Interview de Sherri Saum, l’interprète de Lena Adams

Interview liée à la série The Fosters

Sherri Saum - The Fosters

Interview accordée à Dana Piccoli le 2 juin 2014 pour le site Afterellen.com

L’année dernière une nouvelle famille s’est jointe à nos soirées du lundi et nous a enflammés. La série The Fosters, produite par Jennifer Lopez, se concentre sur la vie de Stef et Lena Foster, un couple lesbien et leurs enfants biologiques et adoptés. Sherri Saum interprète la douce et compréhensive Lena, qui gère la maison gentiment et calmement.

Afterellen s’est entretenu avec Sherri Saum après que The Fosters ait remporté le prix GLAAD de la meilleure série dramatique et elle est aussi chaleureuse et adorable que ce que l’on imagine.

Vous étiez radieuse aux GLAAD, et félicitations pour le prix de la meilleure série dramatique. Était-ce votre première fois à cet événement ?

C’était notre seconde fois, mais c’était fantastique d’être nominés pour la meilleure série dramatique, tout particulièrement vu la société dans laquelle nous travaillons. Il y avait de bonnes séries en compétition et c’était surprenant et génial qu’ils nous choisissent.

Génial oui mais pas surprenant, du moins de mon point de vue…

[rires]

… mais félicitations en tout cas. Il semble y avoir énormément de respect et d’amitié entre vous et Teri Polo, votre partenaire à l’écran, et bien entendu cela transparait dans la relation entre Lena et Stef. Comment préparez-vous vos scènes ensemble ?

Vous savez, dans ce métier, vous ne savez jamais avec qui vous allez faire équipe, comment ça va fonctionner, si vos styles seront compatibles. Parfois vous aimeriez répéter et parfois certains acteurs ne veulent pas, donc il faut vous débrouiller. Pour Teri et moi, allez savoir pourquoi, l’univers a décidé que l’on serait sur la même longueur d’onde. On fonctionne ensemble comme un vieux couple. Je ne sais pas comment ça se fait ! [rires] On est si différentes de bien des façons mais on a également des choses assez surprenantes en commun. C’est un mélange parfait. Et Dieu merci, parce que ça se ressent.

C’est sûr et je suis sûre que la connexion qu’il y a entre vous est l’une des raisons du succès de la série.

Je ne sais pas si l’on a beaucoup de mérite mais c’était une vraie preuve d’être reconnues par les GLAAD, par ces gens que l’on essaye de représenter de façon authentique. Jusqu’ici tout va bien !

Lena a eu beaucoup de scènes assez puissantes et mémorables avec Jude. Avec quel personnage aimeriez-vous que Lena ait plus de scènes dans la saison à venir et est-ce que l’on peut s’attendre à d’autres scènes vraiment touchantes entre Lena et Jude ?

Je crois que oui. Beaucoup de choses s’éclaircissent. Par exemple, Lena a un instinct maternel très développé, mais elle n’a jamais eu d’enfants biologiques, même si elle adore tous ses enfants. Je crois que, peut-être, de tous les enfants, elle a l’impression que Jude est le plus perdu et celui qui a le plus besoin d’une vraie figure maternelle ; bien que Callie soit toujours là pour lui. Je crois que Lena ressent ce lien très fort qui la lie à lui puisqu’il est perdu de bien des manières. Elle comble l’un de ses besoins et vice versa. Concernant les autres personnages, j’aimerais explorer un peu plus la relation avec Brandon, ce qui se réalisera dans la saison deux. C’est vraiment un personnage génial. Il commence à sortir de son moule de « gentil garçon/enfant parfait » et se retrouve confronté à bien des problèmes. Donc c’est peut-être pile le bon moment pour Lena d’intervenir pour essayer de gérer tout ça.

Votre personnage est une mère formidable qui adore ses enfants. Et pourtant dans la fin de la saison elle exprime un très grand désir d’avoir son propre enfant biologique. À votre avis, pourquoi ce sentiment est-il si fort chez elle ?

Je crois que c’est un truc biologique. Dans la vraie vie, j’ai des amies qui ne ressentent pas ce besoin et d’autres qui l’ont vraiment. C’est quelque chose de très personnel et ça peut se déclencher à tout instant. Je pense que Jude a dû être l’élément déclencheur, parce que, comme je l’ai dit, de tous nos enfants, Jude est arrivé très vulnérable et Lena a vraiment, vraiment comblé ce besoin en lui et cela a réveillé quelque chose en elle, je crois. Je crois que c’est ce qu’il s’est passé.

Je n’avais pas pensé à ça de cette façon, ça remet pas mal de choses en perspective.

Oui.

The Fosters a changé la vie des gens. Étiez-vous préparée à tout cet amour ? De quelle manière cela vous a-t-il affecté personnellement ?

Je n’étais absolument pas préparée de quelques façons que ce soit, sur le fond ou la forme. Je veux dire, c’était un super scénario, une série spéciale et lorsque je l’ai vue sur ABC Family je me suis demandé comment ils allaient gérer ça. Mais dès le début, je savais qu’ils n’avaient pas peur et que ça allait être quelque chose de différent. Je ne savais simplement pas comment ça allait être accueilli. J’ai rejoint Twitter et maintenant je me rends directement compte de l’impact que l’on a eu. Ça a été formidable. Ça rend si humble de voir des gosses de quatorze ans dire « Oh mon Dieu, j’ai enfin pu le dire à ma mère. J’avais peur, mais elle l’a bien pris. » C’est énorme. Parce que ça aurait tout simplement pu ne pas marcher. Ce gosse aurait pu vivre Dieu sait combien d’années sans rien dire à personne, à rester là à souffrir. C’est vraiment énorme.

Je me suis toujours dit qu’ABC Family faisait beaucoup plus que ce que les gens pensaient pour la communauté LGBT ; pour les enfants et adultes. J’en prends plein la vue à chaque fois qu’ils produisent une nouvelle série, avec les scénarios et la sensibilité avec laquelle ils les traitent.

Nous avons des scénaristes incroyables qui joignent le geste à la parole. Nous avons beaucoup de choses sur lesquelles travailler et ils le font si bien. Je suis constamment impressionnée par l’augmentation perpétuelle de la qualité de la série. Beaucoup de séries commencent fort et s’écrasent par la suite, c’est genre : « voilà, c’est tout ce qu’on a ». Mais là, il s’agit d’une histoire authentique pour tous nos créateurs. Les histoires à raconter sont infinies et je suis tellement contente de faire partie d’une série avec une si belle narration.

Je suis sûre que le lit réglable sera l’antagoniste de la prochaine saison.

[rires]

Je suis sûre que vous l’avez déjà lu sur Twitter : ça a été mentionné comme le « lesbian bed death » par les fans. Je sais que vous ne pouvez rien divulguer sur la saison à venir mais pouvez-vous nous faire part d’un petit spoiler, qu’on sache si on assistera à cela ?

Et bien, j’ai mis mon petit grain de sel au niveau de la création lorsque je le pouvais et en plus ils l’ont entendu de TOUS les fans. J’ai l’impression, une impression très forte qui vient des tripes et probablement exacte, que ce lit a vu ses derniers jours.

Hourra !!! Vous avez ensoleillé la journée de tout le monde.

Je ne peux pas le garantir mais c’est mon impression.

Interview originale sur le site Afterellen.com

Retour à la fiche de présentation The Fosters

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre