Les Hommes Que J’aime de La Rue Kétanou

Groupe composé de : Mourad Musset, Olivier Leite, et Florent Vintrigner

Extrait de l'Album : Y'a Des Cigales Dans La Fourmilière

Date de Sortie : 2002

Paroles : Florent Vintrigner

Musique : Florent Vintrigner

Nationalité : Belge

Genre : Folk

Durée : 3 : 50 min.

Titre Original : Les Hommes Que J'aime

Les Hommes Que J'aime : Avis Personnel

La Rue Kétanou est un trio issu du Théâtre de Fil à Savigny-sur-Orge dans la région parisienne composé de Mourad Musset, Olivier Leite et Florent Vintrigner. Le trio a débuté dans les rues de La Rochelle et de L’Île de Ré grâce à des spectacles mêlant chanson et théâtre en clamant leur devise « C’est pas nous qui sommes à la rue, c’est la Rue Kétanou ! ». La Rue Kétanou va être repéré par deux membres du groupe Tryo, Arnaud Viala et Bibou, qui leur proposera d’enregistrer un album mais également de faire leur première partie lors de leur tournée.

Ce trio dénonce les vices de notre société actuelle avec des récits, des portraits ou des petites chroniques. Il a un sens du partage et un esprit festif qui se ressent dans ses concerts et entraîne son public dans son monde.

« Les Hommes Que J’aime » provient de son second album Y’a Des Cigales Dans La Fourmilière. Cette chanson fait référence à un homme qui n’a pas vraiment de succès auprès des femmes, il décide donc de se tourner vers ses homologues masculins. C’est un titre envoutant qui donne envie de se remuer dessus.

Paroles

Je voudrais vous parler des hommes que j’aime
Ceux qui m’ont embrassé, au bord de la Seine
Où j’allais me jeter, jeté par une reine
Que j’avais aimée, plus que les hommes que j’aime.

Ils ont des gueules cassées, il faut les voir au petit jour
Se coucher tout étonnés, du monde qui les entoure
Ils volent, ils viennent, ils trainent, ils parlent fort, ils ne parlent pas
Ils entendent des Carmen, qui leur disaient, viens par là !
Et chaque fois ils y vont, et chaque fois ils en reviennent
Entre un ange et un démon, ainsi j’aime les hommes que j’aime.

Je voudrais vous parler, des hommes que j’aime
Ceux qui m’ont embrassé, au bord de la Seine
Ou j’allais me jeter, jeté par une reine
Que j’avais aimée, plus que les hommes que j’aime.

Ce sont des géants, qui savent le chagrin d’amour
Des amitiés de survivants, qui fêtent votre retour
Et quand passe un drame et que l’un de nous il touche
On se donne des prénoms de femmes, et on s’embrasse sur la bouche.
Mon Dieu c’est mon tour, je vis au bord de la Seine
Je crie au secours, ainsi m’aiment les hommes que j’aime.

Je voudrais vous parler, des hommes que j’aime
Ceux qui m’ont embrassé, au bord de la Seine
Où j’allais me jeter, jeté par une reine
Que j’avais aimée, plus que les hommes que j’aime.

Et je lève mon cœur, à la tendresse de ces voyous,
qu’elle me porte bonheur, ce soir j’ai rendez-vous
Et j’irai comme je suis, non je ne changerai rien,
Acte mes folies, à mon feu dans mes mains
À mon amour sans pudeur, à mon amour qui se déchaine
Et même ça fait peur, ainsi aiment les hommes que j’aime.

Je voudrais vous parler, des hommes que j’aime
Ceux qui m’ont embrassé, au bord de la Seine
Où j’allais me jeter, jeté par une reine
Que j’avais aimée, plus que les hommes que j’aime.

Je voudrais vous parler, des hommes que j’aime
Ceux qui m’ont embrassé, au bord de la Seine
Où j’allais me jeter, jeté par une reine
Que j’avais aimée, plus que les hommes que j’aime.

A propos de Caroline Pintupie

Avatar
Elle a contribué à la grande aventure Univers-L avant de quitter l'équipe pour de nouvelles aventures.

Répondre