interview de Jane Lynch, l’interprète de Joyce Wischnia

Interview liée à la série The L-Word

Jane Lynch

Interview accordée à Kathy Belge le 27 Février 2008 pour le site About.com Guide

Jane Lynch doit être l’une des travailleuses les plus occupées d’Hollywood. Elle est apparue dans plus de cent films et émissions télévisées, y compris The L-Word, The 40 Year Old Virgin, CSI, The Gilmore Girls, Friends and Best in Show. Et cerise sur le gâteau, cette actrice lesbienne « out » n’a jamais senti le besoin d’être dans le placard.
J’ai eu l’opportunité de parler avec Jane Lynch à propos de ses quelques projets en cours y compris son apparition au Dinah Shore. Elle a également donné quelques bons conseils pour ceux qui ne savent pas s’ils doivent ou non sortir du placard.

Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

J’ai fini un film mercredi dernier. Son titre provisoire est Ticket to Ride. Il y a Michael Keaton, Carol Burnett et Alexis Bledel des Gilmore Girls.

Woah, Carol Burnett.

Je sais. Elle joue ma belle-mère. Ça a été le gros temps fort de ma vie. Michael Keaton est merveilleux aussi. Mais mazette qu’est-ce que nous avons aimé Carol Burnett !

Que pouvez-vous me dire du film ?

Je suis la mère. Alexis essaie désespérément de commencer sa propre vie et les circonstances la font échouer. Ça parle du fait que le voisin est l’amour qu’elle a toujours attendu et que l’on n’est jamais aussi bien que chez soi.

Donc, une comédie romantique ?

Oui. C’est une comédie romantique délirante.

Depuis combien de temps travaillez-vous à Hollywood ?

Je suis là depuis quatorze ans. J’ai suivi mon cours.

Vous avez été partout : films, publicités. Êtes-vous la travailleuse la plus active d’Hollywood ?

Je ne sais pas. J’ai été très chanceuse, je travaille beaucoup.

Préférez-vous la comédie ou le drame ?

Je préfère travailler. Juste travailler. J’adore être occupée.

Avez-vous un rôle que vous préférez ?

Laurie Bohner dans A Mighty Wind. J’ai vraiment aimé interpréter ce personnage. J’adore chanter dans un groupe. Et nous avons fait une tournée. La meilleure partie fut de jouer la bombe sans complexes, à l’aise avec sa féminité.

On dirait que beaucoup de personnages que vous interprétez fanfaronnent, comme dans 40 Year Old Virgin et The L-Word. Êtes-vous comme cela ?

Non. C’est moi dans un TRÈS bon jour.

Il y a quelques années, vous avez gagné un prix de POWER UP pour être l’une des Dix Merveilleuses Femmes Homosexuelles d’Hollywood. Ce fut la première fois que j’ai réalisé que vous étiez « out ». Je voulais vous demander à ce propos, est-ce que faire votre coming out fut une décision que vous avez prise à un moment donné ?

Non, c’était très naturel. Je n’ai pas cessé d’aller aux événements gays lorsque ma popularité a un peu augmentée, j’ai juste continué à vivre ma vie. J’ai eu la chance d’avoir, au travail, des gens courageux comme Ellen, Melissa et Rosie. Elles ont fait le sale boulot et j’ai joyeusement suivi le chemin tracé, en sifflotant. C’était plus facile pour moi.

De ce que vous pouvez en dire, est-ce qu’être « out » a affecté votre carrière ?

Non. Si cela l’a été, c’était dans mon dos. Mais vous savez quoi, je ne joue pas les ingénues. Je pense que si j’étais un genre de Julia Roberts, attendez, non ce n’est pas vrai, je connais quelques femmes à la télévision qui sont gays et cela ne semble pas les affecter. Mais je pense que si vous êtes vraiment une grande star, alors cela peut vous affecter. Mais il me semble que c’est en train de s’améliorer.

Avez-vous des conseils pour les jeunes lesbiennes qui cherchent à poursuivre une carrière à Hollywood ?

Je dirais, ne soyez pas une jeune lesbienne à la recherche d’une carrière à Hollywood. Ces identifications dans lesquelles nous nous enfermons : je suis grande, je suis lesbienne, je suis africaine, américaine ; oui, ces choses là ont une incidence sur la façon dont les gens nous perçoivent. Mais depuis mon enfance je ne me suis jamais enfermée dans aucune de ces désignations. Donc je pense que c’est pour cela que j’ai toujours plus assumé ce qui était possible pour moi. Donc je dirais, si vous voulez être acteur, sortez et jouez. Le truc c’est que le monde a changé. Comme j’ai dit, il y a eu des gens vraiment courageux, puissants avant nous qui ont établi ces fondations, qui se sont sacrifiés et ont eu des temps difficiles. Mais du travail a été accompli, donc lancez-vous et profitez de cela. Tout est question de la façon dont vous vous sentez. Faites ce avec quoi vous êtes à l’aise. Certaines personnes sont plus à l’aise en étant dans le placard. Vous devez les laisser l’être. Cela ne fait pas d’eux de mauvaises personnes, ni des hypocrites. Ils doivent se demander : où suis-je à l’aise ? C’est un processus.

Parlons du Dinah Shore. Y êtes-vous déjà allée auparavant ?

J’y suis allée l’année dernière. C’était ma première fois. J’y suis seulement allée pour deux-trois jours. C’est fou et marrant. Je regrette juste de ne pas y être allée en étant plus jeune.

Quel rôle aurez-vous là-bas ?

J’y vais juste pour 24 heures. Je vais faire un défilé de mode. Je vais me pavaner sur le podium.

On passe à The L-Word. J’adore votre personnage Joyce dans The L-Word.

Moi aussi. J’adore la jouer.

Comment est-ce de jouer en face de Cybill Sheperd ?

En un mot, c’est le paradis. Je pense qu’elle fait de moi une meilleure actrice. C’est généralement une scène par épisode donc on joue et on stoppe assez rapidement, mais c’est tellement appréciable. Ça vaut largement le voyage jusqu’à Vancouver. C’est le meilleur.

Êtes-vous là haut pour une semaine ?

24 heures.

Retour à la fiche de présentation The L-Word

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre