L’Héritage du Pouvoir – Tome 1 : Interview d’Isabelle B. Price et Edwine Morin

L'Héritage du Pouvoir tome 1 - Isabelle B Price et Edwine Morin

Interview accordée à Gaëlle Carrion le 1er Juillet 2015 pour le site Univers-L.com

Voici l’interview tant attendue d’Isabelle B Price et Edwine Morin pour la sortie de leur premier roman : L’Héritage du Pouvoir – Tome 1.

Vous êtes derrière Univers-L, mais cette fois-ci vous êtes dans la lumière pour la sortie de votre premier livre. Pouvez-vous vous présenter aux lectrices du site de manière plus classique ?

Edwine Morin : Je m’appelle Edwine, j’ai 27 ans et je suis correctrice et chroniqueuse sur Univers-L depuis 2011. Une amitié est née avec Isabelle et a donné lieu à une collaboration pour l’écriture d’un roman fantastique en trois tomes. Tout le processus a été très enrichissant et la sortie du livre est une nouvelle étape. Je suis très contente et j’ai hâte d’avoir des retours de lectrices (et de lecteurs, pourquoi pas !).

Isabelle B. Price : Isabelle B. Price, 32 ans (depuis 1 jour), Lyonnaise d’adoption, mais auvergnate de naissance et de cœur. J’ai créé Univers-L en 2005 parce que j’adorais regarder la télévision, lire et écrire. Aujourd’hui je suis super heureuse de sortir notre premier livre !

Quand avez-vous commencé l’écriture ?

Edwine Morin : Vers l’âge de 10 ans, je dirais, même si je n’ai pas de date exacte en tête. J’ai essayé d’écrire un roman lesbien vers 12 ans, ça racontait l’histoire d’une collégienne qui se découvrait lesbienne et qui avait une relation avec une amie, ce n’était pas une mise en abyme très subtile !

Isabelle B. Price : Jeune, je dirais vers 14-15 ans, mais je ne suis pas très douée avec les chiffres. Et surtout, quand je regarde en arrière j’ai tendance à tout revoir différemment de l’époque où ça c’est produit. Du coup j’évite. À l’époque j’avais pas compris que j’étais lesbienne et j’écrivais des histoires d’amour entre hommes et femmes. Du coup c’était nul !

Comment est né votre roman l’Héritage du Pouvoir ? Pouvez-vous nous parler un peu de ce dernier ?

Edwine Morin : L’idée d’écrire à quatre mains a été amenée par Gaëlle et a fait mouche. Isabelle m’a parlé d’une idée de roman fantastique avec des sorcières et m’a envoyé un premier jet. J’ai immédiatement adoré et dans la soirée je lui ai soumis une suite à son histoire. L’histoire est celle de Julianne qui est une sorcière maitrisant l’élément feu. Son existence est liée à celle de Sara qui est une humaine destinée à être sa protectrice. Il y a de l’action, du fantastique, et surtout, une forte passion entre deux femmes exceptionnelles dont les vies sont inextricablement liées.

Isabelle B. Price : Voilà, Edwine à tout dit ! On a longuement hésité entre deux univers. Soit un côté tout magique du genre Harry Potter, soit un côté sorcières qui se cachent pour vivre heureuses comme dans Charmed. On a opté pour la seconde version parce qu’on trouvait que le parallèle avec l’homosexualité était sympathique. Et puis ça nous laisse la possibilité de créer un jour un monde totalement magique où personne n’aurait à se cacher !

Écrire à deux ce n’est pas trop difficile ? Ça fonctionne comment ?

Edwine Morin : Ça a été très stimulant d’écrire à deux. C’était passionnant parce qu’à chaque fois, on avait hâte de recevoir la suite qu’écrivait l’autre, c’était comme Noël avant l’heure ! Concrètement, on a commencé sans se concerter : il y avait une totale liberté sur le choix des événements et des enchainements. Ça permettait un réel effet de surprise. Ensuite, quand l’histoire était bien établie, nous nous sommes mises d’accord sur la trame et le scénario et nous nous sommes attribué les passages qui nous plaisaient le plus. Même pour ça on se complète bien car la répartition s’est faite naturellement.

Isabelle B. Price : C’est ça, c’est plus motivant que difficile. Je dirais qu’en plus notre fonctionnement a pas mal évolué entre le début du tome 1 et maintenant où nous sommes en pleine rédaction du tome 2. On est plus organisées, on a une meilleure vision d’ensemble ce qui nous manquait peut-être au départ.

Les sorcières lesbiennes c’est porteur ? D’où vous est venue l’idée ?

Edwine Morin : L’idée est venue comme une évidence : il faut des sorcières lesbiennes ! J’ai toujours rêvé qu’il y ait plus d’action lesbienne dans les livres fantastiques, dans les films et dans les séries télés. À notre niveau, on essaie de remédier à ce manque que l’on a toujours ressenti.

Isabelle B. Price : On veut aussi inventer des vampires lesbiennes et des loups-garous lesbiennes. Les zombies homos c’est pas très porteur, si ?

Comment êtes-vous arrivées à ce titre L’Héritage du Pouvoir ?

Edwine Morin : Après de longs brainstormings, ma compagne a innocemment suggéré ce titre. On l’a aussitôt adoré et adopté ! Il explique bien le système d’attribution du pouvoir dans le monde que nous avons créé, et au terme de la trilogie il y a de grandes chances que le titre vous paraisse de plus en plus évident.

Isabelle B. Price : Réponse parfaite, je n’ai rien à ajouter !

Si j’ai bien compris, L’Héritage du Pouvoir est le premier tome d’une trilogie, c’est ça ?

Edwine Morin : C’est tout à fait ça ! Nous ne pouvions pas traiter en un seul tome le monde que nous avions construit. Chaque tome conclut sa propre trame, mais pour avoir la résolution de la grande histoire, il nous faut plus de temps. Ça doit se construire de manière solide avec du temps et du travail, c’est exactement ce que nous sommes en train de faire.

Isabelle B. Price : Là où on est fières, c’est qu’on sait exactement ce qu’on va mettre dans les deux prochains tomes. Et du coup on écrit de manière bien plus efficace. En plus ça ne devrait pas être redondant puisque chaque tome apporte quelque chose de plus avec une vision différente de l’évolution du couple Julianne/Sara.

Avez-vous d’autres projets de livre ?

Edwine Morin : J’en ai plein ! Mais la question est de faire aboutir ces projets, ça, c’est une autre paire de manches !

Isabelle B. Price : J’ai cette idée d’histoire de loup-garou lesbienne qui me trotte dans la tête depuis un moment. Et puis je voudrais faire une histoire avec une sorcière rousse à l’époque du procès de Salem qui aurait eu la mauvaise idée d’être trois fois accusable : sorcière, rousse et lesbienne. Oh et puis elle pourrait être gauchère en plus ça lui ferait une tare supplémentaire. Ce serait très agréable de faire d’elle une femme forte qui botte des fesses !

Que peut-on vous souhaiter pour l’avenir ?

Edwine Morin : J’aimerais beaucoup que ce roman plaise, qu’il ait des retours constructifs et qu’il trouve ses lecteurs. Ça serait une belle réussie pour ce projet dans lequel on a mis beaucoup de cœur et une partie de nous.

Isabelle B. Price : Des retours positifs, au moins un d’une personne qui ne nous connaît pas, mais ça marche aussi si elle nous connaît et qui nous donnerait envie de continuer à partager les idées farfelues qui nous traversent l’esprit.

A propos de Gaëlle Carrion

Gaëlle Carrion
Chargée de communication digitale dans la vraie vie je partage mes coups de cœur sur le site d'Univers-L !

Répondre