Interview des créatrices Renée Olbert et Rosemary Rowe

Interview liée à la websérie Seeking Simone

Interview des créatrices Renée Olbert et Rosemary Rowe

Interview accordée le 31 Août 2009 à Magali Lehane et Gaëlle Carrion, traduite par Magali Lehane pour le site Univers-L.com

Pouvez-vous nous parler de votre formation (études, formation, précédents projets…) ?

RENEE OLBERT : Eh bien après plusieurs années passées à travailler dans le domaine de l’espionnage international et à être une parfaite femme de mystère internationale, j’ai décidé que j’étais prête pour un changement… Je suis donc retournée à mon premier amour, qui est le monde du spectacle ! Je suis aussi allée dans une école de théâtre, là où j’ai rencontré la charmante et talentueuse Rosemary Rowe ! J’ai travaillé comme actrice au théâtre, à la télévision et dans des publicités. J’ai aussi eu des petits jobs de productrice et d’assistante directrice.

ROSEMARY ROWE : J’ai été auteure dramatique pendant très longtemps et je suis allée dans une école de théâtre pour étudier la réalisation également, il y a de cela bien longtemps. Simone est ma première réelle incursion dans le monde des « images en mouvement » cependant – j’ai principalement fait du théâtre. Je crois que mon dernier gros projet avant Seeking Simone était un spectacle de théâtre intitulé Anne Made Me Gay: When Kindred Spirits Get Naked, que nous avions monté pour célébrer le 100ème anniversaire de mon livre préféré, Anne of Green Gables [Anne… La maison aux pignons verts en français ; adapté en téléfilm connu sous le titre de Le Bonheur au bout du chemin en France]. Ça a été un succès énorme ! Il s’avère qu’Anne ait rendu gay pas mal d’entre nous. Je n’ai pas du tout été surprise.

Avez-vous déjà travaillé ensemble avant Seeking Simone ?

ROSEMARY : Oui ! En fait nous nous sommes rencontrées il y a des années à l’école de théâtre et nous avons travaillé sur quelques projets de théâtre ensemble – principalement des pièces que j’écrivais et surtout des projets dans lesquels je faisais embrasser à Renee d’autres filles. Donc vous voyez… c’est un thème récurrent. Un thème d’action entre filles.

RENEE : Un thème que j’aime tellement que je suis toujours revenue pour en avoir plus ! Encore et toujours ! C’est la première fois, cependant, que nous avons travaillé sur un projet de cette importance ensemble. Rose et moi parlions de créer quelque chose ensemble depuis des années. C’est vraiment excitant d’avoir finalement réussi à faire de nos rêves une réalité et que ça ait aussi bien été reçu par notre public.

Pouvez-vous nous parler de vos rôles respectifs : qui fait quoi ? Est-ce qu’il a été facile de vous partager les différentes tâches ?

ROSEMARY : Eh bien Renee est une actrice et je suis une auteure – donc ces rôles initiaux ont été plutôt aisés à répartir. Le partage du reste du travail s’est fait plutôt facilement aussi, vraiment, puisque nous partageons fondamentalement un esprit d’équipe.

Parfois l’une de nous avait des compétences ou des contacts dans un certain domaine – d’autres fois c’était la géographie qui faisait que l’une de nous se retrouve en charge de quelque chose (nous vivons à des côtés opposés du pays !). Comme nous avons filmé à Toronto, là où vit Renee, elle s’est chargée du travail de terrain pour trouver les lieux et le matériel ; comme ma femme Kate et moi sommes des accros de l’Internet, nous avons créé le site web, le blog et d’autres choses en ligne ; Renee et moi nous sommes partagé le travail de distribution des rôles, de recherche de l’équipe, de la programmation de chacun, ainsi que la promotion de la série et toutes les autres choses amusantes que les producteurs doivent faire.

RENEE : Oui ! Rosemary et moi avons beaucoup de chance car nous travaillons très bien ensemble et nos savoir-faire se complètent réellement les uns les autres. Quand vous vous embarquez dans un projet comme celui-ci, il est essentiel que ça colle avec l’autre personne impliquée. Parfois Rose et moi étions nous-mêmes effrayées par combien on peut être semblables… puis nous arrêtions, tope-là et c’est parti !

Comment vous est venue l’idée de Seeking Simone ? Qui est à l’origine du projet ?

ROSEMARY : Nous le sommes toutes les deux ! Nous parlions de développer un projet ensemble depuis bien longtemps et une websérie est apparue comme une manière géniale d’agir selon nos propres idées et de vraiment se jeter à l’eau tout en faisant notre propre série. Bien sûr, nous avons fini par ne pas avoir que nos pieds de mouillés ! Ce qui peut sonner… vraiment de manière salace.

RENEE : ça SONNE vraiment de manière salace… Mais c’est tellement vrai.

Comment avez-vous choisi les actrices de Seeking Simone ? Avez-vous tenu des auditions ?

ROSEMARY : En fait non, nous avons juste la chance de connaître de nombreuses actrices vraiment talentueuses, qui étaient prêtes à nous donner un coup de main. La plupart d’entre elles avaient déjà travaillé avec au moins l’une de nous auparavant. J’ai déjà fait embrasser à la plupart d’entre elles d’autres filles, donc elles savaient de quoi il retournait. Et elles ont tout de même dit oui. Ce sont des amours.

Pourquoi avez-vous choisi le sujet des rencontres en ligne ? De mauvaises expériences ?

ROSEMARY : Nous avons choisi les rencontres en ligne car en fait ça regroupe tout – la recherche de l’amour, le frisson de la victoire, l’agonie de Hammertoes… En plus ça permet de rencontrer toujours de nouveaux personnages, donc le potentiel sensuel ou comique, ou les deux, est infini. Personnellement, les rencontres en ligne se sont toujours bien passées pour moi, donc j’essaye toujours de pousser mes amis à tenter le coup. Et certains d’entre eux l’ont fait. Et ILS ont eu de mauvaises expériences. Ensuite nous avons volé leurs histoires pour la série.

RENEE : Je n’ai jamais essayé les rencontres en ligne ! Mais je me dis que je devrais faire un essai. Même si je pense que je ressemblerais beaucoup à Simone et que j’aurais besoin de beaucoup d’encouragements de la part d’un ami proche que j’apprécie, afin de me pousser à être assez courageuse pour le faire. Je suis juste une fille timide dans le fond les filles !

Pourquoi avoir mis en ligne la série sur Internet ?

ROSEMARY : Parce que toutes les personnes cool sont sur Internet.

Il y a beaucoup de nouvelles Lezb-series (webséries lesbiennes) sur Internet. Qu’est-ce qui, selon vous, est à l’origine de cette tendance ?

RENEE : Je pense que c’est vraiment lié à la visibilité. La communauté LGBT s’est toujours battue pour faire entendre sa voix et trouver une place dans les principaux médias dominants. En tant que communauté, nous voulons avoir des histoires qui parlent de nous, qui nous représentent et le plus important qui nous divertissent. C’est pourquoi l’ère de l’Internet est tellement excitante. Nous entrons dans un monde meilleur, où l’Internet donne la possibilité aux gens de reconsidérer les lieux où ils trouvent leurs divertissements. Il est maintenant possible pour des gens équipés de seulement un caméscope et d’une idée, de créer des choses artistiques vraiment passionnantes. Je crois que le peu d’idées établies de la vieille école et le peu de limites en vigueur sur le net en font un endroit idéal pour ces communautés marginalisées pour faire de l’art et élargir leur public. Les personnes qui dirigent n’ont eu de cesse de dire à notre communauté qu’il n’y avait pas de place possible pour eux dans les médias principaux. Donc nous nous sommes, dans des proportions de plus en plus grandes, tournés vers le web, où nous avons trouvé un foyer et PLUS important, où nous avons trouvé un public.

Retour à la fiche de présentation Seeking Simone

A propos de Gaëlle Carrion

Gaëlle Carrion
Chargée de communication digitale dans la vraie vie je partage mes coups de cœur sur le site d'Univers-L !

Répondre