Le Projet

Article lié à la série The L-Word

I) LE PROJET « EARTHLINGS » (LITTERALEMENT « TERRIENS »)  :

Pouvant littéralement être traduit par terriens, Earthlings est le nom donné à un projet particulier initié en 2002 par la chaîne câblée américaine Showtime. Celui-ci visait à créer un film ou une série, cet aspect n’était pas encore clairement défini, basé sur la vie d’un groupe de lesbiennes.

La crainte principale de Showtime à cette époque était de trouver des actrices acceptant de jouer les homosexuelles pour une durée plus ou moins déterminée. En effet, lors du casting que la chaîne avait initié pour la série Queer As Folk (US), de grandes difficultés étaient apparues pour trouver des acteurs prêts à s’engager dans un rôle de gay. Jennifer Beals, lors d’une interview a déclaré pour expliquer cette réalité : « Je me mets à la place d’acteurs masculins, les conséquences de jouer un homme homosexuel sont plus importants que ceux d’une femme prétendant être une lesbienne. Franchement, je pense que les hommes sont plus homophobes que les femmes ».

Lorsque le projet Earthlings a été présenté à la presse, les créateurs et la chaîne ignoraient encore son format. Allaient-ils créer un long métrage ou plutôt le pilote d’une série télévisée ? Tous préférant l’idée d’une série, c’est finalement cette option qui a été choisie. Elle a été créée sous le nom de The L-Word.

II) PRESENTATION DE LA SERIE  :

Tout juste diplômée de Chicago, Jenny arrive à Los Angeles et s’installe chez son petit ami, Tim, à West Hollywood. Son plus grand désir est de devenir une écrivain connue. Seulement ne pouvant encore gagner sa vie grâce à l’écriture, Jenny se lance à la recherche d’un emploi plus lucratif et fait bientôt la connaissance de ses nouvelles voisines, Bette et Tina, un couple de lesbiennes qui souhaite avoir un enfant. Cette rencontre inattendue va permettre à Jenny de découvrir un monde qui lui était jusque là totalement étranger. Elle va rencontrer tout un groupe d’amies lesbiennes et bisexuelles et va être amenée à s’interroger sur sa propre sexualité.

Dès sa diffusion en 2004, The L-Word n’est pas passée inaperçue. La série a été remarquée par les téléspectateurs qui l’ont largement plébiscité. La presse a été souvent moins unanime. A la fois critiquée et adulée, cette série a fait couler beaucoup d’encre, surtout Outre-atlantique et a permis à la chaîne Showtime de quadrupler son audience par la même occasion.

La série The L-Word est un excellent compromis entre Queer As Folk (US) et Sex and The City. En présentant différentes lesbiennes ayant des préoccupations communes, des problèmes simples et leurs propres rêves, la série banalise des femmes encore peu connues et peu représentées. Elle confirme ainsi aux yeux du public et des médias que nous sommes tous semblables, que nous aspirons aux mêmes choses et que nous possédons les mêmes rêves.

Elle aborde des sujets divers et variés mais très actuels : l’homoparentalité, la légitimité du couple gay, la découverte du désir, le coming-out, la difficulté d’être soi-même, de rencontrer l’amour et de le conserver.

« Cette série originale a su captiver rapidement et avec succès les téléspectateurs et les critiques… créant ainsi un bouche à oreille positif qui signifie que c’est un succès. » a affirmé Robert Greenblatt, producteur de la série Six Feet Under et président des divertissements sur la chaîne Showtime.

Dire que j’adore cette série serait un euphémisme mais je suis loin d’être impartiale et je ne possède pas le recul nécessaire pour donner un avis un tant soit peu éclairé et documenté à ce jour. C’est la raison pour laquelle quelques critiques très diverses et variées terminent ce chapitre. Mais pour vous faire votre propre avis, regardez la série et donnez lui sa chance, elle saura vous convaincre.

the l word presentation 1the l word presentation 2the l word presentation 3

Retour à la fiche de présentation The L-Word

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre