Bobby : Seul Contre Tous

L’histoire vraie bouleversante d’un adolescent gay élevé dans la religion et perdu en découvrant son homosexualité

Année de Production : 2009

Date de Sortie : 24 Janvier 2009

Réalisation : Russell Mulcahy

Scénario : Katie Ford d’après le livre de Leroy Aarons

Avec : Sigourney Weaver (Mary Griffith), Henry Czerny (Robert Griffith), Ryan Kelley (Bobby Griffith), Dan Butler (Reverend Whitsell), Austin Nichols (Ed Griffith), Carly Schroeder (Joy Griffith), Shannon Eagen (Nancy Griffith), Scott Bailey (David), Rebecca Louise Miller (Jeanette), Ele Bardha (Doug)

Nationalité : Américaine

Genre : Drame

Durée : 1h 25min.

Titre Original : Prayers For Bobby

Bobby : Seul Contre Tous : Résumé

Bobby Griffith est un jeune homme de vingt ans vivant dans une famille catholique. Sa mère, Mary, est une fervente pratiquante qui élève ses quatre enfants dans l’amour du Christ et dont la foi est inébranlable.

Lorsque Bobby confie un jour à son grand frère, Ed, que contrairement à lui, il aime les garçons et non pas les filles, sa vie et celle de sa famille vont être bouleversées. Persuadée que la prière et la foi ramèneront son fils dans le droit chemin, Mary met tout en œuvre pour le guérir. Elle prend rendez-vous chez un psychiatre et lui demande de se rendre plus souvent à l’église.

Mais plus Bobby tente de nier ce qu’il est, plus il souffre. Un jour, désespéré, il se suicide en se jetant du haut d’un pont…

Bobby Griffith est un jeune homme de vingt ans vivant dans une famille catholique. Sa mère, Mary, est une fervente pratiquante qui élève ses quatre enfants dans l’amour du Christ et dont la foi est inébranlable. Lorsque Bobby confie un jour à son grand frère, Ed, que contrairement à lui, il aime les garçons et non pas les filles, sa vie et celle de sa famille vont être bouleversées. Persuadée que la prière et la foi ramèneront son fils dans le droit chemin, Mary met tout en œuvre pour le guérir. Elle prend rendez-vous chez un psychiatre et lui demande…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Tout simplement bouleversant.

Note des lectrices : 4.17 ( 9 votes)
43

Ce téléfilm est bouleversant et inoubliable. Une fois achevé, on ne peut s’empêcher de voir différent le monde qui nous entoure et la sensation dure plus ou moins longtemps tant la force de cette histoire nous percute de plein fouet. J’ai volontairement repoussé l’échéance de ce visionnage tant les critiques avaient été dithyrambiques et tant je savais que je ne pourrai m’empêcher de pleurer, j’en étais certaine. J’ai pleuré, bien évidemment, beaucoup.

Mais ce n’est pas tant pour sa force à nous tirer une larme que cette œuvre est exceptionnelle, c’est dans la manière dont elle montre combien un enfant a besoin d’être aimé, soutenu, et épaulé afin de prendre confiance en lui. Bobby ne pouvait pas affronter le monde qui l’entourait et la vie qui était la sienne parce que toute sa vie il avait entendu dire que les gays n’étaient que des pêcheurs et que leur place était en enfer.

Son geste de désespoir, son suicide, nous rappelle qu’encore aujourd’hui certains jeunes ne trouvent aucune autre alternative que celle de mourir pour ne plus avoir à souffrir en affrontant le monde tel qu’il est. On ne peut que se souvenir de la campagne américaine « It Gets Better » pour prévenir le suicide des jeunes LGBT qui reste à des niveaux très élevés, aux États-Unis comme en France.

Comme l’explique le dossier presse, « ce film est l’adaptation du livre éponyme Prayers For Bobby écrit par Leroy F. Aarons, qui raconte la véritable histoire de Mary Griffith. En 1989, Leroy Aarons lit un article de journal sur le suicide d’un jeune homme. Il est tout de suite frappé par l’histoire de la mère du garçon, qui a toujours voulu prier pour « guérir » l’homosexualité de son fils. Mais à 20 ans, Bobby s’est jeté d’un pont d’autoroute à Portland dans l’Oregon. Mary a été complètement transformée par la perte de son fils et a commencé à renoncé à la doctrine religieuse qui l’avait laissée s’opposer à l’identité de Bobby. »

Le cheminement de Mary Griffith est incroyable et fort. Alors qu’elle n’avait jamais écouté son fils quand ce dernier essayait de lui dire ce qu’il ressentait, ce qu’il vivait, ce qu’il était, persuadée d’avoir la bonne réponse et les solutions, elle a complètement remis en cause ces dernières lors de la mort de Bobby. C’est ce changement qui est bouleversant parce qu’on comprend que malgré ses erreurs, elle aimait profondément son enfant et qu’elle ne voulait que son bien. Son arrivée au PFLAG, son premier discours, sa participation à la gay pride, la manière dont elle sert dans ses bras ce jeune dans le public parce qu’il ressemble à Bobby… rien que d’y repenser j’en ai les larmes aux yeux. C’est incroyablement fort.

Tous les acteurs sont excellents. Sigourney Weaver en tête. La réalisation est efficace et directe. Et la musique est tout simplement parfaite, adaptée à chaque instant, soutien infaillible mais jamais excessive.

C’est une très belle œuvre, pas vraiment lesbienne, mais certainement homosexuelle. Je vous la recommande fortement.

Bobby : Seul Contre Tous : Critiques Presse et Récompenses

Nommé aux Emmy Awards en 2009 dans la Catégorie Meilleur Téléfilm.
Nommé aux Emmy Awards en 2009 dans la Catégorie Meilleure Actrice dans une minisérie ou un téléfilm pour Sigourney Weaver.
Nommé aux Satellite Awards en 2009 dans la Catégorie Meilleure Actrice dans une minisérie ou un téléfilm pour Sigourney Weaver.
Nommé à la Casting Society of America 2009 dans la Catégorie du Meilleur Casting pour un téléfilm.
Nommé aux Golden Globes en 2010 dans la Catégorie Meilleure Actrice dans une minisérie ou un téléfilm pour Sigourney Weaver.
Nommé aux Screen Actors Guild Awards en 2010 dans la Catégorie Meilleure Actrice dans une minisérie ou un téléfilm pour Sigourney Weaver.

« Un monument d’émotion » (Variety)
« Sigourney Weaver, éblouissante et magistrale ! » (The Hollywood Reporter)

Bobby : Seul Contre Tous : Extraits

MARY GRIFFITH : L’homosexualité est un péché. Les homosexuels sont condamnés à passer l’éternité en Enfer. Si ces gens-là voulaient changer ils pourraient être guéris de leur perversion. S’ils se tenaient à l’écart de toute tentation, ils retrouveraient la normalité. Si seulement ils voulaient essayer et redoubler d’efforts si jamais cela ne suffit pas. Voilà toutes les choses que j’ai dites à mon fils Bobby quand j’ai découvert qu’il était gay. Quand il m’a dit qu’il était homosexuel, mon monde s’est écroulé. J’ai fait tout ce que j’ai pu pour le guérir de sa maladie. Il y a huit mois mon fils a mis fin à ses jours en se jetant du haut d’un pont. Je regrette profondément mon ignorance de ce que sont les gays et les lesbiennes, croyez-moi. Je réalise que tout ce qu’on m’a enseigné n’était que bigoterie déshumanisante et malveillance. Si j’étais allée chercher plus loin que ce que je tenais pour acquis, si simplement j’avais écouté mon fils quand il me parlait et se confiait à moi, je ne serais pas ici, aujourd’hui, devant vous remplie de regrets. Je suis persuadée que Dieu se satisfaisait de l’âme aimante et douce de Bobby. Aux yeux de Dieu, la gentillesse et l’amour sont tout ce qui compte. Je ne savais pas qu’à chaque fois que je vouais les homosexuels aux flammes de l’Enfer et que je parlais de Bobby comme d’un détraqué, d’un pervers et d’un danger pour nos enfants, je détruisais petit à petit son amour propre et son sens de la dignité jusqu’à ce que pour finir son esprit soit broyé irrémédiablement. Ce n’était pas la volonté de Dieu que Bobby enjambe ce jour-là le parapet d’un pont de l’autoroute et se jette sous les roues d’un poids lourd qui l’a tué sur le coup. La mort de Bobby est le résultat direct de l’ignorance de ses parents et de leur peur du mot « gay ». Il voulait devenir écrivain. Ses espoirs et ses rêves n’auraient pas dû lui être confisqués mais ils l’ont été. Il y a d’autres enfants comme Bobby assis dans vos congrégations. Ils écouteront vos mises à l’index auxquelles chacun répondra « Amen » et très vite cela fera taire leurs prières. Leurs prières à Dieu pour la tolérance, la compréhension et pour votre amour. Mais votre haine, votre peur et l’ignorance du mot « gay » auront fait taire ces prières. Alors par pitié, avant de dire « Amen », que ce soit chez vous ou dans votre lieu de culte, réfléchissez. Réfléchissez et souvenez-vous : il y a un enfant qui vous écoute.

MARY GRIFFITH : À tous les Bobby et Jane de la Terre, j’adresse ces mots comme si vous étiez mes propres enfants chéris. Promettez-moi de ne jamais désespérer de la vie ni de vous-même. Vous m’êtes très chers et je travaille très dur pour vous rendre la vie plus belle et plus sûre. Promettez-moi de ne jamais renoncer. Bobby a renoncé à l’amour. Ne faites pas comme lui. Vous êtes dans toutes mes pensées.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Un commentaire

  1. Ce film est certainement l’un des meilleurs téléfilm que j’ai vu de toute ma vie. Sponsorisé par kleenex mais les acteurs sont incroyablement touchant! A voir!!

Répondre