Muriel Fait Le Désespoir De Ses Parents

Un film touchant sur la frontière entre l’amour et l’amitié

Affiche : Muriel Fait Le Désespoir De Ses Parents

Année de Production : 1995

Date de Sortie : 17 Décembre 1997

Réalisation : Philippe Faucon

Scénario : Catherine Klein, Philippe Faucon

Avec : Catherine Klein (Muriel), Dominique Perrier (Nora), Marie Rivière (Mère de Muriel), Jean-Louis Caillat (Père de Muriel), Serge Germany (Fred)

Nationalité : Française

Genre : Drame, Romance

Durée : 1h 12min.

Titre Original : Muriel fait le désespoir de ses parents

Muriel Fait Le Désespoir De Ses Parents : Résumé

Muriel est une jeune femme discrète, silencieuse et solitaire. Sa meilleure amie, Nora, est son complet opposé. Rieuse, exubérante et démonstrative, elle brille auprès de tous. Dans son ombre, Muriel partage ses secrets et sa quête de liberté. Consciente qu’elle est amoureuse de Nora, Muriel décide alors d’en parler à sa mère. Malheureusement cette dernière, en pleine crise de couple, n’est pas prête à entendre la vérité sur l’homosexualité de sa fille.

Désirant plus que cette amitié passionnée, Muriel se rapproche de Nora. Mais Nora est hétérosexuelle et amoureuse de Fred. Malgré quelques baisers échangés, Nora n’est pas prête à franchir le cap et à faire l’amour avec Muriel…

Muriel est une jeune femme discrète, silencieuse et solitaire. Sa meilleure amie, Nora, est son complet opposé. Rieuse, exubérante et démonstrative, elle brille auprès de tous. Dans son ombre, Muriel partage ses secrets et sa quête de liberté. Consciente qu’elle est amoureuse de Nora, Muriel décide alors d’en parler à sa mère. Malheureusement cette dernière, en pleine crise de couple, n’est pas prête à entendre la vérité sur l’homosexualité de sa fille. Désirant plus que cette amitié passionnée, Muriel se rapproche de Nora. Mais Nora est hétérosexuelle et amoureuse de Fred. Malgré quelques baisers échangés, Nora n’est pas prête à…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Pas facile de vivre son homosexualité.

Note des lectrices : Soyez la première !
49

Muriel fait le désespoir de ses parents a aujourd’hui plus de 16 ans puisqu’il a été tourné en 1995. Et 16 ans, c’est long et en même temps très court. Parce que d’un côté le monde a changé, énormément changé. Le racisme de l’époque ne se rencontre plus de cette manière et est maintenant devenu bien plus sournois. La liberté sexuelle n’est plus la même. Rien que d’imaginer un film montrant des hommes et des femmes courir nus sur la plage, apparaît aujourd’hui irréalisable. Pareil pour la voiture qui date d’une autre époque. Et en même temps, la peur de faire son coming out, d’aimer une personne qui ne vous aime pas autant, tout cela est toujours d’actualité.

Le réalisateur, Philippe Faucon, a très bien résumé son film en déclarant : « Toute l’histoire est construite sur l’opposition entre ces deux personnages, dont l’un possède quelque chose d’assez rayonnant, d’assez séducteur, de lumineux et sensuel qui exerce une grande fascination sur l’autre, joué par Catherine, qui, de prime abord parait être quelqu’un qui a peu de mal à s’affirmer et qui va pourtant davantage au bout de ses désirs et de ses attirances. » C’est tout à fait cela. Le personnage de Muriel qui semble au départ effacé, silencieux, en retrait, va être celui qui se pose le plus de questions et va le plus travailler à se bâtir l’avenir qu’elle désire.

Le coming out de Muriel est très violent. L’incompréhension de sa mère et toute la dureté de ses propos se heurte au stoïcisme de Muriel qui prend cela en pleine face. Au départ, je trouvais que la mère jouait mal, comme les autres personnages. Ensuite, j’ai tiqué sur le « tu ne me changeras plus maintenant. Je suis comme ça, j’ai plus envie de changer. » J’ai tiqué parce que c’est encore et toujours cette question du choix qui revient. Or je reste intimement convaincue qu’être homosexuel n’est pas un choix. Comme si elle devait être certaine, une bonne fois pour toutes, Muriel va coucher avec son meilleur ami, fou d’elle. Évidemment, ce sera un gros fiasco mais l’obligation qu’elle s’impose vis-à-vis de cette relation, parlera certainement à de nombreuses personnes.

Malgré quelques faiblesses au niveau du jeu des acteurs secondaires, quelques longueurs par ci par là, il règne sur ce long-métrage une bonne humeur très intéressante. Le côté froid et détaché de Muriel la rend d’abord difficile à apprécier et puis on va petit à petit la comprendre et surtout découvrir qu’elle est forte et qu’elle va au bout de ce qu’elle a décidé. La scène d’amour, même raccourcie, est très réussie et bien amenée.

Ce n’est pas le film du siècle et il a assurément vieilli. Pourtant, je pense que je me rappellerai encore longtemps de cette histoire et du personnage de Muriel que j’ai trouvé particulièrement marquant. Je vous laisse juger par vous-même.

Muriel Fait Le Désespoir De Ses Parents : Critiques Presse et Récompenses

Prix Spécial du Jury du Festival de Genève
Prix d’interprétation féminine pour Catherine Klein du Festival de Genève
Mention Spéciale du jury de la Presse du Film du Festival de Genève
Sélection Officielle au Festival de Locarno
Sélection Officielle au Festival d’Avignon
Sélection Officielle au Festival de New York
Sélection Officielle au Festival de Genève

« Un film au charme fou » (Télérama)
« Le réalisateur a le don de rendre justes et beaux les gens qu’il filme » (Le Monde)
« Une œuvre sensuelle et délicate » (Les Inrockuptibles)

Muriel Fait Le Désespoir De Ses Parents : Extraits

MURIEL : Si, y a une chose que je voudrais te dire.
SA MÈRE : Qu’est-ce que c’est ? T’as fait une bêtise ?
MURIEL : Non mais faut que je te parle d’une chose.
SA MÈRE : Qu’est-ce qu’il y a ? T’as fait quelque chose de grave ? T’as quand même pas volé ? T’es enceinte ?
MURIEL : Non.
SA MÈRE : T’as couché avec un mec ?
MURIEL : Non.
SA MÈRE : C’est quoi ?
MURIEL : Voilà, y a une chose qu’il faut que tu saches. Faut que tu l’admettes et que tu me prennes avec ça parce que je ne changerai pas. C’est que je préfère les filles aux garçons.
SA MÈRE : Comment ça ? Qu’est-ce que tu veux dire ? Comment ça ? Mais t’as pas pu faire ça !
MURIEL : Me regarde pas comme ça, comme si j’étais sale.
SA MÈRE : C’est pas possible enfin ! Tu sais ce qu’elles font entre elles ces femmes-là ? C’est pas possible, t’as pas couché avec une fille !
MURIEL : Si.
SA MÈRE : Non, c’est pas possible. C’est pas vrai. Tu mens. Tu dis ça pour m’énerver.
MURIEL : Non, je mens pas.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre