Recovery

Un couple de femmes décide de garder l'enfant du viol dont l'une d'entre elles a été victime

Affiche : Recovery

Année de Production : 2011

Réalisation : Cetre Pegues

Scénario : Cetre Pegues, Jason Rice

Avec : Danielle Nieznay (Paris), Thida Penn (Gabby), Andrew Lauscher (Violeur)

Nationalité : Américaine

Genre : Court-Métrage, Drame

Durée : 14 : 07 minutes

Titre Original : Recovery

Recovery : Résumé

Gabby et Paris sont en couple depuis plusieurs années. Elles doivent aujourd’hui affronter l’avenir alors que Gabby est enceinte de l’homme qui l’a violée et que Paris, traumatisée, ne sort plus de leur domicile.

Gabby et Paris sont en couple depuis plusieurs années. Elles doivent aujourd'hui affronter l'avenir alors que Gabby est enceinte de l'homme qui l'a violée et que Paris, traumatisée, ne sort plus de leur domicile.

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Moyen. Bof.

Note des lectrices : 3.05 ( 2 votes)
55

L’histoire n’est pas facile et j’étais curieuse de savoir ce que l’auteur et réalisateur avait imaginé. Je dois avouer que j’ai un sentiment mitigé que j’ai du mal à expliquer. J’ai déjà vu de nombreux films, téléfilms et courts-métrages réalisés par des hommes. Normalement cette donnée n’entre pas en ligne de compte dans mes critiques mais je me demande si le problème ne se situe pas justement au niveau de la visibilité et de la représentation lesbienne.

Parce que Gabby nous explique que Paris ne peut la toucher et lui faire l’amour que quand elle est ivre. Sauf que la scène du début, la scène d’introduction est plus sensuelle à l’esthétique limite pornographique que désespérée. On ne comprend pas que Paris est censée être ivre. Cela ne se voit pas et en plus on se demande quel est le rapport entre ce type de scène sensuelle et le viol. Pareil, on n’a pas l’impression que les personnages affrontent un moment difficile et charnière. Je ne sais pas, j’ai eu le sentiment que le visuel ne correspondait pas à l’histoire. Même sentiment quand Paris est montrée se réveillant sur le canapé. Visuellement les captures sont réussies, je n’ai rien à dire. Un peu trop pour donner une impression de gueule de bois ou de désespoir.

Pourtant les choses s’arrangent ensuite. Lumière sombre, petite pièce, on comprend l’enfermement de Paris. Le retour dans la chambre bercée de lumière prend donc toute son importance. J’ai cependant trouvé qu’à réduire l’histoire à cette discussion dans le salon, certes une discussion à cœur ouvert, lui faisait perdre du pouvoir. L’important se trouvait là. Pourquoi tout cet avant ?

Au final le court-métrage manque le coche et à trop tourner autour du pot ne parle pas vraiment de la difficulté de se projeter quand un couple de femmes décide de garder et d’élever un enfant qui est le fruit d’un viol abominable. Maintenant à vous de juger, le court-métrage est disponible gratuitement sur Internet.

Recovery : Extraits

GABBY : J’ai une idée. Mais promets d’abord de le faire.
PARIS : D’accord.
GABBY : Non, promets.
PARIS : Je promets.
GABBY : Dis-le à nouveau.
PARIS : Je promets !
GABBY : Dis-le à nouveau…

GABBY : Eh bébé, allons dans la chambre.
PARIS : Ne gâche pas ça.
PARIS : Tu es tellement bonne avec moi.

GABBY : Donc mon rendez-vous avec le médecin est vendredi. Tu vas juste rester là et m’ignorer.
PARIS : Je ne suis pas encore prête, Gabby.
GABBY : Ok. Je vais aller au travail. Donc on en parlera quand je rentrerai.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre