Tout va bien, The Kids Are All Right

Une famille homoparentale face à ses dysfonctionnements

Année de Production : 2010

Date de Sortie : 06 Octobre 2010

Réalisation : Lisa Cholodenko

Scénario : Lisa Cholodenko, Stuart Blumberg

Avec : Annette Bening (Nic), Julianne Moore (Jules), Mark Ruffalo (Paul), Mia Wasikowska (Joni), Josh Hutcherson (Laser), Yaya DaCosta (Tanya), Kunal Sharma (Jai), Eddie Hassell (Clay), Zosia Mamet (Sasha)

Nationalité : Américaine

Genre : Comédie, Drame

Durée : 1h 44min.

Titre Original : The Kids Are All Right


Interview(s) :

Interview de l’actrice Julianne Moore

Tout va bien, The Kids Are All Right : Résumé

Joni est une adolescente heureuse et sérieuse qui s’apprête à entrer à l’université dans quelques mois. Devenue majeure, elle a atteint l’âge légal pour accéder au dossier de son père biologique à la banque de sperme. Peu intéressée par l’identité de ce dernier et heureuse avec ses deux mères, Nic et Jules, qui vivent ensemble depuis 20 ans, Joni accepte cependant de rencontrer ce dernier à la demande de son petit frère, Laser.

Après une première rencontre les deux adolescents sont séduits par Paul. Mais leur secret leur échappe et leurs deux mamans sont bientôt au courant de ce qu’ils ont fait. Refusant de laisser leurs enfants s’éloigner, Nic et Jules invitent Paul à dîner…

Joni est une adolescente heureuse et sérieuse qui s’apprête à entrer à l’université dans quelques mois. Devenue majeure, elle a atteint l’âge légal pour accéder au dossier de son père biologique à la banque de sperme. Peu intéressée par l’identité de ce dernier et heureuse avec ses deux mères, Nic et Jules, qui vivent ensemble depuis 20 ans, Joni accepte cependant de rencontrer ce dernier à la demande de son petit frère, Laser. Après une première rencontre les deux adolescents sont séduits par Paul. Mais leur secret leur échappe et leurs deux mamans sont bientôt au courant de ce qu’ils ont…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un film devenu culte.

Note des lectrices : 2.45 ( 6 votes)
66

Difficile, très difficile que de donner un avis sur ce long-métrage de Lisa Cholodenko. Déjà parce que j’apprécie beaucoup le travail de cette scénariste et réalisatrice indépendante qui traite à chaque fois, plus ou moins indirectement, de la question de l’homosexualité et de la bisexualité dans ses films, ensuite parce que son parcours est très intéressant, c’est le moins que l’on puisse dire.

Je suis persuadée que si j’avais été hétéro, j’aurais adoré The Kids Are All Right. En effet, on a tous les ingrédients d’une comédie dramatique réunis ici. Un scénario très bien construit avec un décor parfait planté dès les premières images qui va se fissurer petit à petit à cause d’un facteur X. Ici, le décor parfait de départ, c’est une famille homoparentale installée depuis plus de 20 ans qui vit dans un quartier chic. L’une est un médecin renommée, l’autre est mère au foyer et a élevé les deux enfants imparfaits qui vont être à l’origine de l’arrivée du facteur X. Le grain de sable dans la machine apparaît sous les traits de Paul, le donneur de sperme à l’origine de leur naissance qui, sans s’en rendre compte, va mettre à jour tous les dysfonctionnements du couple et les difficultés de vivre ensemble.

Les acteurs sont excellents. C’est le genre de film où on n’a pas le sentiment qu’ils jouent la comédie tellement ils sont justes et naturels. Julianne Moore en tête, le trio de choc des adultes laisse sans voix. Les dialogues font toujours mouche et la photographie est vraiment réussie. C’est un très bon film à tous ces points de vue et j’ai parfaitement compris son succès et ses nominations.

Et pourtant, à la fin, j’ai eu un sentiment mitigé. Déjà parce que ça ne m’a pas fait rire et qu’au contraire, j’ai trouvé cela plus triste que marrant. Pas de voir un couple lesbien dysfonctionnel, non… Quoi que. Je ne sais pas, je n’ai pas été touchée par le comique de situation et les blagues simples comme le jardinier ou les jambes poilues de Julianne Moore.

Je suis restée sur la représentation d’un couple de lesbiennes bobo qui ne s’aime plus et vit en colocation depuis des années pour le bien des enfants qu’elles ont dû désirer à une époque. Du coup j’ai trouvé ça terriblement triste, sans une once d’optimisme puisque la fin convenue ne leur apportera pas le bonheur auquel elles pourraient aspirer si elles se séparaient. J’ai eu un sentiment amer de vies gâchées.

J’aimerais vraiment pouvoir voir ce film d’un point de vue hétéro, c’est certain. Je vous laisse seul juge en fonction de ce que vous attendez. Le pire de tout c’est que c’est un film réussi.

Tout va bien, The Kids Are All Right : Critiques Presse et Récompenses

« Lisa Cholodenko signe une comédie pétillante et rafraîchissante qui fourmille de répliques croustillantes et de touches d’émotion sonnant toujours juste, grâce à une écriture de qualité et un casting formidable. » Elodie Leroy (Filmsactu)

« Une comédie sur l’homoparentalité émouvante et drôle, enlevée par deux actrices épatantes. » La rédaction (Le Figaroscope)

« D’abord légère, la chronique devient plus ambiguë, à mesure que chacun perd ses repères. » Gilles Renault (Libération)

« The Kids Are All Right de Lisa Cholodenko, révèle le potentiel comique de Julianne Moore. » Jennifer Lesieur (Metro)

« Tout va bien! est une comédie qui frétille (…). » Adrien Gombeaud (Positif)

« Une savoureuse comédie douce-amère sur les défis auxquels les familles sont confrontées au cours de leur vie. (…) Ce petit film indépendant touche le coeur de la cible. » Eric Coubard (Brazil)

 « (…) c’est plutôt l’incongruité des situations inversées qui donne à cette comédie familiale tout son suc et sa légèreté badine. » Florence Ben Sadoun (Elle)

« L’humour ne dérape jamais dans la caricature, les dialogues frappent par leur pertinence. Et, malgré une fin moralement correcte, on sort de là sous le charme. » Stéphanie Belpêche (Le Journal du Dimanche)

« Pas de surprises, donc, mais cette comédie familiale fonctionne joyeusement parce qu’elle est portée par un générique épatant. » La rédaction (Ouest France)

« On se laisse facilement emballer par l’énergie des acteurs, mais on ne peut ignorer que, sans le vernis du sujet de société le film n’aurait pas eu la même gravité. » Gérard Delorme (Première)

« Comédie indé prompte à épingler les travers de la bourgeoisie bobo, Tout va bien n’évite pas toujours les clichés (…) Reste le casting : Annette Bening, Mark Ruffalo et Julianne Moore, encore une fois impériale. » Lucie Calet (TéléCinéObs)

« Rien ne semble tabou, et la sexualité elle-même échappe aux stéréotypes (…). » Jacques Morice (Télérama)

« Une partition savamment éprouvée par le cinéma américain traditionnel. » Thierry Méranger (Cahiers du Cinéma)

« Ce qui gêne, c’est plutôt l’esprit discriminatoire (…) qui, sans s’assumer, anime durant tout le film le regard posé sur le couple lesbien et le mettant en vis-à-vis de ce que d’aucuns appellent la “normalité”. » Benoît Smith (Critikat.com)

« Situation à la fois drôle et touchante : on croit à ce couple improbable. Le scénario de Tout va bien en veut autrement, c’est la limite de ce film assez drôle mais qui véhicule un conformisme décevant. » Jean-Luc Douin (Le Monde)

Une comédie anecdotique aux messages clignotants et aux rebondissements prévisibles. Romain Le Vern (Excessif)

« Ce film, qui suinte le politiquement correct par tous ses pores, frôle la laideur et la bêtise, sous couvert de sensibilité et de décontraction (…). » Vincent Ostria (Les Inrockuptibles)

Tout va bien, The Kids Are All Right : Extraits

LASER : Et puis, tu vas faire cet appel ?
JONI : Non. Je ne veux pas.
LASER : Tu n’es pas un peu curieuse ?
JONI : Je pars bientôt et je ne veux pas avoir à m’en faire avec ça. Et ça pourrait blesser les mamans.
LASER : Pourquoi t’inquiètes-tu pour elles ? Pas besoin de leur dire.
JONI : Tu pourras le faire à tes 18 ans.
LASER : Je ne t’ai jamais rien demandé.

PAUL : Allô ?
WENDY MITNER : Bonjour. Je parle bien à Paul Hatfield ?
PAUL : Oui. Qui est à l’appareil ?
WENDY MITNER : Ici Wendy Mitner, de la banque cryogénique Pacific.
PAUL : Alors, Wendy Mitner. Comment puis-je vous aider ?
WENDY MITNER : Je dois confirmer que vous êtes bien le Paul Hatfield qui a donné du sperme à notre banque entre 1991 et 1993.
PAUL : Oui, j’ai fait ça à l’époque.
WENDY MITNER : Vous le savez, la banque a une politique de confidentialité. Nous ne pouvons révéler votre identité sans votre consentement.
PAUL : Non. Oui, je le savais.
WENDY MITNER : Eh bien, nous avons été contactés par une jeune femme qui a été conçue grâce à votre don et elle voudrait savoir si vous accepteriez de la rencontrer.
PAUL : Oui, j’aimerais bien. Oui.
WENDY MITNER : Parfait, M. Hatfield. Je vais le lui dire et je vous rappelle.
PAUL : Merci.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre