Girl Play : Interview de Robin Greenspan et Lacie Harmon, les deux actrices principales

Girl Play : Interview de Robin Greenspan et Lacie Harmon, les deux actrices principales

Interview accordée à Sarah Warn le 31 Mars 2005 pour le site Afterellen.com

Girl Play, une comédie romantique lesbienne ayant gagné un award l’année dernière au Festival du Film Outfest sort ce week-end à New York. Les scénaristes du film et les co-stars Robin Greenspan et Lacie Harmon, nous parlent de l’évolution du film.

Comment vous est venue l’idée de ce film ?

ROBIN : Lacie et moi avions toutes les deux un one-woman show et nous sommes toutes les deux des comiques de stand-up. Nous avions joué sur les routes ensemble avant et nous avions beaucoup apprécié mais nous voulions vraiment faire quelque chose de plus théâtral que le stand-up. Alors nous avons eu l’idée de combiner nos one-women show en un deux-women show, et avons essayé avec notre rencontre et le début de notre histoire d’amour.

LACIE : Ca a donné Real Girls, la pièce qui a ensuite été adaptée en film.

Alors le film est basé sur votre relation dans la vraie vie ?

LACIE : C’est une histoire vraie. Nous sommes toujours ensemble ; nous sommes ensemble depuis 8 ans et demi maintenant.

Comment la pièce est-elle devenue un film ?

ROBIN : Lee Friedlander qui a réalisé le film a vu la pièce à presque chaque stade de son développement parce que nous en avons fait plusieurs adaptations. Elle en est tombée amoureuse la première fois qu’elle l’a vu et elle est revenue au théâtre chaque fois sans exception que nous l’avons faite. Elle a dit en passant que ce ferait un bon film. Elle était la plupart du temps productrice à l’époque et elle commençait juste à réaliser. Nous avons commencé à penser à l’idée de le tourner. Pas vraiment d’en faire un film mais de filmer la version scénique pour la postérité.

LACIE : Notre idée originale était de faire quelque chose que l’on peut voir sur PBS où ils pointent essentiellement la caméra sur scène.

ROBIN : Nous avons décidé d’appeler Lee et elle a dit « faisons-le juste, laissons-le devenir un film. Nous pouvons le faire pour pas cher, nous emprunterons de l’argent et nous ferons quelque chose. » Et ensuite, quelque part en route c’est devenu un vrai film.

Qu’est-ce qui vous a surpris durant la création du film ?

LACIE : Je pense que la chose la plus surprenante pour chacune d’entre nous était au départ que si nous lâchions un peu de contrôle des choses extraordinaires pouvaient survenir. Cela a commencé par aller vers Lee en premier lieu parce que nous ne voulions pas vraiment le faire avec quelqu’un d’autre. Nous ne voulions pas prendre un grand nombre de responsabilités ou donner à quelqu’un trop de responsabilités. Mais quand nous avons finalement dit à Lee « Est-ce que tu veux le faire ? », elle était excitée et nous avons avancé. C’était un énorme pas parce que subitement c’était également son bébé aussi. C’est arrivé tout au long du projet.

Dans la pièce, vous jouez toutes les deux tous les personnages. Dans le film, vous vous retrouvez subitement à travailler avec d’autres acteurs. Etait-ce une transition difficile ?

ROBIN : C’était extrêmement surréaliste, surtout la partie où je fais mon coming-out à ma mère, qui est jouée dans le film par Mink Stole, une actrice incroyable et hilarante. C’était vraiment surréaliste pas uniquement de revivre cette expérience de coming-out à ma mère presque mot pour mot mais ensuite de le faire en le jouant moi-même avec une actrice jouant le rôle de ma mère. C’était totalement étrange, cool et stupéfiant.

Quand vous avez fait de la pièce un film, pourquoi avoir décidé de conserver la technique qui consiste à parler au public que vous utilisez dans la pièce ?

LACIE : Sans ça, vous n’avez pas Real Girls et vous n’avez pas Girl Play. L’histoire fondamentale est la mise à nue de deux personnes et qui elles sont et ce qu’elles ressentent ce qui est l’élément spécial.

ROBIN : Nous avons filmé l’intégral de la pièce au théâtre tout d’abord et nous avons joué avec l’idée que nous avions un public. Mais ensuite il nous est venu à l’esprit que si nous avions un public au théâtre quand nous tournions, cela pouvait saper l’expérience du public du film. Nous ne voulions pas qu’une personne réagisse avec que les spectateurs regardant le film n’aient leur propre réaction, donc nous avons décidé de photographier le public ce qui rend finalement le public cinéphile.

Aucune réponse du public au film ne vous a surprise ?

ROBIN : Je pense que la chose la plus surprenante que nous avons entendu ce sont les histoires de gens qui ont également rompu après avoir vu le film ou qui se sont remis ensemble après avoir vu le film. Nous pensons que ça arrive parce que nous avons tellement exposé la vérité de la situation et tout spécialement de notre propre situation que ça tend à faire que les gens regardent leur propre vie et font face eux aussi à la vérité sur celle-ci.

LACIE : C’est également arrivé durant la pièce en fait, aussi. Nous avons entendu de quelqu’un qu’une amie de la productrice avait demandé à sa petite amie de sortir après la pièce. C’était vraiment très cool.

Le film sort au théâtre à New York ce week-end. Est-ce que cela va s’étendre à d’autres salles ou est-ce que Wolfe va le sortir directement en DVD après ses débuts à New York ?

ROBIN : Il sort à New York et ça dépend de comment il est reçu ici, ils le sortiront dans d’autres villes et ensuite il y aura définitivement une sortie DVD après la diffusion au cinéma.

Est-ce éprouvant pour les nerfs de savoir que la sortie dans d’autres salles dépend de l’accueil de ce week-end ?

ROBIN : D’une certaine manière ça l’est mais nous sommes tellement stupéfaites par ce qui est déjà arrivé. Nous sommes tellement reconnaissantes et exaltées par la façon dont le film est sorti et la réponse que nous avons obtenu pour l’instant. Maintenant, nous nous disons peu importe ce qui arrive, nous sommes juste complètement exaltées.

Interview Originale sur le Site Afterellen.com

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre