Fucking Amal

Le rêve de toute jeune lesbienne enfin réalisé

Année de Production : 1999

Date de Sortie : 07 Juin 2000

Réalisation : Lukas Moodyson

Scénario : Lukas Moodyson

Avec : Alexandra Dahlström (Elin Olsson), Rebecca Liljeberg (Agnes Ahlberg), Erica Carlson (Jessica), Mathias Rust (Johan Hult), Stephan Hörberg (Markus), Josephin Nyberg (Viktoria), Ralph Carlsson (Papa Olof), Maria Hedborg (Maman Olof)

Nationalité : Suédoise

Genre : Adolescence, Drame

Durée : 1h 29min.

Titre Original : Fucking Amal

Fucking Amal : Résumé

Amal, est une petite ville typique de Suède où les adolescents d’une quinzaine d’années s’ennuient tous à mourir. Elin est une adolescente de 14 ans, impulsive et irréfléchie qui rêve de sortir de cette cité déprimante. Elle rêve de changement, d’aventure, de passion. Elle voudrait tout simplement vibrer pour se sentir vivre. Elle souhaiterait aller à une rave, se droguer, se saouler enfin tout faire pour oublier sa vie insipide.

Agnes quant à elle, est une adolescente solitaire, sombre, calme, triste et « bizarre ». Secrètement amoureuse d’Elin, elle écrit des poèmes adressés à la jeune femme sur son journal intime mais n’ose pas lui parler.

Un soir, Elin qui veut à tout prix se saouler, convainc sa sœur Jessika de se rendre à la soirée d’anniversaire organisée par Agnes pour ses 16 ans. La soirée est une catastrophe. Alors pour gagner un pari stupide fait avec sa sœur, Elin embrasse Agnes sur la bouche sans se soucier des sentiments de l’adolescente. Ce baiser va avoir des conséquences inattendues tant pour Elin que pour Agnes.

Elin ne pouvant assumer ce qu’elle ressent pour Agnes, choisit de sortir avec Johan, un garçon de 17 ans très amoureux d’elle. Ils font l’amour ensemble mais Elin n’est pas satisfaite. Elle réalise bientôt que Johan n’est qu’un raté tout comme Markus, le petit ami de sa sœur.

Malgré tout, Elin ne parvient pas à oublier Agnes.

Amal, est une petite ville typique de Suède où les adolescents d'une quinzaine d'années s'ennuient tous à mourir. Elin est une adolescente de 14 ans, impulsive et irréfléchie qui rêve de sortir de cette cité déprimante. Elle rêve de changement, d'aventure, de passion. Elle voudrait tout simplement vibrer pour se sentir vivre. Elle souhaiterait aller à une rave, se droguer, se saouler enfin tout faire pour oublier sa vie insipide. Agnes quant à elle, est une adolescente solitaire, sombre, calme, triste et « bizarre ». Secrètement amoureuse d'Elin, elle écrit des poèmes adressés à la jeune femme sur son journal intime mais…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un film magnifique devenu incontournable.

Note des lectrices : 4.04 ( 19 votes)
79

Un film suédois magnifique, crédible, touchant et intelligent loin de tous les clichés habituels concernant les adolescents.

Les deux jeunes actrices sont exceptionnelles malgré leur jeune âge. Elles ont d’ailleurs été toutes les deux primées. Alexandra Dahlström interprète magnifiquement Elin, une adolescente poursuivie par sa réputation de fille facile qui rêve d’être différente des autres alors que parfois elle leur ressemble trop justement. Rebecca Liljeberg est juste dans le rôle d’Agnes. Elle a l’air perdue dans ses pensées et déprimée en permanence. Elle semble tellement souffrir que sa tentative de suicide et sa crise de colère quand elle détruit sa chambre sont compréhensibles.

Fucking Amal ne traite pas uniquement de l’adolescence et de la découverte de la sexualité. Il aborde également des sujets tels que le plaisir et la revendication de celui-ci, le rêve d’une vie meilleure pour des adolescents prisonniers d’un futur terne (Markus veut devenir mécanicien, Jessika coiffeuse et ils se moquent d’Elin qui souhaite être psychologue parce que pour faire ce métier, il faut de « bonnes notes ») et le désir d’être ce que l’on est.

Un long-métrage à ne pas manquer. Pour une fois que la lesbienne rejetée et détestée de tous, amoureuse en secret de la plus belle fille de la classe parvient à la séduire et à finir avec elle ! Réaliste, rafraîchissant, plein de vie, il émeut autant grâce à ses situations tragiques et dures que grâce à ses passages drôles et comiques.

À voir absolument. Un seul conseil, privilégiez la VOSTF (Version originale sous-titrée français) à la version française. Elle est de bien meilleure qualité.

Fucking Amal : Critiques Presse et Récompenses

Meilleures actrices pour Alexandra Dahlström et Rebecca Liljeberg au Swedish Movie Award en 1999.

6 nominations aux Oscars du Film Suédois avec 4 Victoires : Meilleur Scripte, Meilleur Réalisateur, Meilleures Actrices Féminines et Meilleur Film.

« Fucking Amal n’est pas seulement un film d’une incroyable fraîcheur, mais c’est ce qu’on appellerait un grand film. Enfin un film suédois qui met le paquet! 5 sur 5. » (Expressen) (Suède)

« Parmi les plus grands, les plus fiers, plus vivants des longs métrages que j’ai vu » (Varden) (Norvège)

« Rarement j’ai vu un film si sincère, direct, qui plus est marrant, décrivant la condition agitée de ce qu’on appelle l’adolescence. » VG (Norvège)

« A travers l’intelligence d’une démarche modeste et subtile, ce film aime les adolescents; la plupart des films les utilise. » Sun Times (USA)

« Effleurée par l’ombre de Bergman, cette anti-Boum nordique est une révélation d’envergure. » Bernard Achour (Le Nouveau Cinéma)

« Très loin des poncifs inhérents à la fiction « adolescente », le metteur en scène décrit avec justesse les intermittences du coeur de ses jeunes personnages et délivre (…) un portrait doucereusement ironique de la permissivité suédoise. » Olivier de Bruyn (Le Point)

« C’est assez pur, pudique et maladroit pour être sincère, et assez intelligemment traité pour être digne d’intérêt. » Olivier Guéret (Cinopsis.com)

« Premier film suédois, Fucking Åmål se révèle un portrait étonnamment juste, pudique et intelligent de l’adolescence. » n.c. (Ciné Live)

« (…) une jolie surprise, une plongée drôle tendre et cruelle dans le monde sans pitié de l’adolescence. » Jean-Luc Brunet (CPlanète)

« (…) Fucking Amal reste un film sympathique, parfois mièvre, mais porté par son sujet et la fraîcheur de ses interprètes. Ce qui, en définitive, n’est déjà pas si mal? » Frank Beauvais (Chronic’art.com)

« En abordant le thème de l’homosexualité avec délicatesse, ce blues des ados des temps modernes, filmé avec une caméra vérité hypersensible, est « dansé » avec sensualité par un duo d’actrices exceptionnel. » Alain Morel (Le Parisien)

«  Fucking Amal (…) montre tous les malaises de la jeunesse avec beaucoup de vérité. » Emmanuèle Frois (Le Figaroscope)

« Moins généralement qu’un “film sur la jeunesse”, Fucking Amal est un film sur le désir de jouissance, la simple et puissante revendication du plaisir (…) » Hélène Raymond (Fluctuat.net)

« Sa grande qualité consiste à ne pas opposer une révolte adolescente magnifiée à un monde adulte étriqué, mais à montrer que les adolescents, individus à part entière, se confrontent, entre forfanterie et innocence, à une médiocrité qui commence avec eux-mêmes. » Jacques Mandelbaum (Le Monde)

« Dans un genre extrêmement balisé qu’est le film d’amour adolescent, qui souvent préfère la drague à l’analyse, voilà une heureuse surprise nordique. » Eric Libiot (L’Express)

« En adoptant non le point de vue des adultes mais celui des adolescent(e)s, cette chronique sur l’éveil des sens et les affres de jeunesse échappe à certains poncifs inhérents au genre. » Laurent Djian (L’Evénement)

« Lukas Moodysson, le réalisateur, a trouvé un créneau en prouvant qu’on a beau avoir un poster de Leonardo DiCaprio au mur et écouter les All Saints, on n’en est pas moins dignes d’être les héroïnes d’une histoire solide (…) » Stéphanie Lamome (Première)

« (…) cette Comédie dramatique manque cependant, dans son traitement et son écriture, de l’originalité et d’un point de vue qui auraient pu lui faire dépasser le trop banal état de téléfilm à débat. » Michel Rebichon (Studio Magazine)

« Malgré un cadre trop serré donnant une impression de claustrophobie à ce récit, (…) le film atteint son objectif, parler de l’intime et du refoulé. Il touche aussi par la sincérité et la justesse de ses Comédiennes. » Jean A. Gili (Positif)

« Une heure et demie (…) ni palpitante ni franchement déplaisante. » François Gorin (Télérama)

Fucking Amal : Extraits

Journal d’Agnes. Mes voeux secrets :
1. Que je ne sois pas obligée de faire une fête.
2. Qu’Elin me regarde.
3. Qu’Elin tombe amoureuse de moi.
ELIN, JE T’AIME !!!!!!!!!!!

ELIN  : Je déteste ma vie ! Je vais arrêter de respirer.

PÈRE D’AGNES  : Je suis désolé pour cette histoire de fête.
AGNES  : Que vouliez-vous ? Que tous mes copains soient là ? J’ai pas de copains ! Vous avez pas compris ça ? Maman a rien compris, en tout cas.
PÈRE D’AGNES  : Écoute. Calme-toi.
AGNES  : Elle peut pas comprendre ces trucs. Elle a toujours été si parfaite, si bien.
PÈRE D’AGNES  : Ma chérie.
AGNES  : Je sais comment elle était. Elle était comme eux et elle trouve terrible d’avoir une fille si bizarre, moche, ratée, dégoûtante.

ELIN  : C’est vrai que t’es lesbienne ? T’as raison, les mecs sont dégueus. Je vais le devenir aussi, je crois.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Un commentaire

  1. Avatar

    j’ai beaucoup aimé

    première fois de ma vie que je regardais un film en suédois sous-titrés ( :mrgreen: ) – (depuis il y a eu Millenium!)

    j’ai beaucoup aimé l’histoire et ce passage de l’adolescence; les actrices sont très bien. Ce film sonne bien et malgré qu’il soit de 98, il s’apprécie à sa juste valeur.

    allez-y sans autre pour le regarder!

Répondre