Jamie and Jamie Are Not Together : Interview de Jessica London-Shields, l’interprète de Jessie

Jamie and Jamie Are Not Together : Interview de Jessica London-Shields, l'interprète de Jessie

Interview accordée à l'équipe Univers-L le 10 Octobre 2011 pour le site Univers-L.com

Pouvez-vous nous parler un peu de vous ? De votre parcours ?

Je suis actrice à San Diego mais j’ai grandi à San Francisco.  Mon parcours est principalement théâtral mais après cette expérience, j’aimerais vraiment faire aussi plus de films. Mon but est de faire des projets socialement engagés qui présentent les femmes comme j’aimerais qu’elles soient plus souvent représentées dans les médias.

Comment avez-vous entendu parler de ce projet et comment vous êtes-vous retrouvée à en jouer le rôle principal ?

Je connaissais déjà Jacqui Jackson (Jamie) qui a joué dans le film de Wendy Jo, Hannah Free. Je devais retrouver Jacqui pour aller à la Dyke March mais c’est Wendy Jo qui l’emmenait là-bas. J’ai fini par sauter dans la voiture de Wendy Jo dans le centre ville, à côté de l’Institut d’Art. Au bout du compte, il lui est venu cette idée de faire un film.

Jamie and Jamie Are Not Together est votre premier long-métrage. Pouvez-vous nous en dire  un peu plus sur cette expérience ?

J’ai eu beaucoup de chance de jouer un personnage aussi excentrique (je suis moi-même assez excentrique) pour mon premier film et de faire partie d’une équipe qui me soutienne autant. Ça m’a permis de me concentrer uniquement sur l’apprentissage des aspects techniques d’un film et en quoi ils diffèrent du théâtre. Jusqu’à présent, j’ai découvert que la différence majeure c’est la température ; au théâtre, vous êtes toujours à l’intérieur, sous de nombreux projecteurs, avec beaucoup de thermostats… En gros, il fait généralement plutôt chaud – alors que quand vous tournez en extérieur, vous êtes à la merci des éléments.

Quels sont votre meilleur et votre pire souvenirs de tournage ?

Le meilleur : comme nous avons tourné l’intégralité du film en 16 jours et quelques, nous devions travailler de très longues heures. Quand l’équipe technique avait besoin d’une pause, un effectif réduit (Jacqui, moi, Wendy Jo, Justine, Anne et Gretchen), ayant très peu dormi et un peu excité, prenait le relai à la caméra – ça fait partie des meilleurs moments qu’on ait eus sur le tournage.
Le pire : sauter dans le Lac Michigan. Froid. Très froid.

Parlez-nous de votre personnage, Jessie. Comment le définiriez-vous ? Qu’est-ce qui vous a plu chez elle ?

Jessie est le genre de fille qui a tendance à prendre tout trop à cœur. Elle est parfois timide et mal à l’aise, mais elle se protège avec ses réparties. Dans le film, elle est sur le point de découvrir sa propre valeur en se dégageant d’une relation de co-dépendance.
J’apprécie sa capacité à être à l’écoute et son franc-parler.

Ce film aborde des sujets universels tels que l’amitié, la co-dépendance, l’amour, la jalousie, la communauté. Avez-vous puisé dans votre propre vécu pour incarner Jessie ?

Je pense qu’il y a des qualités chez Jessie qui me rappellent une version plus jeune de moi-même. Grandir en étant homo implique que sortir avec quelqu’un n’est pas très “normal” pendant une longue période. On peut facilement ne pas être conscient de sa valeur dans ce domaine quand on est tellement habituée à ne pas avoir ce qu’on veut vraiment.

Vous connaissez Jacqui Jackson depuis des années. Comment est-ce de travailler avec une actrice qui est aussi une amie de longue date ?

C’était merveilleux ! Jacqui n’est pas seulement une bonne amie avec qui j’aime passer du temps, c’est aussi un soutien incroyable. On répétait notre texte ensemble et on s’entraidait quand l’une ou l’autre avait une longue journée de tournage. J’adore vraiment travailler avec Jacqui.

En tant qu’actrice out, est-ce important pour vous de contribuer à la visibilité lesbienne à travers des films comme Jamie and Jamie Are Not Together ?

C’est très important pour moi de contribuer à la visibilité lesbienne. Je veux aussi contribuer à la visibilité des femmes “hors normes” en général.

D’après vous, à qui s’adresse principalement ce film ?

À quiconque ayant déjà vécu une relation sur laquelle on ne pouvait pas mettre de nom.

Raccompagner une inconnue, sous une pluie battante, en poussant un vélo à une roue, c’est l’idée que vous vous faites d’une soirée ordinaire ?

Non ! En fait, la pluie était un cadeau des Dieux. Au vu du planning, nous ne disposions que de cette nuit-là pour tourner la scène. Et il s’est avéré qu’il tombait justement des cordes. Si un jour vous avez besoin d’une météo dysfonctionnelle, Chicago vous l’offrira !

Traduction Magali Pumpkin

Jessica London-Shields

Répondre