Buffy contre les Vampires : Interview d’Amber Benson, l’interprète de Tara Maclay

Interview liée à la série Buffy Contre Les Vampires

Buffy contre les Vampires : Interview d'Amber Benson

Interview accordée au Magazine Officiel Buffy contre les Vampires n°6

Est-ce qu’on vous dit souvent que vous n’êtes pas du tout comme Tara ?

C’est drôle, tous les gens de Buffy ont pensé que j’étais très calme et très timide jusqu’à ce qu’ils aient l’occasion de me connaître davantage. Tout le monde pense que je suis une grande réservée. C’est alors à moi de prouver le contraire ! Mais Tara est pour moi un rôle formidable, car il m’oblige à explorer cette partie de moi très timide, introvertie et inquiète, qui existe bel et bien. En définitive, nous sommes tous un peu inquiets.

Qu’est ce que les producteurs vous ont dit sur Tara lors de votre audition ?

Au début, il s’agissait plutôt d’un contrat pour un ou deux épisodes. Une simple fille appartenant au groupe de la Wicca. Je ne soupçonnais absolument pas que Tara et Willow allaient un jour se mettre ensemble. En fait, je ne savais même pas que Seth Green avait quitté la série, alors je me disais que ça allait être super de travailler avec lui ! Mais ils m’ont dit qu’il n’était plus là. Nous avons eu beaucoup de réactions à propos de Willow et de Tara après la diffusion de ” un silence de mort “. Tout le monde avait un peu plaisanté là-dessus : ” Tiens, tiens on dirait que … elle est lesbienne ? ” Après trois ou quatre épisodes, Joss m’a prise à part et m’a dit : ” Tu sais, je pense que je vais poursuivre dans cette voie “. Je ne l’avais pas vu venir, mais je ne regrette pas qu’il ait pris cette décision car elle nous a permis d’explorer une intrigue extraordinaire. Selon moi, la plus belle réussite de Joss, et de Marti Noxon et de tous les autres scénaristes et producteurs est que, au lieu de s’être juste dit : ” Hé, on va faire un épisode où elles s’embrassent ! “, ils ont créé une véritable relation. Et je suis très fière de pouvoir interpréter ce personnage.

Et quelles ont été les réactions ?

Je re çois des lettres complètement incroyables. D’abord, il y a les timides, car Tara est vraiment tranquille et réservée et c’est aussi le cas de beaucoup de personnes. Vous savez, il y a beaucoup de gens qui ne sortent pas de chez eux parce qu’ils ne se sentent pas à l’aise. Et on me dit dans ces lettres : ” Aujourd’hui, je suis sortie de chez moi parce que je vous ai vue et que je me suis dit que c’est normal d’être comme je suis, puisque vous n’êtes pas çà proprement parler une étudiante typique… “. Ces personnes acceptent d’être comme elles sont. Et puis, je reçois des lettres de jeunes lesbiennes qui me disent : ” J’ai tout avoué à ma famille grâce à vous. Je vous regarde à la télé. Je vois que vous avez ne relation merveilleuse et pleine de tendresse. Moi aussi, je peux trouver ce que je cherche _ je peux trouver quelqu’un d’autre “.

Comment avez-vous géré l’évolution de Tara depuis son apparition ?

Je pense que quand elle est tombée amoureuse de Willow, elle est parvenue à se sentir mieux dans sa peau et a gagné en confiance en elle. Lorsqu’elle est arrivée, elle était vraiment sur la défensive. Depuis, elle a pris de l’assurance, ses vêtements lui vont mieux et montrent un peu plus d’elle-même, pas de manière sexuelle mais d’une façon qui semble dire : ” Je me sens bien dans mon corps. ” Tara est vraiment passée par de grandes transitions _ c’est incontestablement le cas dans l’épisode musical. Et aussi dans ” les liens du sang “, l’épisode qui raconte son histoire, où tout le monde se levait et disait : ” Vous ne pouvez pas l’emmener, elle fait partie de notre groupe. ” Je pense que, pour elle, ce fut un moment charnière. Mais je n’aimerais pas être Tara. Elle mène vraiment une vie difficile. Enfin, ce n’est pas aussi dur pour elle que pour certains, qui souffrent vraiment. Elle, elle ne souffre pas, mais elle se limite elle-même car elle n’a pas assez confiance en elle. C’est à cause de son éducation. Là, nous ne parlons bien sûr que d’un personnage imaginaire, mais c’est aussi la réalité. Tara s’est améliorée. Elle n’avait personne quand elle a grandi. Personne ne lui a donné confiance en elle. C’est pourquoi je suis très heureuse d’avoir une famille pour me soutenir, ainsi que ma sœur, qui est une véritable artiste. Les parents nous épaulent sans réserve, dans tout ce que nous faisons. Je n’aurais jamais imaginé le contexte familial de Tara, mais il fonctionne parfaitement. Cela lui donne une dimension nouvelle, qu’elle n’avait pas avant cet épisode. Le fait que Joss l’ait réalisé, a été un vrai cadeau pour moi.

Au cours de la cinquième saison, Tara a été pratiquement décérébrée par Gloria. Quels souvenirs gardez-vous de ces scènes ?

Ce n’était pas aussi dur que ce qu’on pourrait croire. C’était même très sympa, car je pense qu’aucun des personnages n’a vécu cela. J’ai dû faire la folle _ c’était très drôle ! Je l’aimais bien quand elle n’avait plus de cervelle. J’ai dû courir partout en pyjama, avec mes lunettes. Je suis sûre qu’il y a certaines prises coupées au montage qui sont hilarantes. Cette pauvre Jamie Lynn, qui est une de mes doublures, ils ne la laissaient jamais s’asseoir ! Ils étaient tous désolés pour moi _ ils me laissaient dormir, car j’étais très fatiguée. Il faut dire que les week-ends, je travaillais sur mon film, alors j’étais vraiment épuisée… Mais James Masters me poussait du coude : ” On tourne, allez, debout ! “

Pouvez-vous nous parler un peu de votre film ?

Il s’appelle Chance. C’est une comédie romantique. Je l’ai écrit, produit, réalisé et je joue dedans. Il y a aussi James Masters, Andy Hallett (qui joue Lorne dans Angel) et Tressa Di Figlia, la femme de Nicholas Brendon. Nous nous sommes tous bien amusés. Faire ce film a été pour moi l’expérience la plus merveilleuse de toute ma vie. Il était formidable d’extraire ce que j’avais en tête et de le traduire visuellement, pour que d’autres puissent le voir.

Aimez-vous travailler avec des acteurs qui sont également vos amis ?

J’adore travailler avec James Masters, et Andy Hallet est l’une des personnes les plus talentueuses et généreuses que j’ai jamais rencontrées. Lui et moi sommes allés à la cérémonie des Golden Globes, l’année dernière. Il y avait toutes ces célébrités très bien habillés, et nous n’arrêtions pas de nous extasier quand une star passait devant nous : ” Oh mon dieu, c’est Faye Dunaway ! ” Il y avait de nombreuses serveuses avec des plateaux qui distribuaient à boire, et l’une d’elles s’est fait bousculer ; ce qui a fait tomber son plateau et tous les verres se sont cassés. La personne qui avait bousculé la serveuse s’est montrée vraiment agressive avec elle _ alors que ce n’était pas sa faute. Je me suis baissée pour ramasser le verre, j’ai regardé autour de moi, et Andy était là. Parmi tous ces gens, nous étions les seuls, dans nos beaux habits, à ramasser les bouts de verre. Il a vraiment bon cœur !

Le tournage de l’épisode musical, ” once more with feeling “, a-t-il été très différent du tournage d’un normal de Buffy ?

En fait, les seules scènes que nous ayons vraiment répétées à l’avance furent les numéros de danse. Nous avons tourné en gros de la même manière que n’importe quel autre épisode, à la différence que Joss Whedon avait réalisé un story-board et savait à l’avance les plans qu’il voulait. Il disait : ” OK, pour cette séquence, je veux un gros plan sur elle pendant qu’elle chante ses répliques, et quand elle dit ça, on doit avoir un plan moyen “. Très souvent, nous ne tournions pas toute la scène mais seulement des morceaux, que Joss a rassemblés plus tard. Nous avons commencé à enregistrer les chansons environ deux ou trois épisodes avant le début du tournage. Puis, pendant l’épisode précédent ” All the Way “, nous en avons tourné certaines parties et, pendant un moment, nous avons partagé notre temps avec l’épisode suivant ” Tabula Rasa “. On travaillant sur l’épisode six, puis on revenait au sept, puis on revenant au sept, puis à nouveau au six, puis au sept, jusqu’à la fin du six, sur quoi nous revenions au sept, on passait au huit, on revenait au sept, huit, sept, huit… On allait et venait tout le temps entre trois épisodes.

N’était-ce pas un peu déroutant ?

C’était comme le tournage d’un épisode normal sans suivre l’ordre des séquences. Il fallait savoir se remettre dans l’ambiance, mais j’y arrive maintenant très bien, tout simplement parce que c’est comme ça que la série Buffy Contre les Vampires fonctionne. Et puis nous disposons de la meilleure équipe de télévision, j’en suis certaine. Ils me donnent parfois de nouvelles pages du script et disent : ” Nous changeons cette réplique, cette réplique et cette réplique “. Votre cerveau doit donc toujours fonctionner à plein régime, sans quoi vous êtes dans le pétrin !

Comment l’enregistrement des chansons s’est-il déroulé ?

Nous avons d’abord enregistré toutes les chansons en studio, puis le play-back était diffusé pendant le tournage. Nous avions un type formidable qui était assis et qui appuyait sur ” play ” ! Je n’arrêtais pas de lui dire d’augmenter le volume. Tout le monde lui demandait de baisser le son et moi j’étais là : “Plus fort ! Plus fort ! ” parce que quand on danse, il faut vraiment entendre ce qu’on chante pour pouvoir rester synchrone par rapport au texte.

Retour à la fiche de présentation Buffy Contre Les Vampires

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre