Festin d’Amour

Un magnifique hymne à l’amour

Année de Production : 2007

Réalisation : Robert Benton

Scénario : Allison Burnett d’Après l’oeuvre de Charles Baxter

Avec : Morgan Freeman (Harry Stevenson), Greg Kinnear (Bradley Smith), Radha Mitchell (Diana Croce), Billy Burke (David Watson), Selma Blair (Kathryn Smith), Alexa Davalos (Chloe Barlow), Toby Hemingway (Oscar), Stana Katic (Jenny)

Nationalité : Américaine

Genre : Drame

Durée : 1h 41min.

Titre Original : Feast Of Love

Festin d’Amour : Résumé

Harry Stevenson est professeur de philosophie mais n’exerce plus depuis plusieurs mois. Aujourd’hui, son passe-temps préféré consiste à observer les personnes qui l’entourent vivre et tomber amoureuses. Ainsi est-il le premier à remarquer que Kathryn, la femme de son jeune ami Bradley vient d’avoir le coup de foudre pour une autre femme. Et, lorsqu’elle quitte Bradley, ce dernier est anéanti.

Bradley est le gérant d’un café où Oscar, un ancien toxicomane, travaille comme serveur. Lorsqu’Oscar croise le regard de Chloé, il sait que sa vie, très difficile, va changer pour quelque chose de meilleur…

Harry Stevenson est professeur de philosophie mais n’exerce plus depuis plusieurs mois. Aujourd’hui, son passe-temps préféré consiste à observer les personnes qui l’entourent vivre et tomber amoureuses. Ainsi est-il le premier à remarquer que Kathryn, la femme de son jeune ami Bradley vient d’avoir le coup de foudre pour une autre femme. Et, lorsqu’elle quitte Bradley, ce dernier est anéanti. Bradley est le gérant d’un café où Oscar, un ancien toxicomane, travaille comme serveur. Lorsqu’Oscar croise le regard de Chloé, il sait que sa vie, très difficile, va changer pour quelque chose de meilleur…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Touchant, sensible et réussi.

Note des lectrices : Soyez la première !
56

Je ne m’attendais à rien de particulier en découvrant ce film. La bande-annonce était très prometteuse et au vu de l’excellent casting qui était déroulé, j’ai pensé que ce serait un bon divertissement par un après-midi pluvieux. Grand bien m’en a pris parce que j’ai adoré cette histoire du début à la fin. Bien évidemment, je le reconnais j’ai lâché ma petite larme lors des quinze dernières minutes mais c’est parce que c’était terriblement émouvant.

L’histoire est en fait vue à travers le regard d’Harry Stevenson, un professeur de philosophie interprété tout en pudeur par Morgan Freeman. On découvre petit à petit qu’il cache une blessure jamais cicatrisée grâce à l’intervention de sa femme, Esther. Il est très rare pour le cinéma américain d’offrir des couples de personnes âgées (je veux dire par là de plus de 60 ans) qui sont toujours amoureux. Or là c’est le cas. On sent qu’un lien profond et fort unit Harry et Esther. Et ce qui est encore plus rare c’est de voir un couple mixte qui fonctionne. Or là, même le terrible drame qu’ils traversent ne va pas les séparer. C’est très beau du coup.

Un autre personnage intéressant, celui de Bradley interprété par Greg Kinnear. Bradley va se marier deux fois et deux fois avec des femmes qui ne l’aiment pas vraiment. Lui est amoureux de l’amour et les idéalise au point de ne pas les voir telles qu’elles sont. Les fiascos s’enchaînent donc jusqu’au happy-end. Le couple Oscar-Chloé est aussi magnifique et doit beaucoup à l’alchimie des deux jeunes acteurs. Bref, j’ai adoré.

Concernant le contenu lesbien. Autant l’avouer tout de suite, il est minime. À peine est-il présent les quinze premières minutes du long-métrage. Mais c’est rapide, c’est intense, c’est irrésistible et Kathryn se retrouve amoureuse d’une autre femme en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Le plus drôle c’est que son mari ne remarque rien et pense tout d’abord qu’elles sont justes amies. Pour être aveugle, il est aveugle. L’amour entre ces deux femmes est montré de la même manière que celui entre les deux jeunes adultes (moins longtemps mais parce qu’elles ne sont que des personnages secondaires) et cette banalisation apporte beaucoup.

Un film sur l’importance de l’amour qui arrachera une larme même aux plus dures d’entre vous. La manière dont les couples mixtes ou homosexuels sont mis sur le même pied d’égalité que les autres permet de les rendre normaux. Leur amour est évident et résiste à tout. À voir.

Festin d’Amour : Extraits

HARRY : Il y a une histoire à propos des dieux grecs. Ils s’ennuyaient alors ils ont créé l’humanité. Mais ils s’ennuyaient toujours alors ils ont créé l’amour. Ne s’ennuyant plus, ils voulurent aussi essayer l’amour. Et à la fin, ils inventèrent le rire, pour mieux le supporter.

ESTHER : Harry ?
HARRY : C’est moi.
ESTHER : Et ta balade ? J’ai rien raté ?
HARRY : Une douce brise, un match de softball et deux femmes amoureuses.
ESTHER : L’une de l’autre ?
HARRY : L’une est mariée. C’est drôle, personne ne l’a vu. Pas même le mari, juste à côté.
ESTHER : J’aurais voulu voir ça.
HARRY : Lui aussi. Il s’appelle Bradley Smith. Il était en cours avec Aaron.

JENNY : Ça va ?
KATHRYN : Oui.
JENNY : D’accord. Ne t’inquiète pas.
KATHRYN : Je ne le suis pas.
JENNY : Étrange d’être mariée, hétéro et d’être attirée par une femme.
KATHRYN : Oui, eh bien… Qui a dit que…
JENNY : Je le vois dans tes yeux. De beaux yeux noisette. On va avoir des aventures. Ça va être Kathryn et Jenny. Jenny et Kathryn.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre