Patricia Highsmith

Patricia Highsmith

Biographie

Patricia Highsmith, de son véritable nom Mary Patricia Plangman, est née le 19 Janvier 1921 à Fort Worth dans le Texas et est décédée le 04 Février 1995 à Locarno en Suisse. Elle est tout d’abord élevée par sa grand-mère dans la ville de New York avant de rejoindre sa mère et son beau-père, tous les deux artistes commerciaux. En effet, sa mère a divorcé de son père alors qu’elle n’avait que 5 mois. Elle ne rencontrera son père qu’à l’âge de 12 ans. Alors qu’elle grandit auprès de sa mère et de son beau-père, Patricia Highsmith en veut à ce dernier même si elle tente, en vieillissant, de l’avoir de son côté étant donné qu’elle partage une relation difficile et compliquée avec sa mère. En effet, l’auteure expliquera plus tard que sa mère lui a confié avoir voulu avorter quand elle était enceinte d’elle en buvant de la térébenthine. Toutes les deux ne régleront jamais cette relation basée sur l’amour et la haine.

Très jeune Patricia Highsmith se met à lire sur les conseils de sa grand-mère. Elle fait ainsi bon usage de la librairie de sa mère et de son beau-père. À l’âge de 8 ans, elle découvre The Human Mind de Karl Menninger’s et se retrouve fascinée par l’étude de patients souffrant de maladies mentales comme la pyromanie et la schizophrénie.

En 1942, Patricia Highsmith termine ses études au Barnard College et sort diplômée en anglais, latin et grec. Douée en peinture et en sculpture, elle choisit pourtant de se tourner vers l’écriture pour s’exprimer. Tout juste âgée de 21 ans, elle commence à travailler dans la publicité. Elle vit entre New York City et Mexico de 1942 à 1948 et gagne sa vie comme scénariste de bandes dessinées. De 1942 à 1943 elle travaille pour Nedor/Standard/Pines puis pour Fawcett Publications pendant 2 ans et Western Comics de 1945 à 1947.

C’est en 1944 qu’elle publie sa première nouvelle On ne peut compter sur personne dans la revue Harper’s Review, à mi-chemin de Vogue et de Paris-Match. Après ce premier succès, elle se lance dans la rédaction de son premier roman, L’Inconnu du Nord-Express, qui est publié en 1950. Alfred Hitchcock en acquiert immédiatement les droits cinématographiques et le film fait de Patricia Highsmith une célébrité dès ses 29 ans.

En 1951, lors d’un voyage en Europe, Patricia Highsmith imagine le personnage de Tom Ripley qui marque son œuvre. Ce criminel amateur d’art, ce dandy bisexuel, cet homme séduisant et amoral, va vivre quatre aventures passionnantes en 1955, 1970, 1980 et 1991. En 1952, elle publie Carol sous le pseudonyme de Claire Morgan alors que l’idée du roman lui est venue dès 1948, époque où elle avait travaillé provisoirement dans un grand magasin. Ce livre rencontrera un énorme succès en 1953 lors de sa réédition au format poche et se vendit à presque 1 million d’exemplaire. À une époque où les livres gays et lesbiens commençaient juste à être édités, on a dit de celui-ci qu’il était le premier roman homosexuel qui se terminait bien.

Passionnée de voyages, Patricia Highsmith parcourt l’Europe à partir de 1963. Elle habite en Cornouailles puis en France avant de s’installer définitivement en Suisse où elle décède d’une leucémie en 1995 à l’âge de 74 ans.

Histoire d'un Coming-Out

L’homosexualité de Patricia Highsmith est connue depuis de nombreuses années. Ses nombreuses biographies font état de ses relations amoureuses avec plusieurs femmes. En 1943 avec l’artiste Allela Cornell, entre 1959 et 1961 avec l’auteure Marijane Meaker…

Solitaire et secrète, Patricia Highsmith préférait la compagnie des animaux à celle des êtres humains. Elle a d’ailleurs déclaré à ce sujet « Mon imagination fonctionne beaucoup mieux quand je n’ai pas à parler aux gens. » Elle a passé les dernières années de sa vie à écrire entourée de ses chats, avant de décéder en Suisse, son pays d’adoption.

Bibliographie

ROMANS

Small g : une idylle d’été (Small g : A Summer Idyll) (1994)
Une créature de rêve (Found in the Street) (1986)
Ces gens qui frappent à la porte (People Who Knocked on the Door) (1983)
Le Journal d’Edith (Edith’s Diary) (1977)
La Rançon du chien (A Dog’s Ransom) (1972)
L’Empreinte du faux (The Tremor of Forgery (1969)
Ceux qui prennent le large (Those Who Walk Away) (1967)
L’Homme qui racontait des histoires (The Story-Teller) (1965)
Les Deux visages de Janvier (The Two Faces of January) (1964)
La Cellule de verre (The Glass Cell) (1964)
Le Cri du hibou (The Cry of the Owl) (1962)
Ce mal étrange / Dites-lui que je l’aime (This Sweet Sickness) (1960)
Jeu pour les vivants (A Game for the Living) (1958)
Eaux profondes (Deep Water)(1957)
Le Meurtrier (The Blunderer) (1954)
Les Eaux Dérobées / Carol (The Price of Salt, signé Claire Morgan) (1952)
L’Inconnu du Nord-Express (Strangers on a Train) (1950)

SERIE RIPLEY

Ripley entre deux eaux (Ripley under Water (1992)
Sur les pas de Ripley (The Boy Who Followed Ripley) (1980)
Ripley s’amuse / L’Ami américain (Ripley’s Game) (1974)
Ripley et les ombres (Ripley Under Ground) (1970)
Le Talentueux Mr Ripley (The Talented Mr. Ripley) (1955)

RECUEILS DE NOUVELLES

Des chats et des hommes (2007)
Le Meilleur ami de l’homme et autres nouvelles (2004)
On ne peut compter sur personne (1996)
Patricia Highsmith : nouvelles (1995)
Catastrophes (Tales of Naturel and Unnatural Catastrophes) (1987)
Les Cadavres exquis de Patricia Highsmith : nouvelles (1989)
L’Amour et la haine : nouvelles (1988)
Contes immoraux (1988)
Le Bestiaire : cinq nouvelles (1987)
Nouvelles (1987)
Les Sirènes du Golf (1984)
Le Jardin des disparus (1982)
La Proie du chat (1981)
L’Épouvantail (Slowly, Slowly in the Wind) (1979)
Le Rat de Venise et autres histoires de criminalité animale à l’intention des amis des bêtes (The Animal-Lover’s Book of Beastly Murder) (1975)
Toutes à tuer (Kleine Geschichten für Weiberfeinde) (1975)
L’Amateur d’escargots (The Snail-Watcher and Other Stories) (1970)

ESSAI

L’Art du suspense : mode d’emploi (Plotting and Writing Suspense fiction) (1966)

SCENARIO DE FILM

Le Talentueux Monsieur Ripley (2000)
L’Inconnu du Nord-Express (1982)
Plein Soleil (1981)

NOUVELLES

Cadavres à domiciles (Homebodies)
La nature et la folie (The stuff of Madness)
La Longue marche hors de l’Enfer (A Long Walk from Hell) (1988)
Les Choses avaient mal tourné (Things had gone badly) (1980)
L’Étang (The Pond) (1976)
Djemal (The Tale of Djemal) (1975)
L’Homme qui écrivait des livres dans sa tête (The Man Who Wrote Books in his Head) (1974)
Jour d’expiation (Day of Reckoning) (1974)
Le Mort vivant (Who lives, who dies ?) (1973)
Thème et Variations (Variations on a Game) (1973)
Triple meurtre au musée des horreurs (Woodrow Wilson’s Neck-Tie) (1972)
Une cuillère de bébé (The Baby Spoon) (1970)
Comme un oiseau prêt à s’envoler (Poised to Fly) (1969)
Le Nichoir vide (The Empty Birhouse) (1968)
Les Barbares (The Barbarians) (1968)
Mme Afton, dans tes vertes collines (Mrs Afton, among thy Green Braes) (1962)
Mort d’une tortue (The Terrapin) (1962)
Méfiez-vous des photographes (Camera Finish) (1960)
L’Amateur de frissons (The Thrill Seeker) (1960)
Alibi parfait (The Perfect alibi) (1982)
On ne peut compter sur personne (You can’t depend on anybody) (1956)

Récompenses

Officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres en 1990.
Grand Prix de l’Humour Noir pour L’Amateur d’escargot en 1975.
Silver Dagger Award des Crime Writers’ Association of Great Britain en 1964.
Grand prix de littérature policière pour Monsieur Ripley en 1957.
Prix Edgar Allan Poe des Mystery Writers of America en 1956.
Prix O. Henry pour meilleure publication pour sa première nouvelle L’Héroïne en 1946.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre