Rispondetemi

Un court-métrage sur la ville de Montréal avec une femme amoureuse d'une autre femme

Affiche : Rispondetemi

Année de Production : 1992

Réalisation : Léa Pool

Scénario : Léa Pool

Avec : Anne Dorval (femme blessée), Elise Guilbault (compagne), Marcel Gauthier (médecin du SAMU)

Nationalité : Canadienne

Genre : Court-Métrage, Drame

Durée : 18 : 00 minutes

Titre Original : Rispondetemi

Rispondetemi : Résumé

Une jeune femme en voiture avec sa compagne est victime d’un accident de la route. Lorsque le SAMU arrive sur place, elle est toujours vivante. Alors qu’elle est évacuée vers l’hôpital le plus proche, elle se remémore des moments marquants de sa vie…

Une jeune femme en voiture avec sa compagne est victime d’un accident de la route. Lorsque le SAMU arrive sur place, elle est toujours vivante. Alors qu’elle est évacuée vers l’hôpital le plus proche, elle se remémore des moments marquants de sa vie…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Fort et réussi. A découvrir.

Note des lectrices : 4.08 ( 2 votes)
65

Rispondetemi est un court-métrage qui fait partie d’un ensemble d’œuvres réalisées par six réalisateurs canadiens autour du thème de Montréal. Les cinq autres courts-métrages sont Vue d’ailleurs de Denys Arcand, La dernière partie de Michel Brault, En passant d’Atom Egoyan, La toile du temps de Jacques Leduc et Desperanto de Patricia Rozema. L’objectif était donc de mettre une ville à l’honneur et non pas l’homosexualité.

Léa Pool a choisi de montrer des images fortes de la cité quand l’ambulance se faufile dans les rues à bâtons rompus. On a parfois le sentiment d’être allongé sur le brancard à la place de l’héroïne et de voir défiler les immeubles comme si l’ambulance n’avait pas de toits. C’est impressionnant et vraiment réussi.

Mais loin de se contenter de mettre seulement Montréal à l’honneur, Léa Pool raconte l’histoire d’une femme. Une femme qui a vécu et dont les souvenirs ressurgissent. Son adoption, ses parents, l’école catholique, ses promenades en moto, son amante.

Une relation lesbienne très forte où les deux femmes sont montrées au lit après avoir fait l’amour. C’est juste, réaliste et terriblement touchant quand l’amante de l’héroïne se met à chanter. Un passage magnifique qui reste le plus marquant de ce court-métrage. Le début est également inoubliable. Lorsque les ambulanciers essayent de séparer les mains entrelacées des deux femmes.

Une œuvre réussie à découvrir où l’homosexualité n’est pas au centre de l’histoire mais à d’autant plus de force qu’elle est banalisée l’air de rien.

Rispondetemi : Extraits

AMBULANCIER : Elle vit encore.

AMBULANCIER 1 : Ne bouge pas ta tête.
AMBULANCIER 2 : Prenez une grande respiration madame. Prenez une grande respiration madame.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Un commentaire

  1. Avatar

    ce court – metrage est très touchant et bouleversant , sarah et sa compagne on un incident de la route , on voit l’histoire de sarah de sa naissance a ça vie d’adulte , pendant que les ambulanciers se batte pour la sauvé et la gardé en vie , on la voir rememore toute sa vie
    et sur la fin on voir sa femme et on l’entend chanter , mais je crois que sa femme est morte sur le coup c’est triste ,
    cette histoire nous montre qui faut bien profiter de la vie et s’accepter comme on est , car la vie peut basculer du jour au lendemain , on s’est pas ce que l’avenir nous reserve .

Répondre