Interview d’Evelyne Brochu et Jordan Gavaris, les interprètes respectifs de Delphine et Felix

Interview liée à la série Orphan Black

Evelyne Brochu - Orphan Black

Interview accordée à Valerie Anne le 6 mai 2014 pour le site Afterellen.com

Lors d’une projection du premier épisode de la deuxième saison d’Orphan Black, j’ai parlé avec Evelyne Brochu et Jordan Gavaris des personnages qu’ils interprètent et je pense que vous allez aimer ce qu’ils ont eu à dire.

Evelyne Brochu était tellement magnifique que c’est un vrai miracle d’avoir finalement réussi à articuler les questions – ses yeux sont au moins de dix couleurs différentes. Après chaque question posée, elle a vraiment pris le temps de réfléchir à ses réponses.

Comment décririez-vous le parcours de Delphine et Cosima dans la saison 2 ?

Dans la saison une, c’était juste un nouvel amour inattendu, en dépit du fait qu’elles s’opposent au niveau scientifique. La saison deux ne se contentera pas seulement d’une relation complexe dans une situation complexe, mais elle maintiendra Cosima vivante dans cette situation complexe. Je crois qu’il y a de gros enjeux, ça va être très fort en émotion. C’est une relation très forte, avec beaucoup d’amour et un lien puissant, mais il y a beaucoup de choses qui se trament également vis-à-vis de la santé de Cosima, donc elles seront beaucoup de choses. C’est une relation très complexe, c’est une relation médecin/patient, scientifique/sujet d’expérience, petite-amie/petite-amie, donc c’est beaucoup de choses, n’est-ce pas ? Ce sera très dense et complexe. Et peut-être un peu dangereux !

Qu’est-ce que vous préférez chez Delphine, ou dans son interprétation ?

Ce que je préfère dans son interprétation ? Simplement sa passion pour tout, vous voyez ? C’est vraiment génial de… parce que j’ai l’impression que sur le plateau, tout le monde est passionné à l’idée de faire cette série. Bien sûr, on voit que Tatiana est passionnée par son travail, elle apporte tellement à tous les personnages. Je suis vraiment passionnée par ce travail également, donc pouvoir prendre cette passion de mon travail et la réinjecter dans ce personnage est cool.

Vous vous êtes récemment inscrite sur Twitter, vous êtes-vous rendue compte de tout l’amour des Clonesbians et du Clone Club ? Comment ça a été pour vous ?

Oui, c’est vraiment génial. Je veux dire, les Clonesbians – vous savez, je dois dire, j’ai parfois l’impression que la fiction reflète la réalité et parfois même l’affecte. Et je suis vraiment fière de jouer un personnage homosexuel dont le problème principal ne tourne pas autour du fait qu’elle soit homosexuelle, ce qui devrait être un problème pour personne. Donc je suis vraiment fière de ça.

Après la projection il y a eu un questions/réponses pour les fans et bien que la plupart des questions aient été adressées aux créateurs, Graeme Manson et John Fawcett, quelques unes s’adressaient aux acteurs. Le seul truc qui a vraiment coincé pour moi fut lorsqu’un fan a demandé à Evelyne Brochu si elle pensait que Delphine s’identifiait différemment dans la saison deux maintenant qu’elle avait une copine. Elle a fait remarquer qu’à la fin de la saison une, elle était vraiment avec Cosima. Et dans le premier épisode de la saison deux, on la voit « à une immense soirée de l’Institut DYAD, embrassant sa copine » (bon, ce qu’elle pense être sa copine). Elle a dit que ce n’était pas quelque chose d’important pour elle, et qu’elle était contente parce que ça devrait n’être important pour personne.

Jordan Gavaris, qui joue Felix, m’a serré la main et m’a souri joyeusement lorsque nous nous sommes rencontrés. Même si j’ai regardé des centaines d’interviews de lui, ça m’a quand même un petit peu choquée que sa voix ne soit pas celle de Felix (sauf pour un moment, lorsqu’il incarnait Felix).

J’ai vu dans les bandes-annonces que Felix a quelques scènes avec Cosima cette saison-ci. À quoi ressemble leur relation ?

Je pense que Felix est un peu méfiant envers Cosima, ou du moins il l’était dans la première saison. Je pense que c’est un lien intéressant, c’est probablement le premier clone avec lequel il interagit où il n’y a pas de – vous savez, parce que ça a surtout été Sarah et Alison et avec elles il a des dynamiques très établies – Cosima… elle est comme la fille qu’il pourrait rencontrer en boîte : elle lui dirait « Yo, cool le fut’ » et il répondrait [avec la voix de Felix] « Hey, cool les dreads » et ça démarrerait une conversation. C’est très platonique. Je crois qu’il se rapproche de plus en plus d’elle au fur et à mesure de la saison, mais je pense toujours que le pilier de la relation clones/Felix reste Alison et Sarah.

Je vois dans les commentaires et sur Twitter que les Clonesbians adorent Felix, avez-vous beaucoup de retours comme cela de la part de la communauté LGBT ?

Énormes. D’énormes retours de la part de la communauté LGBT. Je pense que c’est parce que Tat et moi essayons de changer le langage employé lorsque l’on parle à la presse, parce que beaucoup trop souvent – j’étais dans une émission l’autre jour et c’est genre « Oh, voilà Jordan qui joue le frère gay dans Orphan Black » et là je me dis « Ok, bon… ». Je prends ça comme une opportunité de créer une discussion et de dire « En tant que personnage public à la télévision vous avez la responsabilité de changer ce langage, de changer le modèle ». Qu’il veuille le croire ou non, ce genre de discours où vous dévalorisez et définissez un personnage uniquement par sa sexualité et invalidez le reste de son identité est toujours très accablant. Et puis, encore une fois, nous ne nous sentons pas une responsabilité envers la communauté LGBT, nous avons une joie, une grande joie de les représenter, et d’interpréter des personnages avec lesquels les gens se lient. Même avec ces personnages fictifs, peu importe combien ils sont fictifs, le fait qu’il y ait une résonance est quelque chose de très, très puissant pour nous, ce n’est pas anodin du tout pour nous.

En tant que jeune membre de la communauté LGBT, c’est génial de voir des personnages homosexuels de mon âge.

Tout à fait ! Nous venons aussi d’un pays où maintenant tout ça nous paraît vraiment bizarre. Je vis à Los Angeles en ce moment et bien que Los Angeles soit une petite bulle, le mouvement des droits civiques est vraiment quelque chose auquel nous sommes exposés. C’est bizarre parce que, pour moi, venant du Canada, où le modèle a déjà changé, vous pouvez être un homme gay, ou un homme qui est artiste et est gay, ou un homme non gay. Et c’est vraiment important, parce qu’au final, en tant qu’acteurs, Tat et moi n’avons pas l’impression de jouer une sexualité, pas plus que nous ne jouerions une couleur de peau, de yeux, ou le cancer. Ce sont juste des humains, nous jouons juste des humains.

Interview originale sur le site Afterellen.com

Retour à la fiche de présentation Orphan Black

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre