Give Or Take An Inch

Une lesbienne pas si ouverte d’esprit qu’on pourrait le penser…

Affiche : Give Or Take An Inch

Année de Production : 2003

Réalisation : Lee Friedlander

Scénario : Erin Eckles

Avec : Amanda Bearse (Charlotte), Michele Greene (Meg), Kacie Stetson (Georgia), Megan Cavanagh (Virginia), Tim Maculan (Jackson), Hayden McFarland (Danny), Hailey McCann (Elizabeth)

Nationalité : Américaine

Genre : Court-Métrage, Drame

Durée : 14 : 35 minutes

Titre Original : Give or Take an Inch

Give Or Take An Inch : Résumé

Charlotte est une lesbienne de 40 ans vivant à Los Angeles avec sa compagne, une trentenaire divorcée et ses deux enfants. Pour commémorer la mort de ses parents, elle se rend dans la ville de son enfance où elle retrouve ses frères et sœurs.

Mais Charlotte est contrariée parce qu’elle vient d’apprendre que sa sœur, Georgia, une butch dure de dure, allait changer de sexe. Ne parvenant pas à accepter cette nouvelle, Charlotte s’oppose à celle-ci et à son frère et sa sœur qui eux respectent cette décision…

Charlotte est une lesbienne de 40 ans vivant à Los Angeles avec sa compagne, une trentenaire divorcée et ses deux enfants. Pour commémorer la mort de ses parents, elle se rend dans la ville de son enfance où elle retrouve ses frères et sœurs. Mais Charlotte est contrariée parce qu’elle vient d’apprendre que sa sœur, Georgia, une butch dure de dure, allait changer de sexe. Ne parvenant pas à accepter cette nouvelle, Charlotte s’oppose à celle-ci et à son frère et sa sœur qui eux respectent cette décision…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Réussi. A découvrir.

Note des lectrices : Soyez la première !
73

Ce court-métrage est vraiment une œuvre très rafraîchissante, loin des clichés habituels que l’on a l’habitude voir véhiculés sur les lesbiennes, les gays et les transgenres. Il doit énormément à son écriture, très dynamique et à la qualité de ses dialogues. C’est du petit lait d’écouter ça. Il y a un humour grinçant, des répliques qui font mouche et on passe du rire à l’émotion en quelques secondes. Le scénario ne serait rien sans une bonne réalisatrice. Les personnes aguerries auront reconnu le nom de Lee Friedlander dans l’introduction. Une réalisatrice et productrice à qui l’on doit entre autre Girl Play, Out at the Wedding et un épisode d’Exes & Ohs puisqu’elle était également à l’origine du court-métrage. Bref, ce n’est en rien une débutante.

Le casting est lui aussi très impressionnant. J’ai adoré Amanda Bearse dont c’est l’une des dernières prestations avant qu’elle ne se concentre sur la réalisation. Elle m’a beaucoup fait penser à Annette Bening dans The Kids Are All Right. Déjà physiquement, ces mêmes cheveux courts et blonds, cette même quarantaine énergique et dynamique, ce même sourire et cet air faussement sérieux ensuite à travers le personnage qu’elle interprète. Charlotte est très proche de Nic. Toutes les deux sont des lesbiennes qui ont réussi professionnellement, qui se sont un peu battues pour avoir le droit de vivre comme elles le désiraient à une époque mais se sont aujourd’hui rangées. Elles vivent avec la même femme depuis des années, ont eu des enfants, ont une belle voiture et une belle maison, la vie parfaite en somme. Et alors que leur homosexualité pourrait être synonyme d’ouverture d’esprit et de progressisme, il n’en est rien. Tout ce qui les sort de leur quotidien bien rangé et qui ne rentre pas dans les cases qu’elles ont créés les dérange.

Or justement, Charlotte a un très gros problème. Sa sœur qu’elle a toujours considérée comme la butch de la famille vient d’annoncer qu’elle allait changer de sexe. Et ça, Charlotte ne le tolère pas. Sa compagne, excellente Michele Greene, lunaire juste ce qu’il faut et qui aurait mérité d’être un peu plus présente et développée (mais pas de chance on est dans un court-métrage) tente de lui faire prendre conscience de l’absurdité de ses propos. Mais Charlotte n’en démord pas, « c’est dégoûtant  ». Heureusement, Georges anciennement Georgia peut compter sur l’appui de son autre frère et de son autre sœur. Et la réunion de famille ne se passe donc pas aussi bien que prévu.

Bien évidemment à la fin on a le droit à un happy-end mais c’est très agréable de voir des lesbiennes ordinaires loin de la vision parfaite et lisse que véhiculent un peu trop de productions. Et quand c’est bien fait comme ça, c’est encore plus génial.

Pour celles qui rêveraient de découvrir ce court-métrage, il est disponible sur le dvd de Power Up!, Girls on Film 3 qui regroupe vraiment, d’après moi, une excellente série. N’hésitez pas une seconde, foncez l’acheter vous ne serez pas déçues.

Give Or Take An Inch : Extraits

MEG : Tu ne peux pas être aussi surprise. Georgia a toujours plus ressemblé à un homme qu’à une femme.
CHARLOTTE : Tu sais, ce n’est pas si rare chez les lesbiennes. Mais ça ne veut pas dire qu’elles veulent toutes soudainement devenir des hommes.
MEG : Peut-être que tu ne devrais pas avoir l’air aussi en colère devant les enfants.
CHARLOTTE : Je ne suis pas en colère. Je suis dégoûtée.
MEG : Oh, c’est mieux. Mais tu devrais peut-être le montrer un peu moins.

CHARLOTTE : Tu sais, je veux juste que les choses soient normales.
MEG : Tu plaisantes n’est-ce pas ? Tu as kidnappé la femme enceinte d’un homme : moi. Tu m’as sauvée d’une vie solitaire de femme au foyer.

JACKSON : Tu ne vois pas le visage de maman ? Elle serait encore plus horrifiée que si son troisième enfant avait été gay.

GEORGES : Jackson, ça va. C’est bon. Ma communauté lesbienne est loin de me soutenir concernant cette décision.
CHARLOTTE : Te soutenir ? Tu découpes ta poitrine et Dieu sait quoi encore ! Ce n’est pas ce que j’appelle une suite logique aux évènements. C’est fou ! Personne ne le voit ?
VIRGINIA : Charlotte, je pensais que tu aurais un peu plus de compassion.
CHARLOTTE : Eh bien je pense que vous avez tous perdu la tête ! Maintenant je suis désolée que Georgia se sente piégée dans son corps. Je ne suis pas folle du mien non plus. Mais tu dois danser avec celui qu’on t’a donné chérie !
JACKSON : Oh c’est rusé !
CHARLOTTE : Changer de genre n’est pas une solution en regard de la question. Ça va causer plus de problèmes que ça ne va en résoudre.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre