Lune De Novembre

La survie de deux femmes amoureuses durant la seconde guerre mondiale

Année de Production : 1984

Réalisation : Alexandra von Grote

Scénario : Alexandra von Grote

Avec : Gabriele Osburg (November Messing), Bruno Pradal (Marcel), Christiane Millet (Férial), Gerhard Olschewski (Jean), Denise Boulet, Danièle Delorme, Albert Delpy, Robert Florent, Stéphane Garcin, Yves Jansen, Maria Krasna, Friedhelm Lehmann, Louise Martini

Nationalité : Franco-Allemande

Genre : Drame, Romance

Durée : 1h 48min.

Titre Original : Novembermond - Lune de Novembre

Lune De Novembre : Résumé

1933. November Messing est une jeune juive qui vient de perdre son père. Native d’Allemagne, elle a fuit le pays après l’arrivée au pouvoir d’Hitler et s’est réfugiée en France. A Paris, en attente de naturalisation, elle trouve un emploi au noir dans un café tenu par une ancienne amie de son père.

Là, elle fait la connaissance de Laurent, un jeune homme qui tombe bientôt sous son charme. Seulement November ne partage pas ses sentiments et le lui fait comprendre avec tact. Elle rencontre aussi Férial, la sour de Laurent. November et Férial deviennent rapidement très proches et finissent par tomber amoureuses l’une de l’autre.

Malheureusement, la France est envahie par les allemands. Férial, sa mère et November doivent fuir au Sud du pays. A l’armistice, Férial et sa mère rentrent à Paris. Mais November, persécutée parce qu’elle est juive ne peut les suivre. Elle reste à la campagne, cachée par la tante de Férial.

Des français collaborateurs, la dénoncent et elle est faite prisonnière par les allemands. Violée et torturée, November parvient à s’enfuir grâce à l’aide inattendue d’un jeune soldat qui se fera exécuter pour sa trahison. Après des jours et des jours de marche, elle rejoint Paris et s’écroule chez Férial et sa mère. Ces dernières décident de l’héberger malgré les risques.

1933. November Messing est une jeune juive qui vient de perdre son père. Native d'Allemagne, elle a fuit le pays après l'arrivée au pouvoir d'Hitler et s'est réfugiée en France. A Paris, en attente de naturalisation, elle trouve un emploi au noir dans un café tenu par une ancienne amie de son père. Là, elle fait la connaissance de Laurent, un jeune homme qui tombe bientôt sous son charme. Seulement November ne partage pas ses sentiments et le lui fait comprendre avec tact. Elle rencontre aussi Férial, la sour de Laurent. November et Férial deviennent rapidement très proches et finissent…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Bouleversant. Inoubliable.

Note des lectrices : Soyez la première !
61

Une histoire terrible et bouleversante. En pleine guerre, deux femmes qui s’aiment essayent de survivre. Le film est superbement réalisé et monté. Ce qui lui donne toute sa force, c’est le faite que la guerre ne soit pas directement montrée. Il n’y a ni bataille ni bombardement. Il y a seulement la peur et l’exode de ces dizaines de personnes qui marchent sur les routes de campagne pour sauver leur peau. La peur de November se perçoit, se comprend et se ressent. Nous la partageons.

En cela le passage du viol et de la torture de la jeune femme est particulièrement cruel. Comme le jeune officier qui l’aidera plus tard à s’échapper, nous percevons les sons et les cris mais sans pouvoir rien voir. Notre imagination fait le reste ce qui rend le tout encore pire. La force de ce film réside justement dans ses ellipses et sa capacité à nous laisser imaginer des détails parce qu’il ne montre pas tout.

La romance entre November et Férial est superbement dépeinte. Douce, sensuelle et spontanée, elle intervient naturellement. Personne n’est choqué. Personne ne se pose de question du type suis-je lesbienne ? Ai-je le droit ?… En cela le coming-out de Férial à sa mère sonne juste. Férial lui avoue, au petit déjeuner que November est revenue à Paris parce qu’elle l’aime. On sent que la jeune femme a peur de cette déclaration et de ce qu’elle implique. Mais sa mère, toute en finesse, lui dit qu’elle sait et lui ordonne de finir son petit déjeuner. Ça ne change rien. C’est beau. Le sourire de Férial le prouve. Et pourtant ce film a été réalisé en 1984.

Cette histoire d’amour contrebalance les horreurs de la guerre et apporte un vent de fraîcheur sur un film relativement noir et sérieux. Mais comment pourrait-il en être autrement alors qu’il s’agit de la Seconde Guerre Mondiale ? Il émane pourtant de cette ouvre un optimisme et une force qui la rendent inoubliable.

Dans la même veine qu’Aimée et Jaguar, ce long métrage positionne une histoire d’amour lesbienne en pleine guerre. Mais ici l’histoire finit bien. enfin il nous suffit d’imaginer cette belle fin parce qu’il est vrai que les deux héroïnes en ont vraiment bavées. Le film aurait pu s’arrêter sur le passage où les deux jeunes femmes prennent un bain ensemble après la victoire des Alliés. Mais cela aurait été trop simple. Alors Férial qui a joué les collabos pour protéger la femme qu’elle aime et qu’elle cachait se trouve enlevé par des français qui la violentent et lui coupent les cheveux pour l’humilier en la traitant de monstre. Chaque acte à ses conséquences.

Un film fort, sublime, sensible et optimiste qui en 1984 osait proposer plusieurs baisers lesbiens, des étreintes et mêmes deux scènes de lit. Bouleversant. À voir absolument.

Lune De Novembre : Critiques Presse et Récompenses

Vainqueur au Festival du Film Gay de New York dans la Catégorie Meilleur Film.

Vainqueur aux AGLA Awards (Alliance for Gay and Lesbian Artists in the Entertainment Industry) dans la Catégorie Meilleur Film.

Vainqueur aux Frameline Awards dans la Catégorie Meilleur Réalisateur pour Alexandra von Grote.

” shows sensitivity in balancing the complexities of wartime actions, and subordinates the love story to give a broad picture of that period.” (San Francisco Chronicle)

Lune De Novembre : Extraits

NOVEMBER  : Et après, nous avons quitté Berlin. Je suis réellement juive. Cependant je ne suis allée à la synagogue que trois fois avec ma grand-mère. C’était aussi le travail de mon père. Il réalisait des dessins politiques, des caricatures pour les journaux et autres. S’il avait vu ça maintenant. comme les SA. Et que faites-vous ?
FERIAL  : Oh. Je travaille comme secrétaire dans un hôpital.
NOVEMBER  : J’ai un travail illégal au bistro ‘La Cigale’. Ce sont des amis. Pourquoi ne passeriez-vous pas un de ces jours ?
FERIAL  : Oui. J’aimerai beaucoup. Et qui dois-je demander ?
NOVEMBER  : November. November Messing.
FERIAL  : Je suis la soeur de Laurent.

MERE DE FERIAL  : C’est tout ou rien ! Il n’y a aucune garantie pour quoi que ce soit !
FERIAL  : Mais je dois faire ça pour ne pas éveiller leur suspicion.
MERE DE FERIAL  : Pourquoi est-elle revenue à Paris ?
FERIAL  : Est-ce que tu réalises ce qu’elle a traversé ?
MERE DE FERIAL  : Ce n’est pas la raison pour laquelle est revenue. Pourquoi a-t-elle fait cela ?
FERIAL  : Parce que je l’aime !
MERE DE FERIAL  : Oui. Je sais cela. Mange ton petit déjeuner maintenant !

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre