The Perfect Family : Interview de l’actrice Emily Deschanel et de la réalisatrice Anne Renton

Emily Deschanel

Interview accordée à J. Halterman le 02 mai 2012 pour le site Afterellen.com

La religion, l’homosexualité et être à la hauteur des super attentes des parents sont les sujets au cœur du nouveau film indépendant The Perfect Family. Dans le film, qui a marqué le festival de films gay l’été dernier, mais qui est maintenant sorti dans les cinémas, la candidate à la Femme Catholique de l’Année, Eileen Cleary (Kathleen Turner), est déterminée à gagner. Cependant, elle doit trouver le moyen de créer cette « famille parfaite » avec son mari qui se soigne de son alcoolisme (Michael McGrady), son fils irresponsable (Jason Ritter) et également avec la surprise que sa fille (la star de Bones Emily Deschanel) soit lesbienne et sur le point d’épouser sa petite-amie (Angelique Cabral).

La directrice out Anne Renton, dont le court-métrage Love Is Love avec Jane Lynch décrivait un monde où l’homosexualité était la normalité et l’hétérosexualité l’exception, n’a pas seulement rassemblé un groupe d’excellents acteurs mais, a également beaucoup à dire sur la variété des problèmes qui composent ce film, d’une façon aussi intelligente et complexe qu’ils le sont dans la vie.

AfterEllen.com a pris place avec Renton et Deschanel à Los Angeles, la semaine dernière, lors de la promotion du film pour parler du film et demander à Deschanel si jouer des homosexuelles est une volonté familiale depuis que sa sœur Zooey Deschanel a joué une lesbienne dans le film My Idiot Brother.

Anne, dites-moi, quelles sont les fondements d’Eileen et quelle fut votre approche pour diriger ce personnage ?

ANNE RENTON : Je n’avais pas écrit le scénario originel (qui a été écrit par Paula Goldberg et Claire V. Riley), mais j’ai fait venir un autre auteur et nous avons beaucoup travaillé sur le développement de ce personnage. Nous voulions vraiment suivre l’évolution d’Eileen dans le film pour que le public fasse, en quelque sorte, ce chemin avec elle. J’avais le sentiment qu’elle devait être un personnage que nous pouvions comprendre et au travers duquel nous pouvions nous reconnaître, dans ses défauts, car nous avons tous des défauts, mais également dans son humanité. Je voulais créer un personnage équilibré pour que ce ne soit pas tout ci ou tout ça [et] qu’elle puisse simplement faire partie du film et ne pas être uniquement unidimensionnelle.

Emily, Shannon est un personnage tellement complexe et très différent de Brennan de Bones. Fut-ce un soulagement de jouer quelque chose de différent ?

EMILY DESCHANEL : Absolument. C’est toujours bien de jouer un personnage différent, et bien que je joue le même personnage depuis plusieurs années, Brennan a changé au fil des saisons. C’est rafraîchissant de jouer un nouveau personnage et d’avoir un nouveau défi. Et, oui, j’ai approché Shannon de façon à ce qu’elle soit quelqu’un qui voulait être juste. C’est quelqu’un qui excellait à l’école, qui obtenait des bourses, qui est avocate maintenant et exceptionnellement douée en tout, pour compenser le fait que ce qu’elle est ne soit pas accepté par son éducation. Vous savez, ayant grandi en tant que catholique, elle n’a jamais pensé que c’était une option. Et puis, finalement, quand elle a commencé à réaliser « Whoa, je suis lesbienne et c’est qui je suis », ça ne collait pas avec la façon dont elle avait été élevée, et c’est bon, c’est acceptable, et « bien ». Je pense qu’elle voulait faire tout le reste aussi bien et correctement que possible et exceller de cette manière.

Y-a-t-il une approche différente pour jouer un personnage homosexuel ?

EMILY DESCHANEL : Je la vois comme un personnage qui se trouve juste être gay, mais cela fait partie, pour mon personnage, du plus gros conflit du film. C’était quelque chose qui avait une grande place dans son histoire. Donc, non, j’ai vraiment dû utiliser mon imagination et créer ce personnage. Comme par exemple ce qu’elle a traversé depuis son enfance, ce que cela fait de savoir qu’elle est gay depuis son enfance et de ne pas comprendre ce que c’est, ainsi que d’avoir le sentiment tellement fort que vous ne serez pas accepté, que vous ne faites pas votre coming-out avant trente ans. Sans compter toutes les choses psychologiques et physiques qui en découlent. Donc c’est vraiment une grande partie du personnage, mais ça ne constitue pas tout le personnage.

Plusieurs choses ont lieu dans le film, choses qui servent d’impulsion à Shannon pour finalement faire son coming-out à sa famille. Pouvez-vous nous en parler ?

EMILY DESCHANEL : Je pense qu’il y a des choses qui se sont passées dans sa vie qui l’ont forcée à faire son coming-out à sa famille ; coming-out qu’elle évitait depuis si longtemps, mais elle n’avait plus le choix à ce moment-là, parce qu’elle a attendu le plus longtemps possible avant d’être honnête avec sa famille.

Anne, dans votre court-métrage Love is Love vous analysez les hétéros et les homos ainsi que la façon dont ils sont perçus par la société. Apparemment c’est un sujet qui a de l’importance pour vous parce que c’est également une grande partie de votre vie.

ANNE RENTON : Oui, vraiment. Je pense sincèrement que les gens, en grandissant, rentrent ou essayent de trouver comment rentrer dans les supposées normes de la société : apprendre à être plus individuel et à ne pas être si attachés à ces normes (ou peu importe le mot que vous utilisez) sociétales. Je pense que c’est quelque chose d’important et je crois que c’est quelque chose auquel beaucoup de gens s’identifient. Vous savez, peu importe que le problème soit la sexualité ou autre chose. Il y a mille et une façons pour les gens de se conformer à leur rôle sociétal ou familial.

L’une des choses que j’ai appréciées dans le film est le fait que l’église n’ait pas le rôle de méchante. Est-ce quelque chose qui vous a attirée toutes les deux dans le projet ?

EMILY DESCHANEL : Oui.

Nous avons beaucoup travaillé là-dessus lors des réécritures de l’original que l’on a faites. Je dois dire que c’était vraiment vraiment important que ce ne soit pas le sentiment que cela donne. Il s’agit de l’humanité de tous les personnages et des situations présentes. Donc, oui, c’était vraiment intentionnel et sûrement quelque chose qui me tenait à cœur. [Regarde Emily] Ça l’était pour toi qui lisais le texte ?

EMILY DESCHANEL : Oui, et d’autant plus que j’ai grandi en tant que catholique et dans une église qui dit que vous êtes bienvenus si vous êtes gay. Ce n’est pas ce que l’Église Catholique principale dit, mais, je sais juste [qu’il y a] tellement d’individus géniaux qui acceptent tout le monde dans cette église, et j’ai vécu des choses merveilleuses. Donc, c’était important pour moi de ne pas, non plus, taper sur l’église. C’était plus intéressant pour moi que ce ne soit ni tout blanc ni tout noir, que cela ne tape sur personne. Ce n’est pas l’ennemi dans ce film. En quelque sorte vous voyez [et] acceptez que tout le monde doive accepter tout le monde. Shannon doit accepter sa mère et la foi de sa mère en l’église, autant que sa mère doit l’accepter elle. Et j’aime beaucoup cela.

Votre sœur, Zooey, vient juste de jouer un personnage gay dans My Idiot Brother.

EMILY DESCHANEL : Oui.

Maintenant vous jouez un personnage gay. Est-ce un truc de famille d’essayer de rayer ça de votre liste des trucs à faire ?

EMILY DESCHANEL : [rires] Oui, je suppose. J’ai joué des personnages gays dans des pièces de théâtre auparavant et dans un film étudiant et des trucs comme ça. Donc ce n’était pas comme si je n’avais jamais joué de lesbienne auparavant, mais je ne suis pas sûre que ma sœur l’ait fait : donc je l’ai fait avant ma sœur. Je pense que ça vient probablement à vous à un moment de votre vie et de votre carrière en tant qu’acteur.

En ce moment, avec ce film et Bones, vous jouez également beaucoup de femmes enceintes, et vous venez juste d’avoir un bébé dans la vraie vie.
EMILY DESCHANEL : Dans ce film, je n’avais jamais été enceinte avant et donc c’était autre chose, c’était un challenge pour le film. [Dans Bones] j’étais enceinte dans la vraie vie et je me suis retrouvée enceinte parce qu’il n’y avait aucune façon de cacher le ventre que j’avais. Mais c’était déroutant pour moi parce que mon personnage dans la série portait une fille et que, moi, j’attendais un garçon.

Certains films tendent à être étiquetés « film gay ». Avez-vous des problèmes avec cette étiquette ? Pensez-vous que cela est un plus ou un moins si quelqu’un l’appelle « film gay » ?

[Emily fait signe que « non » de la tête]

Je ne sais pas. Je n’ai pas forcément de problèmes avec ça, mais je pense que c’est un film sur la famille et c’est ce qui compte le plus pour moi. Donc, je pense que, parfois, quand les films sont étiquetés « gay » cela signifie que, peut-être, un public plus large ne s’identifiera pas, ou même ne voudra pas le voir. Or, je veux, sans aucun doute, que ce film soit un film qu’un public large aille voir et apprécie, que ses membres soient gay, hétéros ou peu importe – un public ouvert.

EMILY DESCHANEL : Je pense que tout le monde peut s’identifier dans ce film, parce que les gens connaissent des personnes comme le personnage de Kathleen dans leur famille. Ils connaissent des gens, ou eux-mêmes peuvent être comme le personnage de Shannon. Gays, hétéros, peu importe, ce sont juste des gens qui s’aiment, qui se disputent pour des raisons diverses, que ce soit la religion, ou un système de croyances non religieux ou n’importe quoi. Je veux dire, ce genre de disputes qui arrivent partout dans le monde. Je ne pense pas que ce soit limité d’une quelconque façon.

Emily, avez-vous l’intention de faire quelque chose avec votre amie Liz Feldman, parce que maintenant elle fait 2 Broke Girls [Feldman est auteure/productrice] mais le sitcom de Zooey, New Girl, arrivera peut-être avant, non ?

ANNE RENTON : Je viens juste de rencontrer Kat [Dennings] qui travaille sur 2 Broke Girls et je l’adore. Elle est géniale. Nous avons fait un petit love fest [et] c’est une bonne série mais je pense que New Girl passe avant ça.

Interview Originale sur le Site Afterellen.com

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre