Fit

Un long-métrage sur l’homophobie chez les jeunes et la difficulté d’être soi-même

Année de Production : 2010

Réalisation : Rikki Beadle Blair

Scénario : Rikki Beadle Blair

Avec : Rikki Beadle Blair (Loris), Lydia Toumazou (Lee), Sasha Frost (Karmel), Duncan MacInnes (Tegs), Ludvig Bonin (Jordan), Stephen Hoo (Ryan), Jay Brown (Isaac), Rachel Lynes (Charlotte), Jennifer Daley (Kim Taylor), Davina Dewrance (Darcy James), Jason Maza (Tyler), Michael Warburton (Jonesy)

Nationalité : Britannique

Genre : Comédie, Drame

Durée : 1h 47min.

Titre Original : Fit

Fit : Résumé

Dans un lycée de la banlieue britannique, la violence verbale est monnaie courante tout comme la violence physique. Lorsque Loris, un professeur de danse gay, fait son arrivée dans l’établissement, il est tout de suite remarqué et victime de réflexions homophobes.

Ce que les jeunes ignorent c’est que Loris, loin d’avoir honte de son orientation sexuelle, l’assume totalement et va bouleverser leur vision du monde et de leur propre homosexualité ou homophobie. En effet, chacun se découvre petit à petit au fil des cours de danse et plusieurs adolescents se révèlent homosexuels. Mais comment vivre librement dans un milieu aussi dur et dangereux…

Dans un lycée de la banlieue britannique, la violence verbale est monnaie courante tout comme la violence physique. Lorsque Loris, un professeur de danse gay, fait son arrivée dans l’établissement, il est tout de suite remarqué et victime de réflexions homophobes. Ce que les jeunes ignorent c’est que Loris, loin d’avoir honte de son orientation sexuelle, l’assume totalement et va bouleverser leur vision du monde et de leur propre homosexualité ou homophobie. En effet, chacun se découvre petit à petit au fil des cours de danse et plusieurs adolescents se révèlent homosexuels. Mais comment vivre librement dans un milieu aussi…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Amateur mais réussi. Foncez !

Note des lectrices : 3.8 ( 2 votes)
59

Fit est un long-métrage du scénariste, réalisateur, producteur, danseur, chanteur et chorégraphe inclassable et éblouissant de talent, Rikki Beadle Blair. Ce britannique de 50 ans m’avait déjà incroyablement accrochée et intéressée par son travail sur Metrosexuality, une série mettant en scène une foule de personnages homos, bi et hétéros. Il récidive ici avec une Comédie grinçante adaptée d’une pièce de théâtre.

Réalisée avec le soutien de l’association anglaise Stonewall et soutenue par la marque Adidas qui a fourni l’équipement nécessaire pour habiller les acteurs, ce film est une incursion dans la vie des jeunes adultes, loin de l’adolescence et en même temps loin des responsabilités de l’âge adulte. En somme une population de lycéens entre deux périodes charnières qui cherchent à savoir qui ils sont dans une société qui fait tout pour leur imposer un moule et une manière d’être et de penser.

L’histoire commence par cette expression mise à toutes les sauces « ça fait gay ! ». C’est visiblement l’insulte suprême mais, quand Loris, le nouveau professeur de danse arrive et qu’il est taxé de gay, ce dernier surprend tout le monde. En effet, loin d’être choqué, ennuyé ou outré par ce commentaire, Loris confirme qu’il est bien homosexuel et qu’il s’est même pacsé avec son compagnon. Tous les jeunes sont sur les fesses et leur comportement va changer petit à petit.

Il y a un réel dynamisme dans cette histoire pourtant découpée en différentes tranches pour chacun des personnages principaux. Il y a la jeune lesbienne féminine dont tous les garçons sont amoureux mais qui est malheureuse auprès de ses parents homophobes. Il y a également la fille garçon manqué totalement hétéro que ses frères aiment qu’elle soit lesbienne ou non. Il y a le jeune prodige du foot qui va abandonner son rêve pour être lui-même. Il y a l’homophobe stupide et violent qui est battu par son père. Il y a le gay qui ne s’assume pas et casse du pédé. Etc.

Et tous ces portraits croisés sont riches et très loin des clichés habituels. Mon seul regret réside sur les acteurs. Ils sont tous excellents, je dois le reconnaître. Ils jouent juste mais il est flagrant que certain n’ont pas 18 ans. Lydia Toumazou qui interprète Lee a tout de même 34 ans. Difficile d’y croire donc.

Et pourtant, c’est le seul reproche que je puisse faire à ce travail. On sent que le tout a été fait avec très peu de moyens. On sent que c’est de l’artisanal et pourtant il se dégage une force de cette œuvre qui a la capacité de toucher les jeunes entre 16 et 20 ans, j’en suis persuadée. La musique est géniale et très en thème tout comme les séquences dansées qui sont fortes et réussies.

Un long-métrage que je recommande vraiment.

Fit : Extraits

LORIS : Vous pouvez vous applaudir !
ISAAC : C’est si gay !
LORIS : Oui, c’est si gay alors on va vous sortir la tête de sous vos capuches et on va faire quelque chose comme ça.
ISAAC : Oh, on ne va pas danser ?
LORIS : Si, si. Sur Shakespeare.
TOUT LE MONDE : Oh non !
LORIS : Ne me dites pas que vous tous n’aimez pas Shakespeare ? Je suis choqué et surpris ! Qu’est-ce que vous n’aimez pas chez lui ?
LEE : Il est ennuyeux.
RYAN : C’est gay.
TEGS : C’est trop lent.
ISAAC : Trop blanc.
KARMEL : Je ne comprends rien de ce qu’ils disent.
LORIS : Mais vous parlez Shakespeare tous les jours. Déjà entendu parler du monstre aux yeux verts ?
LEE : La jalousie c’est ça ?
LORIS : Shakespeare l’a dit en premier. Bon débarras, […], un cœur dans ma manche, tout le monde se tait… […]
JORDAN : Tout Shakespeare ?
LORIS : Tout Shakespeare ! Vous parlez Shakespeare tous les jours !
ISAAC : Shakespeare est toujours gay.
LORIS : Et il était gay ! Waouh ! Bien vu monsieur Isaac, je suis impressionné.
ISAAC : Je ne veux pas dire gay comme vous êtes gay, je veux dire…
LORIS : Tu veux dire ?
ISAAC : Je veux dire gay comme un…
LORIS : Comme un ?
ISAAC : Vous savez.
RYAN : Vous savez qu’il vient de dire que vous êtes gay ?
LORIS : On ne peut rien vous cacher, n’est-ce pas ?
RYAN : Vous vous en moquez ?
LORIS : Je devrais ?
LEE : Vous êtes gay ?
LORIS : Je ne suis pas certain de comprendre ce que vous voulez encore dire par « gay ». Vous utilisez le mot tellement souvent.
RYAN : Comme dans homo.
LORIS : Oh, comme dans homosexuel ! Oui.
ISAAC : Berk !
RYAN : Vous l’admettez !
LORIS : Pourquoi, je ne devrais pas ?
LEE : Et Shakespeare était gay aussi ?
LORIS : J’ai été choqué aussi. Qui savait qu’on était deux pareils  ?
LEE : Attendez une minute, comment vous savez que Shakespeare était gay ?

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre