  : Je ne plaisante absolument pas.
JOSIE  : (au téléphone avec Victoria) Sans blague. C’est fantastique. C’est incroyable.
VICTORIA  : C’est incroyable. Tu viens ?
LUCE  : (au téléphone avec Victoria) Que je vienne  ? Qu’est-ce que tu veux ? De la drogue ? Je ne suis pas là.
VICTORIA  : Oh mon Dieu, Luce, je suis désolée. J’ai appelé tellement de gens que je ne me souviens plus à qui je parle.
LUCE  : Tu as invité tout le monde ? Tout le groupe ?
VICTORIA  : Tout le groupe ! Et ils viennent tous !
GINA  : Oh mon Dieu ! Ça fait vraiment très longtemps Vick !
VICTORIA  : Trop longtemps. Je ne peux pas attendre de te revoir Maria.
MARIA  : J’ai hâte de te voir aussi Vick.

JOSIE  : Parce que c’était facile de partir.
MARIA  : Qu’est-ce qui te fait penser que c’était facile ?
JOSIE  : Je ne sais pas. Peut-être que c’était une maison, une voiture et 2,2 enfants.

SARAH  : Oh mon Dieu ! Je crois que je vais être malade.
GINA  : Excuse-nous !

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre