To each her own

Un premier film touchant malgré ses défauts

Année de Production : 2008

Réalisation : Heather Tobin

Scénario : Heather Tobin

Avec : Tracy Rae (Casey), Hannah Hogan (Jess), Kelly AMes (Shannon), Lise Moule (Joan), Shaughnessy Redden (Trevor)

Nationalité : Américaine

Genre : Drame, Romance

Durée : 1h 52 min.

Titre Original : To Each Her Own

To each her own : Résumé

Jess est mariée à Trevor, son meilleur ami depuis toujours. Alors qu’ils envisagent de faire un enfant, Jess fait la rencontre de Casey, une jeune lesbienne qui refuse tout engagement. Jess et Casey ont beau avoir le même âge, elles sont très différentes, Jess n’a pas peur de l’engagement et fait ce que l’on attend d’elle. Casey, de son côté, ne sort jamais plus de quelques semaines avec la même femme et est éprise de liberté.

L’attirance grandit entre Jess et Casey et toutes les deux tombent amoureuses. Jess est alors contrainte de faire un choix. La vie de famille sans surprise dans laquelle elle étouffe ou une relation sans garantie avec Casey ?

Jess est mariée à Trevor, son meilleur ami depuis toujours. Alors qu’ils envisagent de faire un enfant, Jess fait la rencontre de Casey, une jeune lesbienne qui refuse tout engagement. Jess et Casey ont beau avoir le même âge, elles sont très différentes, Jess n’a pas peur de l’engagement et fait ce que l’on attend d’elle. Casey, de son côté, ne sort jamais plus de quelques semaines avec la même femme et est éprise de liberté. L’attirance grandit entre Jess et Casey et toutes les deux tombent amoureuses. Jess est alors contrainte de faire un choix. La vie de famille…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : De bons moments mais des défauts.

Note des lectrices : 2.14 ( 5 votes)
65

To Each Her Own est le premier long-métrage de la scénariste réalisatrice Heather Tobin. Il s’agit d’un premier film indépendant et l’aspect « petit budget » se fait rapidement ressentir. Pour autant, la caméra ne tremble pas et le parti pris des gros plans est assez réussi. Les acteurs ne sont pas mauvais mais pas transcendants non plus. Les transitions sont un peu trop faciles mais à part cela, du côté technique, cela fonctionne plutôt bien.

Le scénario est, quant à lui, relativement simple. Une femme rencontre une autre femme. Toutes les deux tombent amoureuses. Le problème, la première est mariée et cherche à avoir un enfant avec son époux. La seconde vendue comme une coureuse s’avère immédiatement fidèle et optimiste concernant cette relation. Vous pouvez décrire de nombreux films lesbiens avec ce résumé. Imagine Me & You par exemple pourrait presque coller. Plus récemment, Lover’s Game reprend le même pitch. Ce qui change ici c’est l’âge des protagonistes. Elles ont toutes les deux moins de vingt-cinq ans.

Il y a de beaux moments entre Casey et Jess. Quand elles se retrouvent dans le parc, quand elles discutent de leur avenir allongées sur le canapé, etc… On a même le droit à un condensé de leurs meilleurs moments avec la petite musique. Oui, elles font des choses ordinaires mais elles sont amoureuses alors cela prend une toute autre signification. Pour autant, j’ai trouvé dommage que le mari soit si stéréotypé même si cela s’arrange un peu à la fin. Tout comme la famille de Jess que l’on ne connaît pas vraiment.

Par contre, il faut le reconnaître, si toute l’histoire sent bon la romance cul-cul la praline à l’eau de rose, la fin en forme de happy end arrive trop vite et trop facilement. Je ne dévoilerai pas l’effet de style utilisé pour réunir Casey et Jess mais c’est tellement énorme que c’est désespérant.

Un long-métrage sympathique qui souffre de son manque de budget, de l’amateurisme de ses acteurs et de sa réalisatrice et d’un scénario qui aurait pu être plus réussi. Malgré ses défauts, ce long-métrage nous fait découvrir une personnalité à suivre, Heather Tobin.

To each her own : Extraits

JESS : Je devrais y aller. Je n’arrive pas à croire qu’on ait parlé jusqu’à deux heures du matin.
CASEY : Je n’arrive pas à croire qu’on ait juste parlé jusqu’à deux heures du matin. Je reprends à sept heures mais ça n’a aucune importance. Quand est-ce qu’on se revoit ? Tu en as envie ?
JESS : J’aimerais beaucoup mais…
CASEY : Mais tu as quelqu’un et tu voulais juste vivre ton fantasme avec une femme avant de sauter le pas.
JESS : Non mais en quelque sorte.
CASEY : J’ai vu ta bague de fiançailles.

JESS : Tu as été totalement honnête avec moi et je te dois la même chose. Je suis complètement hétéro et je suis mariée.
CASEY : Tu es hétéro ? Alors tu es hétéro ?
JESS : Peut-être pas complètement ?

TREVOR : Bonjour. C’est Trevor, le mari de Jess. Quoi que vous ayez vécu avec ma femme, c’est complètement fini maintenant. Jess ne veut plus vous parler. Pas maintenant. Plus jamais. Maintenant cessez d’importuner ma famille.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre