La Lesbienne Invisible : Interview de l’auteure et interprète Océanerosemarie

dvd de la lesbienne invisible

Interview accordée à Virginie Pécoult et Gaëlle Carrion le 01 Mars 2010 pour le site Univers-L.com

Tout d’abord, une petite présentation s’impose. Océane Rosemarie, mais qui es-tu ? Peux-tu nous en dire un peu plus sur toi, sur ce qui t’a amenée sur scène, ton parcours ?

D’abord Océanerosemarie s’écrit en un seul mot !! J’ai fait beaucoup de théâtre enfant et ado et je pensais devenir comédienne puis entre les professeurs frustrés et manipulateurs du cours Simon, les comédiennes narcissico-hystériques et les metteurs en scène névrosés à l’os, je me suis découragée et détournée du théâtre. Et comme je chantais, écrivais des chansons et jouais du piano et de la guitare depuis longtemps aussi, j’ai préféré monter un projet de chanson où je serais mon propre metteur en scène ! J’ai fait 2 albums et plus de 500 dates un peu partout avec mon projet Oshen, et puis en 2008 ça m’a redémangé de faire de la scène, de jouer la comédie (sans chanter), et aussi de séparer les choses: « sérieuses », poétiques, intimes, musicales dans Oshen et déjantées et rigolotes avec un autre personnage. Voilà comment est apparue Océanerosemarie, et l’idée du spectacle !

Maintenant que nous sommes en petit comité, tu peux nous le dire à nous, en réalité tu n’es pas lesbienne ? Plus sérieusement, pendant le spectacle on se rend rapidement compte qu’Oceanerosemarie n’est pas qu’un personnage sorti de ton imaginaire ; toutes ces anecdotes et exemples cités, est-ce du vécu ?

Évidemment je suis hétéro non mais !! (Rires) Oui les expériences viennent de mon vécu ou d’anecdotes qu’on m’a racontées mais surtout de mon expérience personnelle. Après évidemment je force le trait, exagère un peu pour accentuer l’effet comédie mais certaines situations n’ont pas besoin d’être beaucoup exagérées pour être drôles !!

La Lesbienne Invisible est un One woman show, tu es donc seule sur scène, mais est-ce le cas dans les coulisses ? Y a-t-il d’autres personnes à féliciter notamment pour l’écriture de la pièce ?

Oui Karine Dubernet qui est comédienne de One aussi (vous pouvez aller la voir en ce moment à l’Aktéon) m’a beaucoup aidé pendant l’écriture, aidé à ramasser le propos, à rendre les choses plus visuelles, plus efficaces. Elle m’a aussi mise en scène sur le démarrage puis j’ai travaillé avec Murielle Magellan, auteur de théâtre, romans, pour la télévision et le cinéma, et qui était déjà ma coach pour Oshen donc on s’est retrouvées sur Océanerosemarie et elle est toujours ma metteuse en scène à l’heure actuelle ! Le regard de ces deux personnes a été très important dans l’évolution de mon spectacle et on continue à travailler régulièrement avec Murielle pour continuer à faire évoluer le show.

Le jour de la représentation à laquelle nous avons assisté, l’élastique du masque que tu devais porter était cassée, tu t’en es sortie avec brio et c’est presque passé inaperçu, mais ce genre de petits soucis arrive-t-il fréquemment ? Et au cours de tes nombreuses représentations, as-tu été confrontée à des galères plus importantes et comment as-tu rattrapé le coup ?

J’ai un décor tellement minimal qu’il ne peut pas m’arriver grand chose ! Mais la semaine précédente la batterie de mon ipod s’était soudainement vidée et j’ai du lire les questions de la FAQ en direct donc improviser la façon de les lire, c’était assez déstabilisant ! Mais ce sont les réactions du public qui sont parfois les plus dures à gérer, en ce moment il y a toujours une fille qui veut montrer qu’elle a déjà vu le spectacle et qui donne la chute avant moi ce qui est gentil en soi mais casse complètement mon effet comique !! Enfin rien de grave en tout cas pour l’instant, je touche du bois 🙂

Même si mon gaydar n’est pas très développé, je pourrais mettre ma main à couper qu’une grande majorité des spectatrices qui constituaient l’ensemble du public étaient lesbiennes. Est-ce que ce spectacle a été uniquement écrit par une lesbienne pour les lesbiennes ?

Non au départ ce spectacle a été écrit pour les hétéros, pour essayer de leur donner une vision plus juste des lesbiennes et faire sauter quelques clichés ! Mais assez rapidement en voyant les salles à parfois 100% lesbiennes, je me suis rendue compte que j’avais évidemment aussi écrit le spectacles pour elles, parce qu’on a toutes souffert de ne pas pouvoir s’identifier aux héroïnes de télés, cinéma et One, et que ça fait toujours plaisir quand on nous parle un peu de nous, les grandes invisibles (ou planquées) des médias mais j’aimerais bien que petit à petit le public soit varié… L’idéal serait un 100% 50/50 hétéros/homos (et les bi disséminés au milieu évidement !) (Rires).

Comment t’es venue l’idée de cette pièce et pourquoi avoir voulu mettre en lumière la lesbienne invisible ?

Ce sujet n’étant jamais abordé ou presque, et lassée de toujours voir des personnages de lesbiennes soit glauques, moches et dépressives (voire méchantes quand elles détournent la pure hétéro du droit chemin !) soit caricaturales bimbos pour faire fantasmer les mecs, je me suis dit qu’il était temps de raconter les choses comme elles sont, et puis mes nombreuses expériences (les râteaux avec les hétéros, les remarques des mecs, le couple planplan etc.) avaient un réel potentiel comique ! Le personnage de lesbienne invisible me semblait intéressant. Ce n’est pas le cliché de la camionneuse que les gens ont dans la tête, c’est juste une fille comme les autres si ce n’est qu’elle aime les filles. J’avais l’impression qu’il y avait vraiment un truc à dire sur cette « catégorie » là de filles, plus mal connue.

Sur scène tu chantes à de nombreuses reprises est-ce une manière pour toi de combiner tes deux carrières de chanteuse et d’humoriste ?

C’est vrai que j’adore chanter et m’en passe difficilement, et du même coup j’ai profité du One pour chanter des tubes de variet’ un peu concons que je ne me serais jamais autorisée à chanter dans Oshen !

Dans le spectacle, hétéro, homo, butch, lipstick, tout le monde en prend un peu pour son grade, est-ce voulu ?

Disons que tout le monde en prend pour son grade mais avec tendresse, puisque dans tous les cas Océanerosemarie est tombée amoureuse de chacune de ces filles. Je n’ai pas cherché à être exhaustive, j’ai juste raconté ma vie et on dirait que tout le monde a eu son petit moment.

La pièce se prolonge jusqu’au 3 avril, c’est une excellent nouvelle ; pas trop la grosse tête ? Es-tu surprise par le succès de La Lesbienne Invisible et comment l’expliques-tu ?

La grosse tête je l’avais déjà avant donc ça c’est bon (Rires). Non franchement je suis très heureuse de ce succès et j’aimerais même jouer encore plus longtemps parce que l’ambiance est top chaque soir, le public de lesbiennes, on fait pas mieux elles rigolent tout le temps même quand c’est drôle, trop bon !! et donc je m’amuse beaucoup !! Je suis surprise parce que les choses ont été vraiment très vite sans que j’ai eu le temps de prendre du recul, mais finalement c’est assez logique qu’un spectacle sur ce thème là trouve son public vu que c’est le désert sur ce sujet ! Et puis il y a quand même beaucoup de lesbiennes en Ile de France alors si elles viennent toutes, j’en ai encore pour 3 ans !! Mais bon j’aurais pu me faire ramasser si le spectacle n’avait pas plu. Je crois que le fait d’être très sincère et de raconter des choses assez intimes et personnelles fait que les gens sont touchés. Je ne donne pas de leçon, de cours sur les lesbienne ; je raconte juste mon expérience et du coup ça parle à beaucoup, même si les autres ont vécu les choses différemment.

Grâce à la prolongation de ton spectacle, les techniques d’approche que tu cites ont de plus en plus de chance de fonctionner dans la vraie vie. Mais où t’arrêteras-tu ? Envisages-tu d’écrire une lesbienne invisible n°2 le retour de la vengeance ? Et sinon quels sont tes projets pour le futur ?

Je ne m’arrêterai pas !! Pour la suite, je prépare des extensions d’Océanerosemarie, sur internet, à la télévision, au cinéma… Je ne sais pas si ça va marcher mais je vais essayer ! J’aimerais beaucoup aboutir le long métrage en tout cas, qui met en scène Océanerosemarie « dans la vraie vie » avec une histoire qui n’a rien à voir avec le spectacle, même si on retrouvera certains personnages. Après pour le One je ne sais pas encore s’il y aura une suite. Je veux déjà bien aboutir ce show là qui peut encore beaucoup évoluer à mon avis et j’espère le jouer encore un bon moment donc on verra plus tard pour la suite !

Sais-tu si les ventes de Cheval magazine ont explosé depuis le début de ton spectacle ?

Elles ont triplé, mais les actionnaires s’inquiètent; trop de lesbiennes s’en emparent.

Pour finir, une petite question d’une de nos fidèles lectrices (Michelle P., elle se reconnaîtra….), qu’as-tu contre le Picon-Bière ?

Je préfère le champagne Ruinart millésimé, en toute simplicité. (Rires)

Oceanerosemarie

A propos de Gaëlle Carrion

Gaëlle Carrion
Chargée de communication digitale dans la vraie vie je partage mes coups de cœur sur le site d'Univers-L !

Répondre