Lady Amy Redpath Roddick (1868-1954)

Lady Amy Redpath Roddick et sa bonne Rose posent toutes les deux en 1908 : cette photo étonnante est celle qu’a choisie Rosemary Rowe pour accompagner son interview à redécouvrir dans la catégorie ULTEC. Mais qui sont donc ces deux femmes et que savons-nous d’elles aujourd’hui ?

Après quelques recherches sur Internet, voici ce qu’on peut retracer de la vie de ces deux femmes. La plus connue est Lady Amy Redpath Roddick. Née le 6 mai 1868 au Canada dans une riche famille de l’élite anglophone, elle est l’aînée et la seule fille des époux Redpath. La voici dans les bras de sa mère, Ada Redpath, en 1871 : elle a 3 ans.

Lady Amy Redpath Rodddick

En tant qu’héritière d’une famille enrichie dans le raffinage du sucre, elle reçoit la meilleure éducation dévolue aux filles et voyage en Europe. Toutefois, son sexe en fait aussi un être dont la destinée est bornée : elle doit d’abord s’occuper de ses parents, puis se marier. À la mort de son père, John Jame Redpath, le 24 juin 1884, sa vie tourne autour de Square Mile, le quartier chic et anglophone de Montréal. Elle habite alors la propriété familiale du 1065, rue Sherbrooke.

Si elle s’occupe effectivement de sa mère dont la santé décline, elle ne se marie pas. Sur cette photographie, prise en 1891 alors qu’elle a 23 ans, notons sa coupe de cheveux – courte.

Lady Amy Redpath Rodddick

Le journal intime qu’elle tient, comme toute jeune fille de bonne famille avant son mariage, ne contient aucune allusion à un prétendant ni à une éventuelle envie de mariage. En revanche, il montre une fille et une sœur dévouée, vivant avec sa mère de plus en plus invalide et son plus jeune frère. Sa mère, Ada, souffrait semble-t-il d’un ulcère aux yeux, d’une névralgie de la mâchoire et de douleurs articulaires qui lui rendaient nécessaire l’usage d’un appareil orthopédique. À partir de 1900, elle ne quittait plus les limites de sa chambre. Son frère Clifford, de 9 ans son cadet, est son confident : fragile, il est sujet à des crises d’épilepsie. Tandis que sa sœur s’occupe de la gestion de la maison, il fait des études de droit et sort diplômé de l’université MacGill en 1900.

Outre la direction de la maison et de la nombreuse domesticité qu’implique le statut social des Redpath, Amy est dramaturge et poète. Elle écrit des pièces de théâtre dites à huis clos, destinées à n’être jouées qu’en privée ou simplement lues. Elle est aussi collectionneuse et se passionne pour la culture amérindienne.

En 1901, un drame endeuille la famille Redpath et fait les gros titres de la presse canadienne. Le 13 juin, sa mère âgée de 59 ans et son jeune frère, alors âgé de 24 ans, sont retrouvés morts. Après une rapide enquête, la police conclut à un accident et un suicide par arme à feu. Clifford, le plus jeune des Redpath, aurait tué sa mère par accident lors d’une crise d’épilepsie, puis se serait suicidé avec un deuxième pistolet. Amy devient avec son frère Peter l’héritière directe de la fortune des Redpath.

Comment a-t-elle vécu ce matricide puis ce suicide des deux personnes les plus proches d’elle dans sa famille ? On n’en sait pas grand-chose. Amy n’écrit rien ni dans son journal intime ni dans ses écrits fictifs. Ce silence suscite sans doute des rumeurs qu’alimente le drame écrit par sa cousine, Lily Dougall, The Summit House Mystery dont le sous-titre est le Purgatoire terrestre. Celui-ci s’inspire de la mort des Redpath en 1901, mais aussi de l’affaire Lizzie Borden où une jeune femme homosexuelle est accusée d’avoir assassiné ses parents. Précisons que Lily Dougall était lesbienne d’après Kim Bird, chercheuse canadienne.

Amy est en effet toujours célibataire en 1901, à 31 ans. Elle est aussi très proche de Rose Shallow, sa bonne personnelle. Celle-ci est née le 24 avril 1870 à Terre-Neuve. Elle est la fille d’un pêcheur hauturier et issue d’une famille nombreuse (8 enfants) catholique. Entrée aux services des Redpath avant 1901, elle accompagne partout sa maîtresse, comme ici, lors d’un voyage en Égypte :

Lady Amy Redpath Rodddick

Est-ce alors pour calmer les rumeurs qu’Amy Redpath épouse à l’âge bien tardif de 38 ans le docteur Thomas Roddick ?

Son époux n’est pas un inconnu : il est le médecin de famille des Redpath depuis de longues années. Marié une première fois, entre 1880 et 1890, à Urelia M. MacKinnon, il est veuf quand il épouse Mlle Amy Redpath le 3 septembre 1906.

Voici un portrait tardif du docteur Thomas Roddick.

Lady Amy Redpath Rodddick

Et voici Amy devenue épouse Roddick (entre 1906 et 1924) :

Lady Amy Redpath Rodddick

Répondre