Le Mariage des Homosexuels ? de Christine Boutin

Le "Mariage" des Homosexuels ? de Christine Boutin

Titre Français : Le "Mariage" des Homosexuels - Cucs, Pic, Pacs et autres projets législatifs

Titre Original : Le "Mariage" des Homosexuels - Cucs, Pic, Pacs et autres projets législatifs

Auteur : Christine Boutin

Date de Sortie : 9 Avril 1998

Nationalité : Française

Genre : Etude, Témoignage

Nombre de Pages : 200 pages

Éditeur : Criterion

ISBN : 2-7413-0168-9

Le "Mariage" des Homosexuels - Cucs, Pic, Pacs et autres projets législatifs : Quatrième de Couverture

Cucs, Pic, Pacs, etc. Ces “contrats d’union sociale” entendent résoudre les problèmes matériels de gens qui ont choisi de vivre ensemble et qui souhaitent bénéficier de droits correspondants à ceux du mariage. Mais le but réel de cette espèce de “mariage bis” ne serait-il pas d’abord de permettre l’union légale des homosexuels avec, à terme, la possibilité pour eux d’adopter des enfants ? Si tel était le cas, c’est le fondement de la famille, du Droit et de la société tout entière qui serait bouleversé.

Pour permettre à chacun d’ouvrir les yeux sur l’extrême gravité de l’enjeu, Christine Boutin explique en détail les implications de ce projet. Elle apporte au grand public une argumentation simple et solide, jointe à une documentation précise en Annexes, pour ceux qui veulent forger leur opinion en toute connaissance de cause. Avec une grande force de conviction, elle démonte un à un les pièges du projet et plaide ardemment, par-delà les clivages politiques, pour un sursaut de conscience de tous les Français.

Député des Yvelines depuis 1986, auteur du rapport parlementaire Oser la famille en 1997, présidente de l’Alliance pour les Droits de la Vie, mariée et mère de trois enfants, Christine Boutin est l’une des personnalités de référence à l’Assemblée nationale pour les questions qui touchent à la famille. Sa compétence, sa combativité et la profondeur de son engagement font de cet ouvrage l’instrument indispensable pour agir avant qu’il ne soit trop tard.

Le "Mariage" des Homosexuels - Cucs, Pic, Pacs et autres projets législatifs : Avis Personnel

Je suis rentrée chez mes parents, en Haute-Loire, vendredi soir. À l’occasion d’une promenade familiale, un passage dans une brocante m’a permis de découvrir ce livre, caché sous de nombreux autres titres. Le prix était à un euros, je me suis dit que c’était cultissime et que c’était aujourd’hui introuvable en dehors d’une brocante de quartier. Rentrée à la maison je me suis donc empressée de commencer à lire ce travail que Christine Boutin avoue avoir rédigé “dans l’urgence”. Autant dire que ça a été très difficile. J’ai d’ailleurs renoncé à aller jusqu’au bout et me suis arrêtée au niveau des annexes. Il ne fallait pas pousser non plus.

Comment dire. Ce livre écrit en 1998 résonne aujourd’hui dans le sens où les opposants au mariage pour tous ont absolument les mêmes arguments. Accorder aux homosexuels un statut équivalent aux hétérosexuels, reconnaître qu’un couple homosexuel est égal à un couple hétérosexuel, tout cela est impossible, tout cela va à l’encontre des fondements de notre société et cette dernière va s’écrouler si ces projets de loi sont votés. Rien n’a changé. Et j’ai été amusée de voir à quel point Me Boutin était à l’époque choquée que des homosexuels revendiquent le droit au mariage. Aujourd’hui ils ont osé !

Par contre, soyons honnêtes, j’ai appris des choses. Pas que Christine Boutin était homophobe même si elle nous répète le contraire depuis des années. Cela, je le savais. Non, j’ai appris les différents noms possibles du PACS. Parce qu’en 1998 je n’avais que quinze ans et je n’avais pas pleinement conscience que j’étais lesbienne. Donc j’ai pris connaissance du Cucs (Contrat d’union civile et sociale), du Pic (Pacte d’Intérêt Commun) et du Pacs (Pacte Civil de Solidarité) et je reconnais que ça m’a fait rire. Vous imaginez aujourd’hui dire je suis picée avec ma compagne. Ou alors que je suis Cucsée ? Moi qui ais grandi avec la notion de Pacs, ça m’a vraiment fait mourir de rire.

Christine Boutin surfe bien évidemment sur les peurs communes sans fondement, telle qu’on la connait. Elle respecte les hommes et femmes homosexuels mais ne peut tolérer ni accepter l’homosexualité et il est juste impensable d’essayer de la banaliser et de dire qu’on peut vivre heureux en étant différent.

Le "Mariage" des Homosexuels - Cucs, Pic, Pacs et autres projets législatifs : Extraits

« En tant que comportement privé, le comportement homosexuel relève de la liberté de la conscience personnelle. Il n’a pas à influer sur le respect que chacun d’entre nous doit porter aux autres, ni entraîner de discriminations – par exemple dans son travail. Car, même si l’on désapprouve formellement ce comportement, qui sommes-nous pour juger ? Nous ne vivons pas dans une société parfaite et nous ne le sommes pas non plus. “Que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre”, dit l’Évangile.
De là à considérer ce comportement comme anodin, et à le mettre socialement sur le même pied que la relation entre un homme et une femme, il y a en revanche un pas que l’État ne peut pas franchir. Il n’est pas en son pouvoir de modifier une réalité qui existe depuis l’origine du monde, à savoir que c’est la relation naturelle entre l’homme et la femme qui fonde la société et la fait vivre. Fortes de cette évidence, les sociétés se sont toujours attachées à protéger cette relation naturelle vitale de ce qui pourrait la fausser ou l’amoindrir. D’où le refus du prosélytisme homosexuel, et la réprobation, plus ou moins forte, que l’on rencontre dans toutes les civilisations.
La société ne peut pas faire autrement que d’être cohérente avec ce qui la fait vivre. Quand on parle de respect, il faut donc préciser : ce n’est pas l’homosexualité en elle-même qui a droit au respect, c’est la personne de l’homosexuel, par-delà le fait de son homosexualité.
On peut demander aux personnes de savoir reconnaître en l’autre leur semblable, au-delà d’une différence qui peut les choquer. En revanche, l’homosexualité comme comportement social ne peut prétendre à aucun droit spécifique, car elle ne s’inscrit pas dans le cadre des lois non écrites qui fondent la vie des sociétés. Inféconde par nature, elle ne répond pas aux critères démographiques et éducatifs qui fondent les devoirs de l’État à l’égard du couple. Contre-modèle, elle fait éclater les référents fondamentaux dont la société dans son ensemble s’inspire pour exister et pour durer. Dès lors, se mettre à considérer par le droit deux personnes homosexuelles comme des “conjoints”, assimiler leur vie commune à un mariage, et dans cette logique leur offrir la possibilité d’adopter et d’élever des enfants, ce serait pour la société une conduite absurde, suicidaire et, par rapport aux enfants, criminelle. Pour la société blessée et désorientée dans laquelle nous vivons, ce serait peut-être le coup de grâce. » (Pages 22-23)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre