El Niño Pez

Deux adolescentes commettent l’irréparable afin de vivre ensemble

Année de Production : 2008

Date de Sortie : 06 Mai 2009

Réalisation : Lucia Puenzo

Scénario : Lucia Puenzo

Avec : Inés Efron (Lala), Mariela Vitale (La Guayi), Pep Munne (Brontë), Amaldo André (Socrates Espina), Carlos Bardem (Pulido), Diego Velázquez (Vasco), Sandra Guida (Felicitas), Juliàn Doregger (Nacho), Ailín Salas (Guayi Jeune), Paloma Contreras (Chapulina)

Nationalité : Espagnole, Argentine

Genre : Drame, Policier & Thriller, Romance

Durée : 1h 36min.

Titre Original : El Niño Pez


Interview(s) :

Interview de Lucia Puenzo
Interview de Lucia Puenzo, Ines Efron et Emme

El Niño Pez : Résumé

El Niño Pez est un long-métrage de Lucia Puenzo sorti en 2009.

Lala est une jeune fille issue d’une famille bourgeoise de la banlieue de Buenos Aires, en Amérique du sud. Passionnément amoureuse de la jeune et jolie bonne paraguayenne au service de ses parents du nom de La Guayi, elle imagine son avenir à ses côtés. Toutes les deux rêvent de partir pour le village d’origine de La Guayi, au bord du lac Ypoà.

Mais ce futur parfait est très vite entaché lorsque Lala surprend son père et La Guayi ensemble dans une position qui ne laisse place à aucune imagination…

El Niño Pez est un long-métrage de Lucia Puenzo sorti en 2009. Lala est une jeune fille issue d’une famille bourgeoise de la banlieue de Buenos Aires, en Amérique du sud. Passionnément amoureuse de la jeune et jolie bonne paraguayenne au service de ses parents du nom de La Guayi, elle imagine son avenir à ses côtés. Toutes les deux rêvent de partir pour le village d'origine de La Guayi, au bord du lac Ypoà. Mais ce futur parfait est très vite entaché lorsque Lala surprend son père et La Guayi ensemble dans une position qui ne laisse place à…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Film lesbien sombre.

Note des lectrices : 4.85 ( 1 votes)
62

Ce long-métrage de Lucia Puenzo est basé sur son roman éponyme écrit il y a plus de 10 ans. Le passage sur grand écran, écrit et réalisé par cette auteure de 34 ans a nécessité quelques adaptations de l’histoire. La trame, les scènes dramatiques et les retournements de situation sont bien présents, mais le point de vue est totalement autre. Dans le roman, l’histoire nous est contée par le chien de Lala, cet animal offert pas La Guayl qui la suit partout et la protège. Dans le film, l’histoire nous est racontée par Lala, la fille d’un juge argentin.

Il est difficile de résumer l’histoire parce que les personnages évoluent tout en se remémorant ce qui les a conduits là où ils sont aujourd’hui. Ainsi, dans les premières minutes, Lala prend le bus et s’éloigne de son domicile. Pourquoi ? Pour qui ? On le découvre petit à petit pendant que les éléments se mettent en place comme les pièces d’un puzzle et apportent toutes les réponses, à la fin.

L’image est magnifique et les actrices sont excellentes avec une mention spéciale à Inés Efron qui incarne cette adolescente à la perfection. L’histoire est complexe et noire avec en permanence des hommes durs, violents et abusifs envers les femmes. On ressort du visionnage avec un sentiment d’oppression difficile à oublier. Et pourtant, un rôle sort du lot et se différencie des autres, celui de l’éleveur de chiens qui offre son aide, écoute et soutient ces deux jeunes femmes que tout devrait opposer mais qui s’aiment pourtant passionnément.

Parce qu’El Niño Pez c’est avant tout une histoire d’amour. Celle d’une fille de la bourgeoisie de Buenos Aires qui va commettre l’irréparable pour vivre la passion que lui inspire la bonne de la famille, La Guayl. Elles vont duper la famille de Lala et la voler dans l’espoir de s’enfuir et de vivre toutes les deux à Ypoà.

Au final, ce long-métrage est certes sombre mais il éblouit par la force de l’amour que se portent les deux jeunes femmes. Du très beau cinéma. Une œuvre passionnelle.

El Niño Pez : Critiques Presse et Récompenses

« (…) Ce conte au féminin confirme la sensibilité et le talent de la réalisatrice de XXY. » La Rédaction (20 Minutes)

« El Niño Pez confirme le talent de Lucia Puenzo cinéaste, qui pratique non pas un cinéma du spectaculaire mais bien plutôt un cinéma passionnel, charnel, un cinéma incarné qui trouve dans le cadre de la caméra matière à s’exprimer. » David A. (Dvdrama)

« El Niño Pez possède l’éclat d’un diamant, mais d’un diamant encore mal taillé (…) Formidable mélodrame social mais qui ne s’assume pas pleinement. D’où le recours à une construction inutilement labyrinthique (…) On attend le prochain avec impatience. » Jean-Baptiste Thoret (Charlie Hebdo)

« Sans jamais sombrer dans le moindre racolage, elle [Lucia Puenzo] déroule une intrigue non dénuée de mystère, impose des images fortes, émotionnelles, celle d’une créature sous-marine évoquant un enfant disparu, d’enfants prisonniers menacés par une horde de chiens. » Jean-Luc Douin (Le Monde)

« (…) Lucia Puenzo, qui adapte ici son propre roman, filme la différence comme un décalage et utilise sa caméra afin de mieux apprivoiser ces personnages (…) » Jean-Philippe Guerand (TéléCinéObs)

« Lucia Puenzo a du talent pour créer le mystère (…) l’actrice peine à caractériser pleinement son personnage, même si elle illumine le film de ses grands yeux clairs. » Aurélien Férenczi (Télérama)

« (…) Le film échoue à parcourir le passage tortueux qui devrait lier les possibilités analytiques de l’écriture aux exigences synthétiques du cinéma (…) » Nicolas Azalbert (Cahiers du Cinéma)

« (…) Le résultat, composite et volontiers émouvant, aurait gagné en puissance si la partie thriller avait été plus vraisemblable. (…) » Alexis Campion (Le Journal du Dimanche)

« (…) un mélo policier sans grande saveur, avec une incursion incongrue du côté du conte. » Vincent Ostria (Les Inrockuptibles)

El Niño Pez : Extraits

LALA : Tu l’aimes ?
LA GUAYL : Non.
LALA : Alors, ne le vois plus. Ni lui ni personne.
LA GUAYL : Dis-le-moi en guarani.
LALA : Je ne sais pas comment ça se dit.
LA GUAYL : Je t’aime. Je veux que tu sois à moi.

LA GUAYL : Deux jours de voyage. De la frontière au lac, une demi-journée.
LALA : 848 pesos.
LA GUAYL : 5 000 guaranis.
LALA : J’en garde un comme porte-bonheur.
LA GUAYL : Garde ça aussi.
LALA : Elle est à ta mère.
LA GUAYL : Garde-la.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre