Tierra de Lobos : Saison 3 : Espoir, vous avez dit espoir ?

Article lié à la série Tierra De Lobos

Oui oui, vous avez bien entendu, j’ai dit « espoir ». Rappelez-vous, Isabel et Cristina s’aiment toujours autant et leur relation reprend à la fin de l’épisode 4 de la saison 3. Alors oui « espoir », même si Isabel est fraichement mariée, même si les éléments sont contre elles, leur couple tient le coup et c’est assez beau pour être souligné.

L’épisode 5 s’ouvre sur Isabel en tant de peigner son cheval à l’écurie. Cristina arrive par surprise et l’embrasse. Ses ardeurs sont calmées par Isabel qui lui dit qu’elle doit à tout prix rester discrète et qu’elle ne doit pas oublier que désormais elle est une femme mariée. Avant de partir, Cristina lui fait promettre de revenir la voir au bordel où elle se cache. Seulement, malgré sa promesse Isabel ne vient pas au bordel et Cristina l’attend en tentant difficilement de garder espoir. Il faut dire que ce n’est pas facile de rester optimiste quand on se prend un lapin et que la tenancière du bordel vous regarde avec son air blasé et vous dit : « Eh oui chérie, tu crois que tu es la première pute à tomber amoureuse ? ». Une autre prostituée arrive en courant avec une information capitale : il y a eu une disparition chez les Lobo (le fils de la sœur je crois, mais je vous avoue que ma compréhension de l’espagnol à des limites, une prostituée sous ecstasy qui parle le castillan à 200km/h fait totalement partie de ces limites), tout le monde s’est donc mobilisé pour retrouver le mystérieux disparu, y compris bien sûr Isabel et son tendre époux. Voici donc où se trouvait Isabel.

La pauvre Cristina dont l’amour dévastateur la fait ressembler à une toxicomane en plein sevrage (oui je vous assure, maquillage à l’appui) trouve la géniale idée d’aller aider la famille Lobo à mener la battue. Elle rejoint donc Isabel dans les bois et surprend cette dernière en train d’embrasser son mari. Une fois le mari parti Cristina s’approche d’Isabel et bien évidemment Isabel se montre très froide et distante : Cristina en étant fugitive ne peut l’aider d’aucune façon, au contraire elle les met toutes les deux en danger. C’est donc très froidement qu’Isabel somme Cristina de retourner au bordel et de ne pas l’y attendre.

Cristina prend cela pour un rejet. Elle souffre tellement qu’elle devient de moins en moins cohérente. Nous la retrouvons un peu plus tard dans l’entrée de la maison des Lobo, en train de dire à la servante qu’elle veut avoir une entrevue avec le père. Elle est sérieuse, là ? Mes pauvres oreilles malmenées par tant de langue étrangère sont-elles en train de saturer ? Est-ce une hallucination auditive ? Je vous jure ça existe.

Je rembobine… on ne sait jamais.

Entre les années lycée qui remontent à tellement longtemps que je n’ose nommer le chiffre, et le verbe « rembobiner » qui est désormais une relique bonne pour le cimetière, je me rends compte de la dure réalité : je ne suis plus de toute première jeunesse. Mais je divague et le rembobinage arrive à son terme.

Replay :

CRISTINA : Je veux parler au seigneur Lobo.

SERVANTE : Je vais voir s’il est disponible. Un moment s’il-vous-plait.

ISABEL : Je m’en occupe, ne vous embêtez pas.

On notera deux choses bien importantes :

Déjà, comme vous avez dû le comprendre, Isabel est arrivée à temps pour empêcher le drame, quoi que si on est parano (et c’est ce qui nous pend au nez avec cette série qui enchaîne les rebondissements à un rythme qui est mauvais pour le cœur) on peut se laisser aller à supposer que malgré l’intervention d’Isabel la servante a reconnu Cristina et va balancer le truc à Lobo. Mais laissons donc la suite venir.

La seconde chose : ce n’était pas une hallucination auditive et là je me fais du souci pour Cristina. À ce stade d’insanité mentale, il ne lui manque plus que l’écume au coin des lèvres et c’est parti pour l’abattoir. Franchement je ne sais pas ce qu’on va faire d’elle, mais vu comment elle morfle, les chances pour elle de s’en sortir sont minces.

Isabel arrive à temps pour empêcher le drame et découvre que Cristina voulait en finir avec la vie. Il s’agissait réellement d’une opération suicide. Isabel la rassure, l’embrasse et lui promet de la rejoindre plus tard.

Plus tard, Cristina est allongée et endormie et Isabel vient la réveiller en l’embrassant tendrement. Encore une fois les scènes où elles se retrouvent ensemble sont très mignonnes. Isabel donne une clé à Cristina. Impression de déjà-vu, je mets pause, je réfléchis, peut-être une symbolique, un croisé de l’époque où c’était Cristina qui était venue libérer Isabel du couvent grâce à la clé du portail (rappelez-vous c’était ici) comme une sorte de retour d’ascenseur… Et là, la lumière fût. La clé ! LA CLÉ !

Petit message aux accessoiristes : franchement les gars réutiliser la même clé que celle du couvent, c’était déjà nul la première fois, mais là on va vous organiser un crowdfunding et toutes se cotiser à univers-l parce qu’il faut faire quelque chose. Cristina qui est toujours habillée pareil, soit, c’est une prise de parti, mais réutiliser le même accessoire à toutes les sauces c’est pas classe.

Isabel a acheté une maison à Cristina, loin de la ville pour qu’elle puisse vivre tranquille sans avoir à se cacher. Isabel pourra même venir lui rendre visite en cachette. Elle lui donne également de l’argent pour vivre et tenir le coup sans travailler. Alors évidemment la situation est frustrante, et Cristina est déçue :

CRISTINA : À croire que je suis vouée à rester la pute de l’un des Lobo.

ISABEL : Je t’aime. Et je te jure qu’un jour nous serons réunies.

CRISTINA : Pardonne-moi. J’ai tant besoin de toi.

ISABEL : Je ne pourrais pas venir te voir autant de fois que je ne le souhaite. Mais même si nous sommes loin l’une de l’autre, je penserai à toi.

CRISTINA : Ne t’inquiète pas. Chaque jour avec toi m’aidera à endurer une année entière.

Cependant, il y a quelque chose qui m’a fait réfléchir. Isabelle, j’ai nommé la cheffe d’univers-l, m’a fait remarquer que dans mon article précédent « l’espoir est-il encore possible ? » j’avais réussi à attiser la curiosité, sans toutefois développer les fameuses scènes de retrouvailles entre les deux amantes, comme quelque chose que l’on attendait et qui aurait manqué. Alors merci Isabelle pour m’en avoir fait prendre conscience, la triste vérité est là : il n’y a plus de scènes entre les deux. Fini la dépravation au milieu des bois, l’amour le midi, le soir et encore le matin, le déshabillage en règle de toutes les couches de fringues du moyen-âge, les filets de baves (ah non pardon je confonds avec un autre film là).

Plus j’y pense, plus je me dis que la question soulevée par cet article aurait dû être « Isabel et Cristina ont-elles encore des relations sexuelles ? ». Et forcées de reconnaître que ce n’est plus le cas, nous aurions essayé de comprendre pourquoi, nous aurions pu prendre le parti d’éliminer tout de suite la sédentarité ou la routine comme causes de pannes sexuelles, quoiqu’apparemment avoir une vie de merde et le monde entier contre soi, c’est un peu la routine pour Isabel et Cristina, et, ne leur jetons pas la pierre, ça en découragerait plus d’un. Cela dit, ça nous aurait également fourni une explication à la nervosité de Cristina et à l’aigreur d’Isabel…

Alors je vous le dis, je ne sais pas pour vous mais tout ça moi ça me fait déprimer. Alors une, et une seule, question se pose : espoir vous avez dit espoir ? À ça je réponds : espérons…

Retour à la fiche de présentation Tierra De Lobos

A propos de Edwine Morin

Avatar
Relectrice et Chroniqueuse Occasionnelle. Passionnée par les séries télévisées, elle en dévore depuis des années dans tous les thèmes possibles et ses préférences sont si hétéroclites qu'il est difficile d’en trouver les limites. Romantique dans l’âme, elle a succombé au charme d’I Can’t Think Straight et de Loving Annabelle tout en étant fan du travail de Quentin Tarantino.

2 commentaires

  1. Isabelle B. Price

    @edwine Cette saison a été une grosse déception pour toi au final ? Tu penses qu’ils auraient pu faire mieux ?

    • Avatar

      Effectivement, ça a été une grosse déception pour moi. Maintenant, si je dois aller au-delà de mes sentiments pour faire une critique constructive, je peux essayer de répondre à ta question en deux temps.

      D’abord, au niveau de la forme du scénario, ce n’est pas tant décevant car le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a énormément de rebondissements et de retournements de situation inattendus. Donc, quelque part, on peut dire que cette saison reste dans la lignée de ce que nous avons connu précédemment. Ça n’arrête pas une seconde et c’est un peu comme si le destin des amantes maudites se refermait irrémédiablement sur elles.

      Cependant, au niveau du fond, je ne peux y voir qu’un abandon pur et simple du couple Isabel et Cristina, et ça, forcément, ça ne peut pas me réjouir.
      La représentation était tellement jolie et réussie la saison précédente, elles parvenaient à vaincre toutes les difficultés grâce à cet amour si fort qu’elles avaient développé. S’il y avait des clichés dans la série – je pense notamment à la figure stéréotypée du père impitoyable qui devient le pire ennemi du couple – ces derniers n’étaient pas dans la représentation de cet amour, depuis la naissance des sentiments jusqu’à la victoire sur les nombreux obstacles qui se dressaient contre elles (la traîtrise de Cristina, le couvent, les soeurs et le père). La série avait réussi un beau coup en restituant la beauté des sentiments avec justesse, tant et si bien que malgré les horreurs qu’elles avaient à subir et les situations crues dans lesquelles elles se retrouvaient (torture, sequestration, thème de la prostitution…) on avait tout de même l’impression d’un amour de contes de fées, d’un amour qui triomphe toujours. D’ailleurs quand on y pense, les contes de fées sont extrêmement violents aussi, les princesses se font empoisonner, meurent (avant de revenir à la vie bien sûr, mais quand même plus extrême que ça je ne crois pas qu’il y ait), ne trouvent pas de bonheur ni de repos avant la toute fin de l’histoire,…
      La grosse déception se trouve ici, les scénaristes ont abandonné cette logique du “conte de fées” pour Isabel et Cristina dans la saison 3, l’amour ne triomphe plus. La princesse meurt et ne se réveillera pas. C’est trop radical et, même si la forme du scénario au niveau du suspense reste comparable à ce que l’on avait dans la saison précédente, le traitement de l’histoire Isabel/Cristina ne reste pas dans la même lignée du tout. C’est comme s’ils avaient arrêté d’y croire. Il peut y avoir de nombreuses raisons pour comprendre cela, mais nous ne saurons jamais vraiment pourquoi et il faut faire avec.

      J’essaie de développer cet aspect plus en amont dans mes chroniques, alors Isa et les autres, n’hésitez pas à venir les lire et à en discuter avec moi.
      Partagerez-vous mon analyse sur l’assassinat d’un embryon de conte de fées dans Tierra de Lobos ?
      Je prends tous les points de vue qui me permettront de prendre un peu de recul et de comprendre le phénomène un peu mieux !

Répondre