Taille Unique de Cécile Dumas

Taille Unique de Cécile Dumas

Titre Français : Taille Unique

Titre Original : Taille Unique

Auteur : Cécile Dumas

Date de Sortie : 15 Février 2001

Nationalité : Française

Genre : Roman d'Amour

Nombre de Pages : 203 pages

Editeur : KTM Éditions

ISBN : 2-913066-06-2

Taille Unique : Quatrième de Couverture

La vie est quelquefois surprenante…
Pour Anita, le chemin semblait bien balisé : un amant prêt à s’engager, un concours à préparer et à la clé, un destin sans surprise. Mais la rencontre avec Michèle, la mère du jeune homme vient fausser la donne.
Les deux femmes vont se découvrir et s’apprécier jusqu’à ce que l’amitié d’Anita cède la place à un sentiment plus troublant.
Sera-t-il partagé ?

La trentaine à peine dépassée, Cécile Dumas a retrouvé depuis quelques années son Auvergne natale. Enseignante et traductrice, elle profite de son temps libre pour parcourir la planète, carnet en main, notant détails, anecdotes et impressions.

Ecrire est pour elle une manière de bavarder. Elle vous invite donc à la conversation avec ce premier roman.

Taille Unique : Avis Personnel

Lorsque je me suis emparée de ce roman sur la pile de livres à lire, je n’avais aucune idée de ce qui m’attendais. J’ai jeté un rapide coup d’œil à la quatrième de couverture peu emballée mais les dernières phrases m’ont plu « Ecrire est pour elle une manière de bavarder. Elle vous invite donc à la conversation avec ce premier roman. » alors je me suis lancée. Le nom de Cécile Dumas ne m’était pas étranger puisque j’avais noté sans m’en rendre compte qu’elle avait traduit un grand nombre de romans américains pour les Editions KTM notamment celui de Lesléa Newman et ceux de Claire McNab.

Force est de reconnaître que le style de Cécile Dumas est extrêmement fluide et facile à lire. On a le sentiment qu’elle écrit comme elle nous parlerait si elle était là, devant nous. Elle tient une conversation à travers ses personnages et nous entraîne avec elle. J’ai adoré ce moment passé en sa compagnie… pardon en compagnie d’Anita, Philippe, Michèle et Thomas.

J’ai vraiment apprécié cette histoire qui ne commence pas comme on l’attend et ne se termine pas comme on avait fini par l’imaginer au fil des pages. J’ai aimé ces personnages avec leurs défauts, leurs peurs, leurs rêves, leur passé et leur futur. Et par-dessus tout je crois que je retiendrais le fait que même si il est question d’une histoire d’amour, elle n’emplit pas tous le roman, laissant la possibilité aux personnages de vivre et d’avancer dans la voix qu’ils ont choisi. Ils grandissent et vivent et le lecteur ne se lasse pas de les découvrir évoluer.

Pour résumer, le concept de départ de l’histoire est plutôt étrange. Une jeune femme qui prépare le CAPES vit une romance sans ombre avec Philippe, un homme un peu plus jeune qu’elle et pourtant très sérieux rencontré 5 mois plus tôt. Lorsque ce dernier décide de la présenter à ses parents, elle réalise que leur histoire devient plus forte, réelle et sérieuse. Elle accepte tout en se demandant si elle souhaite que leur relation se renforce mais est bientôt subjuguée par la mère du jeune homme. Frappée par la beauté et la gentillesse de Michèle, elle sort troublée de ce premier repas en famille du dimanche. Au point de s’éloigner de Philippe pour se rapprocher de sa belle-mère…

A découvrir sans risque de déception.

Taille Unique : Extraits

« Mme Dewilde s’affaire sans manières, ses gestes fluides et précis ordonnent les éléments et les priorités. Rien en elle n’est emprunté, guindé, ses mains aux ongles ras et incolores, écartent les objets déplacés et les cheveux tombant sur le visage. En cherchant bien, je ne lui trouverais pas de défauts, de travers, à peine quelques manies. Elle ne ressemble pas à ces femmes que l’on aperçoit dans les parfumeries, habillées et maquillées avec soin, inaccessibles dans leur grâce de quadragénaires, leur respectabilité de femmes mûres, accomplies, mariées. Je les admire, c’est vrai, pourtant cette femme dans sa maison, aujourd’hui, me touche beaucoup plus.
– Maintenant que je vous connais, il faudra passer me voir au magasin, me dit-elle en fermant le lave-vaisselle.
Elle se relève et m’adresse un sourire mi-charmeur, mi-commercial, prenant le temps de poser les yeux sur moi. J’observe la fossette sur la joue gauche et la ride qui se creuse à côté.
– Vous savez, j’achète mes dessous par correspondance ou dans les grandes surfaces.
– Vous ne les essayez pas ?
– Je connais ma taille.
– Oui, je comprends qu’une jolie fille comme vous ne tienne pas à s’exhiber. Surtout devant la mère de son ami !
Je pense : cela me gênerait-il à ce point ?
Philippe ne m’a pas encore offert de lingerie que je porterais pour lui plus que pour moi. Le ferait-il ? Nous n’avons pas passé le cap de la Saint-Valentin et notre premier Noël, vieux de trois semaines, a été plutôt sobre. Nous étions d’ailleurs séparés pour l’occasion. Cela me déplairait-il, à présent, d’imaginer la mère et le fils, arpentant les rayons pour me choisir, à grand renfort de questions, un ensemble de lingerie fine enchanteur ?
Je pense : je suis pudique. Mais j’irai quand même.
Elle semble lire ma pensée.
– J’espère que vous viendrez, au moins pour dire bonjour. Ca me ferait très plaisir.
Au moment où je remonte dans la voiture, je lance, ventre noué, un dernier regard à cette femme chaleureuse et à son signe de la main en regrettant que nous ne puissions nous attarder. » (Pages 21-22)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre