Interview des créatrices Renée Olbert et Rosemary Rowe

Interview liée à la websérie Seeking Simone

Interview des créatrices Renée Olbert et Rosemary Rowe

Interview accordée à Jen Kilchenmann le 17 Novembre 2011 pour le site Sosogay.org

Le monde des web-séries s’élargit de jour en jour. Une des séries les plus à la mode vient du Canada : Seeking Simone. Jen Kilchenmann a réussi à rencontrer les créatrices de la série, Renée Olbert et Rosemary Rowe, pour So So Gay.

Parlez nous un peu de votre web-série Seeking Simone. Comment est né le projet ?

RENEE OLBERT : Le slogan de notre série est Les Rencontres en Ligne n’Ont Jamais É Si Gays. Comme ce slogan le suggère, notre série est une comédie sur les rencontres en ligne. Je joue Simone, qui a soudainement été transférée de sa Vancouver natale à Toronto où elle ne connait personne. En dépit de ses appréhensions, sa meilleure amie Audrey la convainc d’essayer les rencontres en lignes. Et des situations comiques s’ensuivent !

Le projet est né car Rosemary et moi voulions travailler ensemble depuis quelques temps et nous étions arrivées à un point où nous en avions marre d’attendre qu’on nous donne la permission de créer de l’art.

Il y a définitivement un intérêt grandissant quant-au contenu d’Internet. Quelle était votre raison majeure pour produire pour le web ? Avez-vous été inspirées par quelqu’un pour créer ce type de série ?

RENEE OLBERT : La raison principale pour laquelle nous avons choisi Internet est parce que nous voulions créer quelque chose qui serait clairement nôtre. Sur lequel nous aurions un contrôle créatif et qui représenterait des histoires que nous voulions voir. Internet semblait l’endroit parfait pour ça. Internet en ce moment est un peu comme le Far West d’antan, ce qui en fait l’endroit idéal pour que les artistes aient le contrôle de leur produit et le créent. Tout ce dont vous avez besoin c’est une caméra, un rêve, des gens ! Et des encas. Beaucoup et beaucoup d’encas.

Nous étions (et sommes toujours) énormément influencées par Felicia Day et sa génialitude en tous points. Elle est vraiment la reine dans le genre et nous avons beaucoup appris en regardant ses séries grandir et s’épanouir. Ceci dit, nous nous inspirons de tous nos confères créateurs de web-séries qui sont courageusement allés sur Internet et ont fait naître des histoires fascinantes et excitantes.

D’une façon générale, alors que les personnages lesbiens sont en augmentation à la télévision ou dans les films grand public, vous sentez-vous personnellement représentée ? Selon vous, quels personnages montrent en ce moment l’image la plus positive ?

RENEE OLBERT : Bien que j’applaudisse la TV et les films grand public pour les sérieux efforts qu’ils sont en train de faire pour représenter notre communauté de façon plus complète et détaillée, je crois que nous sommes bien loin de là où on devrait en être. J’attends impatiemment le jour où nos vies, nos amours, et nos histoires seront dépeintes aussi fréquemment que les histoires hétéros le sont.

Pour être tout à fait honnête, je pense que la représentation LGBT la plus réelle et terre-à-terre à la TV en ce moment est la relation entre Cam et Mitchell de Modern Family. Pas seulement parce qu’ils me donnent des fous rires, mais parce que je les crois. Je crois en leur authenticité en tant qu’êtres humains, en tant que partenaires et en tant que membres de la communauté LGBT.

Avez-vous des conseils pour les aspirants réalisateurs de web-séries ?

ROSE ROWE : Woah, n’en avons-nous jamais eu ? Voici mes meilleurs tuyaux pour les web-séries :

Trouver des gens qui sont autant excités que vous par le projet. Renée et moi sommes les premières à admettre que nous ne sommes pas des réalisatrices – donc bien que nos compétences couvrent l’écriture, le jeu et la production, c’est tout ce que nous couvrions. Nous avons été très chanceuses de trouver des gens qui savaient ce qu’ils faisaient – s’il n’y avait pas eu notre directrice de la saison 2 (Naomi Jaye), notre directrice de la saison 1 (Lisa Hayes), notre multi-talentueux directeur de la photographie (Danny Winchester) et nos éditeurs (Sara Gilchrist et Ian Harvey), nous n’aurions pas pu, par quelque moyen que ce soit faire ceci.

Garder vos acteurs et votre équipe bien nourris, surtout si vous ne les payez pas. Sérieusement. Petites boulettes de viande + bière = loyauté.

Si vous avez besoin de quelque chose, demandez-le ! Que vous ayez besoin d’un équipement, ou d’un lieu où filmer, ou d’un acteur que vous pensez être « trop bien pour vous », vous devez juste leur demander. La pire chose qui puisse arriver est qu’ils disent « non » – et souvent, ils ne le disent pas ! Les gens ont généralement plutôt envie de faire partie de projets marrants.

Le soutien et l’apprentissage par les créateurs d’autres web-séries. La communauté des web-séries est plutôt grande et également, généralement, plutôt géniale ! Vous verrez probablement quelques autres web-séries comme des rivales, mais Internet est un grand espace et il y a de la place pour tout le monde. Ça a été vraiment marrant d’être en lien avec d’autres créateurs de web-séries et de se passer des astuces sur tout, de la promotion aux trucs techniques.

Quand pouvons-nous espérer voir le prochain épisode ? Où est-ce que les spectateurs peuvent-ils contribuer ?

ROSE ROWE : L’épisode final de la saison 2 est entre les mains expertes de notre éditrice Sara Gilchrist – nous espérons pouvoir finir la saison (avec un gros cliffhanger !) d’ici la fin des vacances. Quant-aux contributions à nos efforts – honnêtement, la plus grosse contribution que nos spectateurs puissent nous donner est d’apprécier le spectacle et de nous aider à passer le mot. Postez-le sur Facebook et Twitter ! Faites des blogs dessus ! Parlez-en à votre mère ! Ceci dit, nous acceptons aussi le liquide ! Vous pouvez nous envoyer vos dollars (ou livres) durement gagnés via le bouton de donation sur notre site Internet : www.seekingsimone.com. Toute contribution va directement dans les coûts de production – à ce stade là, ça signifie garder notre éditrice hydratée et nourrie pendant qu’elle trime dans la suite d’édition.

Sur quels autres types de projets vous deux travaillez-vous, quand vous n’êtes pas en train d’exciter les lesbiennes sur Internet ?

ROSE ROWE : Seeking Simone est ma première intrusion dans l’univers magique de la cinématographie – je suis principalement une dramaturge et je suis en train de travailler sur différents projets en ce moment. Ma courte pièce faussement académique sur le fait qu’Anne of Green Gables m’aie rendue gay, intitulée Anne and Diana Were TOTALLY DOING IT, vient juste d’être publiée dans un recueil nommé Queering the Way, et je suis en train d’ajouter les dernières touches à ma pièce sur les infirmières de la ruée vers l’or de 1898 : Camp Victoria ; qui va, avec un peu de chance, être produite l’année prochaine. Corsets pour tout le monde ! Je suis de la vieille école.

RENEE OLBERT : Woah, Rose, tu vas tout déchirer là-bas ! Vous devriez tous acheter le recueil – la pièce est géniale… Je suis bien placée pour le savoir, j’y étais ! Quant-à moi, j’ai récemment eu l’immense plaisir de faire équipe avec une autre merveilleuse web-créatrice : Tina Cesa Ward, afin d’avoir un rôle dans son dernier projet Good People in Love. C’était un tel plaisir de travailler avec Tina, et je suis très excitée que tout le monde puisse découvrir ce dernier projet. En fait, les deux premiers épisodes sont maintenant disponibles. Regardez-les !

Interview Originale sur Sosogay.org

Retour à la fiche de présentation Seeking Simone

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre