Los Hombres de Paco : Episode 02 – El documento gagaísta

Episode de la série Los Hombres De Paco  (Saison 7)

Réalisateur : Sandra Gallego
Scénaristes : David Barrocal, Esther Martínez Lobato, Javier Reguilón, José Rueda, Alberto Úcar

Résumé

Paco et Mariano sont de plus en plus inquiets pour les pertes de mémoire de Don Lorenzo. Quand ils essaient d’expliquer à ce dernier qu’il se répète, Don Lorenzo se met dans de terribles colères. Pepa arrive au commissariat avec une terrible gueule de bois. Elle a mis ses lunettes noires et explique à une Silvia rayonnante qu’elle ne sortira plus jamais pour faire la tournée des bars avec elle. Silvia rit et lui explique qu’elle s’est levée tôt parce qu’avec tout ce que celle-ci lui a dit la veille, elle ne pouvait plus dormir. Pepa rétorque qu’elle a dit beaucoup de choses et Silvia lui répond que vouloir un enfant avec elle ce n’est pas rien. Quand Silvia la prend dans ses bras, Pepa fait une drôle de tête…

Don Lorenzo organise une réunion pour parler à ses hommes de leur prochaine mission. L’homme qu’ils avaient appréhendé et dont ils ont retrouvé les mains coupées faisait partie du cartel mexicain et participait à un vaste trafic de drogue. Ils doivent tenter de démanteler le réseau avant qu’il n’y ait d’autres victimes. Ils viennent d’apprendre que trois suspects de cette organisation sont descendus dans un luxueux hôtel et décident de s’y rendre en mission d’espionnage. Montoya dirige l’opération.

Paco, qui a interrompu Don Lorenzo en lui disant qu’il se répétait, se fait une nouvelle fois remettre à sa place. Mariano décide alors de filmer leur patron afin qu’il prenne lui-même conscience de ce qui se passe et propose également d’engager quelqu’un pour le suivre en permanence afin qu’il ne fasse rien de dangereux. Paco, qui commence par refuser cette idée, finit par reconnaître que Mariano a peut-être raison. Il donne alors l’ordre à Aitor de suivre Don Lorenzo toute la journée.

Durant leur enquête sur le cas des mains mutilées, Paco et Mariano se retrouvent dans une superbe suite et essaient d’entendre ce qui se dit dans la pièce voisine grâce à des stéthoscopes. Pepa et Silvia, qui sont dans le van de surveillance, mangent ce que la rouquine a ramené. Pepa refuse de boire du vin mais Silvia l’encourage. Pendant ce temps, dans leur chambre d’hôtel, Mariano demande conseille à Paco sur ce qu’il doit faire avec Marina. Elle ne l’attire pas même si elle est très belle et il se demande s’il n’est pas homosexuel. Perturbé depuis le départ de Lola, Paco ne sait quoi répondre. À ce moment précis on frappe à la porte. Povedilla, Rita, Quique et Nelson arrivent. Devant l’incompétence du groupe qui commence à fouiller partout, Paco se met à paniquer.

Une caisse est livrée dans la chambre voisine de celle où se trouvent les policiers. Les trois membres supposés ne sont pas présents et bien que leur mission se limite à de la surveillance, Paco propose que quelqu’un s’infiltre dans la pièce pour savoir ce que contient la caisse. Curtiz rejoint alors le groupe, accompagné d’une chèvre qui ne le quitte pas.

Au commissariat, Aitor suit Don Lorenzo partout avec sa caméra et le filme. Quand son supérieur reçoit un appel de Sara pour lui fêter son anniversaire, Aitor continue de l’observer et réalise qu’il oublie effectivement les choses une fois qu’elles ont eu lieu.

Dans leur van, Pepa demande à Silvia pourquoi elle ne porterait pas l’enfant. La jeune femme lui réplique alors que quand elle a été blessée par balle il y a quelques années, on lui a retiré un morceau d’intestin et l’utérus. Elle rassure Pepa en lui disant qu’elle ne pourra peut-être jamais porter un enfant mais qu’au moins elle a trouvé la personne qui pourra faire d’elle une mère. Pepa est bouleversée et ne sait que répondre.

Sur ordre de Paco, qui avait oublié l’anniversaire de Don Lorenzo, Aitor apporte un gâteau à son chef le soir venu. Il le filme en même temps et au lieu de déclencher l’énervement de son supérieur, le remplit de joie.

Après avoir parlé de manière touchante avec Paco, Povedilla suit les ordres de ce dernier et entre dans la chambre des trois suspects. Malheureusement Nelson, qui avait fait les comptes de ceux qui entraient et sortaient, s’est trompé. Lorsque Povedilla entre, un homme sort de la douche. Le policier a juste le temps de se précipiter sous le lit. Paco qui est déjà sur les nerfs et ne cesse de perdre son calme à cause de tout ce qui l’entoure se met à paniquer encore plus.

Chargé de la mission, Montoya arrive soudain dans la chambre d’hôtel où sont réunis tous les policiers. Il reprend le contrôle de la situation en réveillant Mariano, Quique et Curtiz et en parlant avec Povedilla sur la fréquence radio. Povedilla qui explique au reste de l’équipe que le suspect n’est pas seul mais qu’ils sont deux hommes accompagnés de deux femmes. À ce moment-là, ils récupèrent le signal de la caméra et découvrent que tous sont en train de s’envoyer en l’air sur le lit sous lequel José Luis est caché.

Pendant ce temps, au bar Los Cachis, Don Lorenzo s’amuse et danse avec une femme. Il fête en effet son anniversaire avec Aitor. Don Lorenzo donne son numéro à l’une des femmes pendant que la seconde embrasse Aitor avec douceur avant de partir.

Remis à sa place par Montoya, Paco se réfugie dans la salle de bain afin de récupérer. Il a conscience qu’il ne contrôle plus rien depuis le départ de Lola et de Lucas. Mariano, qui le rejoint, lui suggère de téléphoner à Lucas pour lui demander de l’aide. Ce dernier les rassure et leur dit d’avoir confiance en eux.

Paco rejoint alors ses collègues et les empêche d’entrer en force, armés jusqu’aux dents pour libérer Povedilla. Il suggère de ne pas ruiner l’opération et propose d’aller chercher leur ami seul pour éviter une effusion de sang. Montoya n’est pas de cet avis, mais le reste de l’équipe soutient Paco. À cet instant Povedilla profite du bruit fait par les hommes pour se dévêtir et sortir de sa cachette. Il s’approche de la porte qu’il ouvre en grand faisant croire qu’il vient de la suite voisine et qu’il est dérangé par le bruit. Trop choqués pour réagir, les hommes ne disent rien et le laissent sortir avant de renvoyer les filles.

Povedilla retrouve ses collègues dans la chambre voisine et les sert dans ses bras pour les remercier. À ce moment là Povedilla réalise qu’il est en caleçon et qu’il a laissé sa plaque de policier, ses vêtements et une photo de sa fille sous le lit des suspects.

Silvia reçoit un appel de son ami médecin pour l’insémination artificielle. Elle prend rendez-vous pour Pepa et cette dernière, qui panique complètement, quitte la camionnette et se précipite dans la chambre d’hôtel. Là elle empoigne son frère par le col de sa veste et l’entraîne dans la salle de bain pour lui parler. Elle explique alors à Paco que Silvia s’est mis en tête qu’elle veut un enfant et qu’elle veut que ce soit elle qui le porte. Elle lui réplique qu’elle a accepté l’idée un soir, complètement bourrée, et qu’elle ne peut pas dire non à Silvia parce qu’elle ne peut pas en avoir et qu’elle l’aime. Elle lui dit que Silvia est profondément égoïste de ne pas chercher à la comprendre. Paco tente de rassurer sa sœur et de réfléchir à la situation. Ce qu’elle ignore c’est que Paco a gardé son oreillette et son micro et que tout le monde entend donc leur conversation. Curtiz, Rita, Povedilla, Nelson, Quique, Mariano et Montoya réfléchissent à la question du donneur pendant que Silvia, seule dans la camionnette de surveillance, se met à pleurer.

Soudain Silvia voit que les suspects quittent leur chambre et elle est obligée de prévenir ses collègues. Pepa et Paco réalisent alors qu’elle a tout entendu…

Tout le monde se précipite dans la chambre voisine. Povedilla récupère ses vêtements et Mariano et Paco hésitent à ouvrir la caisse en bois qui émet un son ressemblant à un tic tac. Pensant qu’il s’agit d’une bombe, ils finissent par ouvrir le colis et découvrent… une poule. Ils quittent la pièce après cette découverte.

Aitor a laissé le caméscope à Don Lorenzo qui, en revoyant sa journée, réalise qu’il a effectivement des pertes de mémoires très régulières…


Los Hombres de PacoLos Hombres de PacoLos Hombres de Paco

Retour à la fiche de présentation Los Hombres De Paco

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre