Los Hombres de Paco : Episode 13 – Lolito

Episode de la série Los Hombres De Paco  (Saison 7)

Réalisateur : Jesús Colmenar
Scénaristes : David Barrocal, Esther Martínez Lobato, Marc Cistaré, Iván Escobar

Résumé

Chez Paco, Montoya filme Silvia qui réalise l’autopsie des deux cadavres récupérés précédemment. Installée sur la table de la cuisine, elle demande à son père, qui déclare à la caméra que ces corps permettent de rouvrir le dossier « Palenque », de lui passer du matériel. Elle tente de travailler avec une fourchette mais n’y parvient pas et Montoya s’énerve alors contre les méthodes du commissaire. Il ne soutient pas ce dernier dans son désir de résoudre cette enquête et part, ne supportant pas sa manière de procéder.

Un peu plus tard, Curtiz, Povedilla et Quique sont en planque devant le domicile de Don Lorenzo et voient arriver un jeune garçon. L’adolescent avec lequel le commissaire a rendez-vous l’embrasse très rapidement sur la bouche avant d’entrer. La raison de sa présence ne fait aucun doute pour les policiers. Persuadés que leur patron est un pédophile, Curtiz, Povedilla et Quique l’observent. Quand le jeune homme caresse le bras de Don Lorenzo, ce dernier remarque son bracelet, le même qui a attiré son attention sur l’un des cadavres en décomposition qu’il a déterrés. Le garçon devient plus entreprenant et Don Lorenzo l’arrête préférant lui poser des questions. Prenant peur devant l’attitude du commissaire, le jeune homme qui avait quitté son t-shirt se rhabille mais Don Lorenzo refuse de le laisser sortir et l’amène dans la cuisine où il lui montre les deux corps qui gisent sur la table de la cuisine.

Le jeune garçon explique qu’il ne peut pas parler et Don Lorenzo tente de le rassurer en le prenant dans ses bras. En se reculant pour éviter le contact, l’adolescent se cogne dans le meuble de la cuisine. Don Lorenzo lui propose alors de rentrer chez lui pour réfléchir et en partant, le jeune garçon se tient les fesses où il s’est fait mal en se cognant. Povedilla ayant refusé d’en voir plus, c’est ainsi qu’ils surprennent le jeune homme. Ils sont alors persuadés que Don Lorenzo est bien un pédophile.

Chez elle, Sara reçoit un nouveau message signé de Lucas mais le style la surprend. Alors qu’Aitor prend une douche chez elle, le portable de ce dernier sonne soudain et il lui demande de répondre. Un homme parle en arabe et Sara s’interroge. Quand Aitor prend la communication il fait croire qu’il comprend de quoi il s’agit mais Sara n’est pas dupe. Elle s’énerve contre lui en demandant pourquoi il se fait passer pour Lucas. Aitor hésite à répondre puis réplique que c’était simplement pour lui remonter le moral à cause du graphique qu’elle lui a montré. Sara rétorque qu’elle avait simplement besoin d’un ami à qui parler quand Curtiz arrive et les interrompt. Sara lui dit qu’elle n’a pas le temps de lui parler et le renvoie.

Le lendemain, au bar Los Cachis, Pepa est installée à une table et observe Silvia qui est accoudée au comptoir. Toutes les deux se regardent quand Curtiz aborde Pepa avec son histoire d’affaire « Palenque ». Il a besoin de son aide et de ses compétences pour un dossier traitant d’assassinats, d’extorsion, de proxénétisme et de trafic de drogue. Pepa accepte et Curtiz lui propose de faire croire qu’ils sont un couple pour les besoins de l’enquête. Plus intéressée par Silvia que par Curtiz, Pepa accepte. Pepa se lève et quitte le bar au moment où Silvia fait de même. Toutes les deux se croisent et leurs mains se frôlent les amenant chacune à se retourner et à se regarder droit dans les yeux.

Pendant que Paco et Mariano sont toujours en Syrie à la recherche de Lucas, ils appellent Sara pour prendre de ses nouvelles. Alors qu’il discute avec sa fille, Paco téléphone en même temps à Aitor et en entendant sonner son portable en bruit de fond, il comprend qu’il est encore chez sa fille. Il a beau avoir entendu les déclarations d’amour de Sara à son mari, il est persuadé qu’elle a une liaison avec son jeune collègue.

Un peu plus tard, au commissariat, Pepa observe Silvia, toujours amoureuse et Curtiz observe Pepa, dingue de cette dernière. Silvia soutient le regard de Pepa un moment avant de partir quand Curtiz décide de frôler la main de Pepa pour imiter son instant de grâce un peu plus tôt avec Silvia. Malheureusement il n’y parvient pas, la suit et pose sa main sur ses fesses quand elle monte l’escalier. Pepa se retourne, interdite et Curtiz qui ne trouve aucune excuse fait un faux pas et tombe dans l’escalier. C’est Quique qui le récupère en bas.

Povedilla se rend dans le bureau de Don Lorenzo pour tenter de le séduire. Il est habillé en joueur de basket parce que parmi toutes les tenues qu’il a essayées c’est celle que Curtiz et Quique ont préférée. La discussion est un désastre et Don Lorenzo donne une fessée à Povedilla pour lui apprendre les bonnes manières et le ballon de basket casse la vitre du bureau. Enervé, Don Lorenzo répond alors à son téléphone et réalise qu’il s’agit du jeune adolescent venu le voir la veille. Ce dernier a peur et le commissaire le rassure en lui promettant qu’il ne lui arrivera rien. Povedilla surprend cette conversation et s’empresse de prévenir Quique, Curtiz étant parti en opération avec Pepa.

Chez Sara, Aitor et elle se réconcilient par l’intermédiaire de sms pendant que Mariano et Paco se battent à propos des femmes, de Sara et de Lola. Heureux d’avoir résolu leur problème, Aitor et Sara se remettent au travail et reprennent leur enquête.

Alors que le commissaire se dépêche de partir pour retrouver le jeune garçon qui lui a téléphoné, il se retrouve face à Montoya qui lui explique devant la totalité de ses collègues qu’il ne supporte pas ses nouvelles méthodes d’investigations. Tous les deux se disputent avant de se séparer. Pensant que Don Lorenzo va retrouver l’adolescent pour de mauvaises raisons, Quique et Povedilla décident de l’en empêcher en l’électrocutant. Ils réussissent un peu trop bien et Povedilla est obligé de faire du bouche à bouche à son patron pour le réveiller.

Dans le désert de Syrie, alors qu’ils continuent à se battre, Paco et Mariano voient soudain arriver un militaire américain avec deux chevaux. Il peut les conduire à Lucas. Paco l’observe un instant et les paroles de son ami portent leurs fruits. Il décide de ne pas aller voir Lucas et déclare au militaire de passer le bonjour à leur ami. Il choisit de ne plus espionner sa fille et de lui faire enfin confiance.

Après avoir longuement réfléchi, Montoya téléphone à un supérieur pour le prévenir que le commissaire a rouvert le dossier « Palenque ». Plusieurs personnes sont alors prévenues et l’opération en cours, compromise, doit être annulée. Don Lorenzo se rend avec Povedilla et Quique à la maison où se trouve l’adolescent. Il s’avère que c’est le même endroit que surveillent Pepa et Curtiz.

Alors que Sara et Aitor se sont réconciliés et s’amusent en travaillant, on frappe soudain à la porte de leur appartement. Pendant qu’Aitor cache tous les documents sur lesquels ils travaillent, Sara répond et se retrouve face à l’homme qui a voulu la tuer dans sa voiture et qui la menace d’une arme. L’homme entre l’appartement en tenant les deux policiers en joue et déclare qu’il doit être protégé par la police. Il est en danger de mort.

Povedilla et Don Lorenzo pénètrent dans la maison quand les hommes chargés de la sécurité se mettent à tirer sur la voiture de Pepa et Curtiz. Pepa se plaque contre Curtiz pour éviter les balles et se rappelant des conseils de Quique s’il veut séduire la jeune femme, à savoir se comporter en héros, Curtiz sort à découvert pour les protéger et se fait tirer dessus à plusieurs reprises. Don Lorenzo et Povedilla profitent de la diversion pour arrêter les deux tireurs au moment où Pepa se précipite auprès de Curtiz tombé au sol.

Povedilla et Don Lorenzo arrêtent plusieurs hommes en train de violer des enfants et des adolescents. Le garçon ayant appelé le commissaire réalise que son calvaire est terminé et se précipite dans les bras de Don Lorenzo pour le remercier. Povedilla prend alors conscience de l’énorme erreur qu’il vient de commettre.

Pendant ce temps, Pepa tente de porter les premiers secours à Curtiz en attendant l’ambulance. Le policier est évacué, Pepa et Quique en pleurs à ses côtés. Quand Pepa lui demande pourquoi il a fait cela, Curtiz rétorque que c’était pour l’impressionner, parce qu’il l’aime. Pepa a juste le temps de lui dire qu’elle l’aime également quand le cœur du policier cesse soudain de battre…


Los Hombres de PacoLos Hombres de PacoLos Hombres de Paco

Retour à la fiche de présentation Los Hombres De Paco

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre