Rêve à Nu de Lyn Denison

Rêve à Nu de Lyn Denison

Titre Français : Rêve à Nu

Titre Original : Dream Lover

Auteur : Lyn Denison

Date de Sortie : Mars 2007

Nationalité : Australienne

Genre : Roman d'Amour

Nombre de Pages : 189 pages

Editeur : Dans l’Engrenage

ISBN : 2-915342-13-X

Rêve à Nu : Quatrième de Couverture

Si Jo ne parvient pas à se rappeler le début du rêve qui hante ses nuits, elle n’en connaît que trop bien la fin, toujours identique : elle tend désespérément la main vers quelque chose qu’elle ne peut atteindre.

Métaphore claire et cruelle d’une vie décevante, car après l’échec de dix ans de mariage, Jo s’est persuadée que l’amour et le bonheur ne sont pas pour elle. Cherchant à fuir l’apathie qui semble la gagner chaque jour un peu plus, Elle décide de partir pour un long congé sabbatique, dans l’espoir qu’un changement de décor l’aidera à remettre sa vie sur les rails.

Elle est loin d’imaginer la rencontre qui va la mener à goûter, pour la première fois, à la passion amoureuse sur les lèvres d’une séduisante inconnue qui aura à cœur de réaliser son rêve le plus secret.

Rêve à Nu : Avis Personnel

Jo est en instance de divorce. Depuis sa rupture difficile avec son mari, quelques mois plus tôt, elle a trouvé refuge dans un petit studio loué par des amis de sa mère. Elle vit dans la petite ville de Montville, dans les Glasshouse Mountains, profitant de son temps libre pour renouer avec elle-même et retrouver sa passion pour la peinture.

Alors qu’elle cherche à se reconstruire en retrouvant son indépendance, sa force et sa confiance en elle-même que son ex-mari lui a volées, Jo est poursuivie par des cauchemars qui ne la lâchent pas. Un jour, pendant qu’elle peint sagement installée devant un magnifique paysage, elle est dérangée par la propriétaire des lieux qui lui fait peur mais la fascine également par sa beauté. Les deux femmes vont devenir amies avant de…

Rêve à Nu est un tout petit livre qui se définit très simplement comme une histoire d’amour lesbienne. Lesbian Review of Books a déclaré « Élégant et bien écrit, Rêve à nu est l’archétype du succès du roman sentimental lesbien. » Je reconnais bien volontiers que je ne partage pas vraiment cet avis sauf pour l’écriture qui est assez soignée sans être particulièrement marquante.

Ce roman est comme un bouquin de la collection Harlequin. Vous en avez des géniaux, bien écrits, passionnants, romantiques et sexy, improbables juste ce qu’il faut mais tout de même réalistes, bref d’excellents et puis vous avez tout le reste, d’une banalité et d’un discours sans réel intérêt. Rêve à Nu fait malheureusement partie de la seconde catégorie. Je veux bien que des femmes ne comprennent que tardivement qu’elles sont lesbiennes et qu’elles n’aient jamais été attirées par d’autres personnes du sexe féminin avant mais le coup du rêve récurrent depuis l’adolescence qui devient soudain une révélation, c’est quand même limite. Pareil pour la manière dont vit Jo et celle dont vit Alex, il nous manque ce côté réaliste sur lequel le lecteur pourrait s’accrocher. Il nous manque ce petit intérêt en plus pour les personnages qui hisserait le livre parmi les meilleurs.

Je n’ai pas passé un mauvais moment. Ce roman se lit tranquillement et permet de passer le temps, sur la plage en été. Dire que je me souviendrai de ce livre dans 10 ans serait par contre un mensonge tout comme je pense qu’il ne vaut pas plus cher qu’un bouquin d’occasion acheté à une brocante.

À vous de juger.

Rêve à Nu : Extraits

« Elles continuèrent à discuter de sujets plus légers et Alex suggéra qu’elles passent au salon ? Jo s’écroula dans le canapé. Au lieu de prendre le fauteuil, Alex vint s’asseoir près d’elle, de trois-quarts, pour l’avoir en face. Elle remplit le verre de Jo.
« Je ne suis pas certaine que ce soit une très bonne idée. » Jo n’en accepta pas moins, sa réticence étant de pure forme. « D’habitude je bois très peu.
– Même dans les moments de fête ? s’étonna Alex.
– Oui. Je me sens ridicule de t’avouer une chose pareille, mais le vin à une fâcheuse tendance à me couper les jambes.
– Mieux vaut ça plutôt que ça te monte à la tête.
– C’est l’étape qui suit les jambes en coton, généralement. En fait là, je me sens déjà pas mal partie.
– Sans blague ? Tu es au bord de me révéler d’horribles secrets ?
– Je me demande bien lesquels, s’amusa Jo. N’oublie pas que je suis ennuyeuse à mourir… Et toi, tes secrets, quels sont-ils ? »
Alex contempla ses doigts qui jouaient avec le pied de son verre.
« Oh, j’en ai des tas, mais il me faudrait boire davantage pour passer aux aveux. »
Jo fit mine de prendre la bouteille.
« Tiens, bois.
– Essaierais-tu de me saouler, Jo Creighton ?
– Ça se pourrait bien.
– Dans ce cas, je te préviens amicalement que ce sera à toi d’en assumer les conséquences.
– Les conséquences ? répéta Jo en penchant la tête. Bonnes ou mauvaises ? »
Les yeux d’Alex plongèrent dans les siens. Jo vit son reflet dans les flaques ténébreuses qui la regardaient ; des images jumelles luisant à la lumière diffuse de la lampe. Et elle souhaita plus que tout au monde être engloutie dans leurs profondeurs mystérieuses. Brusquement, une frayeur la saisit.
« Bonnes ou mauvaises ? Eh bien, ça dépend… »
La voix d’Alex était éraillée.
Jo, elle, n’en avait presque plus quand elle murmura :
« De quoi ? »
Alex laissa la question de Jo sans réponse. Elle posa lentement son verre et lui prit le sien. Sans la quitter des yeux elle tendit la main, promena le bout de son index, léger, sur la courbe de sa joue. » (Pages 118-119)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre